Une première depuis 1990 : le parc de voitures diesel recule dans l’Hexagone

Une première depuis 1990 : le parc de voitures diesel recule dans l’Hexagone

HISTORIQUE – En 2017, le nombre de voitures fonctionnant au diesel a diminué en France. Une première depuis 1990 qui pourrait s’expliquer par les craintes des automobilistes face à l’augmentation vertigineuse des prix du gazole.

Cela n’était plus arrivé depuis 1990. Selon des statistiques de l’Insee, le parc de voitures particulières diesel dans l’Hexagone a reculé en 2017, passant de 19,900 millions à 19,855 millions de véhicules. Une baisse de 0,2% qui serait la conséquence des fortes augmentations des prix du gazole. Lesquelles suscitant l’inquiétude des automobilistes. 

Et pour cause, le prix du diesel a augmenté de 23% en un an, contre 14% pour l’essence. Des hausses liées au renchérissement de la taxe carbone et à l'envolée des cours du pétrole brut survenue cet automne. A l’inverse, les véhicules fonctionnant à l’essence sont plus nombreux pour la troisième année consécutive. Toujours selon l’Insee, on en dénombre 12,67 millions en 2017. Soit un niveau jamais atteint depuis 2011. 

Toute l'info sur

La colère des Gilets jaunes

Lire aussi

En vidéo

Carburants : le diesel plus cher que l'essence !

Selon une étude commandée par Aramis Auto, "40% des possesseurs  de diesel ont prévu de changer de comportement, soit en gardant leur voiture  jusqu'au bout, soit en essayant de la revendre au plus vite". D’après le Comité des constructeurs français d'automobiles, la part du diesel dans le marché des voitures neuves est descendue sous le seuil des 40%. Pour rappel, elle était de 73% en 2012.

Les articles les plus lus

Covid-19 : l'explosion des variants est-elle provoquée par le vaccin Pfizer ?

EN DIRECT - Feu vert de l'Assemblée nationale à l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 1er juin

"Langue Covid" : un nouveau symptôme du virus ?

EN DIRECT - À peine investi, Joe Biden signe une série de décrets pour tourner la page Trump

Hospitalisations : les chiffres de Santé Publique France diffèrent de ceux des hôpitaux, pourquoi ?

Lire et commenter