Chaleurs extrêmes : le "grand n'importe quoi" des mondiaux d'athlétisme à Doha, abandons et colère

Autres sports

HÉCATOMBE - Les mondiaux d'athlétisme ont lieu actuellement à Doha sous des températures extrêmes. Même couru en pleine nuit, le marathon féminin a connu un nombre inédit d'abandons en raison d'une température ressentie de 42°C. Au 50 km marche, le Français Yohan Diniz a abrégé ses souffrances, exténué après seulement 16 km.

Courir 42 kilomètres ou marcher 50 km sous plus de 40°C ressentis.... Même fin septembre, même à minuit passé, le Qatar est une fournaise. Alors pour les sportifs qui n’ont pas le luxe de passer leurs épreuves dans le Khalifa stadium – climatisé – de Doha, ces mondiaux d’athlétisme se transforment en "loterie". Et pour preuve : près de la moitié des participantes au marathon femmes, qui avait lieu ce vendredi 27 septembre, ont abandonné.  

Température ressentie : 42°C

L’épreuve s’est en effet transformée en hécatombe. Car avec des taux d’humidité atteignant les 73%, la température ressentie avoisinait les 42°C. De quoi provoquer la colère chez des sportives, comme la Croate Bojana Bjeljac, qui a abandonné au 17e kilomètre : "C'est le marathon le plus dur de ma vie, ils n'auraient jamais dû donner le départ."  Elle n’est pas la seule à ne pas avoir terminé l’épreuve. Sur les 68 femmes sur la ligne de départ, 28 ont abandonné. Un triste record. Les volontaires de la Croix-Rouge, prévus par mesures de précaution, n’étaient dès lors pas de trop. Devant la tente médicale, les marathoniennes  se succédaient, allongées sur des brancards ou assises dans des fauteuils roulants, les corps meurtris. "On voyait des filles abandonner au bord de la route. C'était effrayant, ça pouvait très bien être moi au prochain kilomètre", a regretté la Canadienne Lyndsay Tessier, 9e au final. 

Lire aussi

Des images qui alimentent d’ores et déjà la polémique sur l'attribution de ces mondiaux au Qatar. Alors que c’est la première fois qu’une telle compétition a lieu dans un pays du Moyen-Orient, qui sera également l’hôte de la coupe du monde de foot en 2022, des sportifs de haut niveau dénoncent une "catastrophe". Kevin Mayer, le recordman du monde du décathlon a jugé ce choix avec sévérité, estimant que les températures ne sont pas "adaptées" et décrivant les images de ses collègues comme "tristes. On n'a vraiment mis les athlètes en avant en organisant les Championnats ici, on les a mis en difficulté."

Yohann Diniz au bord du malaise

Une critique contre le petit émirat reprise en cœur par Yohann Diniz. Le Rémois, pourtant favori de l'épreuve du 50 km marche a été contraint à l'abandon après seulement 16 km de course. L'athlète, tenant du titre,  a bien tenté de se faire violence pour  essayer de poursuivre un effort devenu surhumain. Mais son corps n'a pas tenu  le choc. "Je crois que j'ai fait une grosse erreur, j'aurais dû rester sur quelque  chose de positif au lieu de m'entêter à venir ici", a-t-il affirmé, totalement  vidé après son arrêt et au bord du malaise. "Je suis venu ici, je ne sais pas  trop pourquoi. La tête n'y était pas, je m'asphyxiais vite. Je n'allais pas  faire 50 km comme ça, ce n'était pas possible."

La veille déjà, Diniz avait dénoncé la tenue de ces mondiaux à Doha : "On est pris pour des cons". De quoi le pousser à s’entraîner au frais …. dans les couloirs de son hôtel ! Du "grand n'importe quoi".

"J'étais venu pour défendre mon titre mais ça ne voulait pas, je n'avais  pas de jambes et je suis rincé", a expliqué le recordman du monde de la  distance (3h32:33), arrivé à Doha avec le meilleur chrono de l'année (3h37:43).  "Ces climats ne sont peut-être pas faits pour moi. Il y a de la frustration,  c'est un an de perdu. Mais là je ne suis pas bien".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter