VIDÉO - Le Retrofit, ou comment transformer sa vieille voiture en véhicule électrique

Beaucoup de Français sont réticents à se séparer de leurs véhicules anciens, et ce malgré que ces derniers sont désormais trop polluants pour rouler. Une alternative existe : le retrofit.
Automobile

TRANSFORMATION - De nombreux véhicules anciens du parc automobile français sont désormais trop polluants pour rouler. Si leurs propriétaires sont réticents à s'en séparer, une alternative existe : le retrofit. Elle consiste à transformer sa vieille voiture en véhicule électrique.

Pour beaucoup de Français, un véhicule représente une période de leur vie, une histoire et s’en séparer n’est pas chose aisée. Si beaucoup font le choix de le sacrifier pour opter pour de nouveaux modèles moins bruyants et moins polluants, d’autres, comme un couple de Cassis qui ne voulait pas changer son véhicule datant de 1978, optent pour le retrofit. 

Ce concept consiste à changer le moteur d’une voiture pour le remplacer par une batterie électrique.

Un coût divisé par 10 sur 100 km

Si la facture est assez élevée pour ce type de restauration -à hauteur de 13 900 euros le kit-, des aides gouvernementales existent cependant pour réduire la facture. Ce bonus écologique peut monter jusqu’à 5 000 euros. La faible consommation permet ensuite de réaliser des économies, avec un tarif d'un euro pour 100 kilomètres avec une batterie électrique, contre 10 euros pour 100 kilomètres pour un moteur thermique à essence, soit un coût divisé par 10.

Lire aussi

A Grenoble, le retrofit a notamment le vent en poupe : la municipalité a en effet décidé d’adopter ce système pour un utilitaire de son parc automobile, désormais interdit de rouler car trop polluant. "Cela n’avait aucun sens de jeter ce véhicule à la casse pour en fabriquer des nouveaux. Avec cette solution, on économise des émissions carbones à la fabrication" indique Raphaël Heches, responsable technique chez Phoenix Mobility, société qui s’est spécialisée dans le retrofit.

Parfait pour les collectivités

Des vieux véhicules qui bénéficient d’une seconde jeunesse et d’une autonomie de 150 kilomètres, le choix ravit les employés de la municipalité. "Nous n'effectuons pas de longs trajets, on reste en ville. Donc avec 150 kilomètres, on couvre pratiquement la semaine" explique à TF1 Antonio Gallego, chef de service à la mairie de Grenoble. Si l’essai est concluant, la ville de Grenoble pourrait convertir une grande partie de ses 800 véhicules de service. Le maire, Éric Piolle, du parti Europe-Ecologie-Les Verts, croit en l’avenir du retrofit : "Cela permet de suivre les régulations, les réglementations que nous mettons nous-même en place, notamment avec les zones à faible émission à gaz à effet de serre et à particules fines. On se doit d’être exemplaires.

Toute l'info sur

La voiture électrique, le véhicule de demain ?

Sur les cinq prochaines années, les professionnels du retrofit espèrent pouvoir électrifier 350 000 vieilles voitures.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent