Prix des carburants : le diesel et l'essence stagnent

Automobile
STABILITÉ - C'est à peine perceptible dans les stations-service. Le litre de diesel a baissé de 0,65 centime et celui de SP 95 de 0,33 centime la semaine dernière, selon les moyennes publiées ce lundi par le gouvernement. Cette quasi-stagnation est directement liée au cours du pétrole, presque figé lui aussi depuis fin novembre.

A la pompe, les prix restent contenus. La tendance au repli, engagée mi-octobre, se confirme pour le diesel comme pour l'essence. Le prix de ces deux carburants ont accusé la semaine dernière une très légère baisse, selon les moyennes hebdomadaires publiées ce lundi 17 décembre par le ministère de la Transition écologique et solidaire.


Le diesel, désormais appelé B7 dans les stations-service, a ainsi perdu 0,65 centime en moyenne. Il s'affichait en moyenne à 1,4347 euro (contre 1,4312 euro il y a deux semaines et 1,4287 euro il y a trois semaines). Ce carburant est donc près de 11 centimes moins cher que lors de son pic intervenu début octobre, quand il se vendait en moyenne à 1,5331 euro.

Le SP 95, dorénavant baptisé E10, a pour sa part connu un repli d'à peine 0,33 centime en moyenne la semaine dernière. Ce carburant se vendait donc à 1,4319 euro (au lieu de 1,4352 euro sur la moyenne des sept jours précédents s'étalant sur la première semaine de décembre et 1,4305 euro la dernière de novembre). Le prix a ainsi chuté de 14 centimes par rapport au pic de début octobre, à 1,5735 euro.


En résumé, le net repli observé depuis deux mois prend désormais la forme d'une quasi-stagnation. Cette tendance est directement liée à l'évolution des cours du pétrole. Le prix de l'or noir a effectivement lui-même fortement chuté après avoir atteint des sommets le 3 octobre (le baril de Brent de 159 litres coûtait alors 87 dollars). Tombé à 57,50 dollars le 30 novembre, le baril oscille depuis entre 60 et 62 dollars. 

Gel de la hausse des taxes sur le carburant

Autre composante, et non des moindres, du prix des carburants : les taxes qui pèsent pour environ 60% du tarif final affiché à la pompe. Parmi elles, la taxe carbone devait initialement augmenter en 2019. Son gel a finalement été annoncé par l'exécutif en réponse au mouvement social des Gilets jaunes. Il n'y aura donc pas de hausse à prévoir, du moins du côté de la fiscalité, au 1er janvier. 


Les prix des carburants calculés par le gouvernement sont des moyennes, qui n'empêchent donc pas les pompistes de pratiquer d'autres prix, plus hauts ou plus bas. Vous pouvez consulter ici notre carte interactive pour trouver la station-service la moins chère à côté de chez vous. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter