Brassard noir et minutes de silence... Avant France-USA, les Bleus n'oublient pas Jacques Chirac depuis le Japon

Autres sports

Toute L'info sur

Coupe du monde de rugby 2019 au Japon

HOMMAGE - Depuis le Japon, où ils préparent leur deuxième match de Coupe du monde, les Bleus se sont recueillis ce lundi pour honorer la mémoire de Jacques Chirac, mort jeudi 26 septembre. Le XV de France rendra à nouveau hommage à l'ancien président de la République, mercredi à Fukuoka, lors du match contre les États-Unis.

Au Japon, Jacques Chirac a laissé un souvenir indélébile. L'archipel, que ce fan de sumo et grand passionné de la culture nippone a visité une cinquantaine de fois tout au long de sa vie, a pleuré la disparition de l'ancien président, qui s'est éteint jeudi 26 septembre à l'âge de 86 ans. Les liens si particuliers qui les unissent perdurent au-delà du décès de l'ex-chef de l'État. En pleine Coupe du monde au Japon, la Fédération française de rugby (FFR) et le XV de France se sont joints à la journée de deuil national décrétée ce lundi 30 septembre en l'honneur de ce fervent supporter de toutes les équipes de France. 

Ce lundi après-midi (à 8h25, heure française), les rugbymen tricolores ont respecté une minute de silence en sa mémoire au début de leur entraînement à Kumamoto. Alignés en rang d'oignon sur le terrain, les joueurs et le staff du XV de France se sont recueillis, la tête basse et les mains jointes devant eux, sur le pré du centre du Suizenji Athletic Field, l'un de leurs pied-à terre pendant la compétition.

Cet hommage solennel va se prolonger jusqu'au mercredi 2 octobre. Par la voie d'un communiqué, la FFR a annoncé qu'avec "l'accord de World Rugby" et de la Fédération américaine, "une minute de silence sera observée" avant le match contre les États-Unis, à Fukuoka (à 9h45, en direct sur TF1 et en live commenté sur LCI). Les joueurs français ont été également autorisés à porter un brassard noir en signe de deuil. "C'est un homme qui a compté pour la France", rappelait l'arrière des Bleus, Maxime Médard, la semaine passée. Même à près de 10.000 kilomètres, le rugby tricolore n'oublie pas Jacques Chirac.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter