VIDÉO - Péage sans barrière sur l'autoroute : comment cela pourrait-il fonctionner ?

Automobile
DirectLCI
AUTOMOBILE - Selon Le Parisien, le gouvernement souhaite supprimer les péages autoroutiers physiques. Des capteurs capables de détecter une vignette, une plaque d'immatriculation ou un badge (comme pour le télépéage) permettraient de facturer l'automobiliste sans qu'il n'ait besoin de s'arrêter. La France ne serait pas pionnière : c'est déjà le cas en partie au Portugal.

Les barrières aux péages sur l'autoroute, c'est bientôt fini ? Il s'agit en tout cas de l'un des points développés dans le projet de loi d'orientation des mobilités (LOM) qui devrait être débattu au Parlement au printemps prochain. Le principe consiste à laisser passer librement les voitures sans les obliger à s'arrêter. Les automobilistes n'auraient plus à sortir leur pièces ou leur carte bancaire pour s'acquitter du droit de passage et ainsi déclencher l'ouverture de la barrière.


L'objectif est double : limiter les embouteillages en fluidifiant le trafic et réduire la pollution en évitant les arrêts et les redémarrages à répétition à l'approche des barrières. Pour l'heure, le dispositif qui sera adopté pour permettre ce "flux libre" n'est pas encore précisément connu. Mais différentes solutions sont envisagées, rapportent ce lundi 22 octobre nos confrères du Parisien, qui ont obtenu des détails sur le projet auprès du ministère des Transports. 


Il s'agirait d'installer, à la place des barrières, des capteurs capables de détecter une vignette, une plaque d'immatriculation ou un badge (comme c'est déjà le cas pour les conducteurs abonnés au télépéage). L'automobiliste serait alors facturé dès l'instant où il franchit le péage, constamment ouvert. A terme, les péages physiques seraient donc ainsi amenés à disparaître, prévoit une source ministérielle citée par le quotidien.

En vidéo

Le plan mobilités du gouvernement dévoilé

Un taux de fraude qui pourrait passer de à 0,02% à 5%

La France pourrait notamment s'inspirer de l'exemple du Portugal, où un système de péage électronique existe depuis 2011. Les tronçons d'autoroutes concernés sont signalés par le panneau "Electronic toll only". Des portiques remplacent alors les traditionnelles barrières. Mais comment le paiement est-il effectué ?


Les automobilistes peuvent notamment s'équiper d'un boîtier électronique auquel une carte bancaire est associée. Il s'agit d'un dispositif proche de celui, déjà bien connu en France, proposé aux automobilistes abonnés au télépéage. A chaque passage, le paiement est alors totalement dématérialisé. En cas de non-paiement, l'automobiliste reçoit chez lui, dans les semaines qui suivent, la facture à payer avec les coûts administratifs en prime. En France, la question de la fraude, qui passerait de 0,02% actuellement avec les péages physiques à 5% avec le flux libre selon les estimations du ministère, se pose. Pour dissuader les resquilleurs, le projet de loi envisage d'ailleurs de durcir les sanctions.  

En vidéo

Comment payer les péages d'autoroutes au Portugal ?

Dans l'exemple portugais, quand le boîtier électronique n'a pas été installé par le propriétaire du véhicule, le montant dû est défini sur la base de la photographie de la plaque d'immatriculation lors du passage sous les portiques. Cette plaque peut être associée à un numéro de carte bancaire. Si ce n'est pas le cas, le paiement doit être effectuée dans un bureau de poste.


Quid des touristes de passage ? Plusieurs solutions leur sont proposées : adhésion à un service valable 30 jours associant la plaque d'immatriculation (même étrangère) à une carte bancaire et impliquant donc un débit direct à chaque passage ; achat (en espèces ou par carte bancaire) d'une carte prépayée à activer par SMS ; location  d'un badge pour une durée de 90 jours maximum, ce qui peut être utile pour les déplacements fréquents.


Si vous prenez une voiture de location sur place, deux possibilités, détaille le ministère français des Affaires étrangères dans sa rubrique consacrée aux conseils aux voyageurs : si le loueur a installé le boitier électronique, "le coût des passages sera répercuté sur la facture lors de la restitution du véhicule"; sinon, vous devrez vous "acquitter des passages auprès d'un bureau de poste en présentant le numéro d'immatriculation du véhicule". Le paiement doit alors être effectué à partir du lendemain  et jusqu'à cinq jours ouvrables.  

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter