Vers une jauge réduite à 1000 spectateurs : cette menace qui rôde sur Roland-Garros

La jauge de spectateurs à Roland Garros pourrait être de nouveau rabotée.
Autres sports

EN SURSIS - Ramenée progressivement de 20.000 à 5000 spectateurs par jour, la jauge maximale d'accueil à Roland-Garros pourrait être réduite à peau de chagrin, en raison du regain de l'épidémie de Covid-19 en région parisienne. Avec les conséquences qui en découlent.

Roland-Garros navigue dans le brouillard. Fixée avant l'été à 20.000 spectateurs par jour (dont 10.000 pour les finales), réduite à 11.500 le 7 septembre dernier avant d'être ramenée à 5000 personnes dix jours plus tard, la jauge maximale autorisée pourrait de nouveau abaisser, à trois jours de l'ouverture du Grand Chelem parisien ce dimanche 27 septembre. Le rebond épidémique et la dégradation de la situation sanitaire dans onze grandes villes en France, dont Paris et sa petite couronne, placées en zone "d'alerte renforcée", implique une baisse de 5000 à 1000 de la jauge pour le public, "à compter de samedi".

Mercredi soir, le ministre de la Santé Olivier Véran a renvoyé la balle en fond de court lorsqu'il a été interrogé sur les conditions d'accès aux Internationaux de France, reportés à cet automne. "J'ai annoncé qu'il y aurait une concertation sous 48 heures entre le préfet de police de Paris et les élus pour déterminer les conditions d'application des règles que j'ai annoncées parmi lesquelles il y a une jauge maximale à 1000 personnes", a-t-il indiqué lors des nouvelles annonces de l'exécutif pour endiguer la reprise des contaminations par le coronavirus. "Les résultats de cette concertation, vous les aurez quand elle aura eu lieu. (...) Dès lors que nous mettons en place des jauges et des limitations, cela a forcément un impact sur ces grands événements."

Lire aussi

Roland-Garros, c'est le poumon (du tennis français)- Guy Forget, directeur du tournoi parisien

Invité ce jeudi 24 septembre sur Europe 1, le directeur du tournoi Guy Forget a plaidé pour que la capacité d'accueil de Roland-Garros ne soit pas rabotée une énième fois. "Nous attendons. Aujourd'hui (jeudi), nous n'avons pas de nouvelles. C'est extrêmement frustrant pour nous", a reconnu l'ancien capitaine des équipes de France de Coupe Davis et de Fed Cup. "Nous sommes sur un site immense, de 12 hectares, en plein air. C'est beaucoup plus sûr d'être à Roland-Garros, avec un masque, en regardant un match de sport, que de prendre le métro, d'aller au supermarché ou dans un amphithéâtre à la fac.

À trois jours des premiers matchs des tableaux principaux, les organisateurs mettent en avant le côté "totalement" sécurisé du complexe de la porte d'Auteuil, un site de 12 hectares, l'équivalent de cinq terrains de football, pour obtenir une dérogation qui leur permettrait de "limiter" la casse. "À 5000 personnes, on est déjà proche du huis clos", a argumenté l'un des plus beaux palmarès du tennis tricolore sur BFMTV, qui écarte l'idée d'un Grand Chelem sans public. "Tout un système économique est mis en place. Roland-Garros, c'est le poumon de la Fédération française de tennis (FFT) qui fait vivre des centaines de personnes dans les clubs, les Ligues. On compte sur cette petite minorité d'heureux élus qui auront la chance de venir ici, à Roland-Garros.

34 fois moins de spectateurs qu'en 2019

Une nouvelle réévaluation de la jauge, de 5000 à 1000 spectateurs, plomberait les Internationaux de France, déjà contraints à cohabiter avec le virus. Dans les conditions d'accueil citées plus haut, seulement 15.000 personnes seraient autorisées à déambuler dans les allées de Roland-Garros, et ce sur l'intégralité de la quinzaine parisienne. Soit 34 fois moins qu'en 2019, qui représente avec 519.901 entrées une année record en termes de fréquentation. Bien évidemment, outre l'absence d'ambiance dans les gradins que cela induirait, une telle décision se traduirait par un manque à gagner considérable. 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face au rebond de l'épidémie

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

Concrètement, avec une jauge limitée à 11.500, Guy Forget avait évalué que "les produits" dérivés du tournoi seraient "divisés par deux", ce qui correspondait à environ 140 millions d'euros. Avec dix fois moins de spectateurs, les pertes seront logiquement encore plus importantes. À cette baisse des revenus tirés du merchandising et des hospitalités s'ajouteraient également le déficit enregistré au niveau de la billetterie, qui représentait 18% des recettes du Grand Chelem parisien en 2019. Des indicateurs en déclin qui auront des conséquences sur l'ensemble du tennis français. L'an passé, Roland-Garros a représenté 255,4 millions d'euros - soit 80% - des recettes de la FFT, sur un budget total de 325 millions d'euros.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent