France-Argentine : Romain Ntamack, itinéraire d'un jeune Bleu pressé

Autres sports

Toute L'info sur

Coupe du monde de rugby 2019 au Japon

PHÉNOMÈNE - Pour son entrée en matière cruciale contre l'Argentine, samedi 21 septembre, le XV de France aura Romain Ntamack au poste d'ouvreur. Le Toulousain de 20 ans, plus jeune Bleu de l'histoire à disputer un Mondial, a convaincu Jacques Brunel de lui confier les clés du camion. Une promotion expresse sur laquelle est revenu son père, l'ancien ailier international Émile Ntamack, pour LCI.

C'est la surprise du chef Brunel. Pour l'entrée en lice des Bleus dans la Coupe du monde au Japon, face à l'Argentine samedi 21 septembre à Tokyo (à 9h15, en direct sur TF1 et en live commenté sur LCI), le sélectionneur du XV de France a pris tout le monde de court en choisissant, en l'absence de Wesley Fofana blessé, de titulariser Romain Ntamack à l'ouverture. À tout juste 20 ans, et avec seulement 8 sélections en poche, le centre, biberonné au Stade Toulousain, qui a coiffé au poteau le Clermontois Camille Lopez, va devenir face aux Pumas argentins le plus jeune Français de l'histoire à disputer un Mondial.

Remplaçant lors des deux premiers matches de préparation, le fils de l'ancien arrière ubiquiste Émile Ntamack - l'un des grands noms du rugby tricolore des années 90 avec 46 sélections, six Tournois des VI Nations et deux Coupes du monde, dont une finale en 1999 - a gagné sa place dans le XV de départ contre l'Italie (47-19). Sa performance sans fioriture dans ce rôle clé a fait pencher la balance en sa faveur pour le premier match de la France, déjà si déterminant pour la suite de la compétition. 

Qu'il puisse vivre cette expérience me rend heureux et fier- Émile NTAMACK, ancien international tricolore

"Je suis très content pour lui. Je l'étais déjà quand il a été retenu pour la Coupe du monde. Qu'il puisse, à son âge, vivre cette expérience magnifique qu'est de représenter l'équipe nationale, c'est cela qui me rend fier et heureux", réagit Émile Ntamack, contacté par LCI. "Romain travaille depuis deux mois et demi avec les copains. Il savait qu'un groupe allait être annoncé pour ce match. Il en fait partie. Mais s'il n'y était pas, cela n'aurait rien changé à sa motivation et détermination de continuer l'aventure."

En participant à un match du Mondial avec la France, Romain Ntamack vit un rêve de gosse. "Depuis tout petit, il a baigné dans cette ambiance-là. Je me rappelle qu'il lui tardait que les matches se finissent quand je jouais pour pouvoir prendre un ballon et s'amuser avec les autres enfants", se souvient son père. "Dès qu'on rentrait à la maison, il filait dans le jardin pour continuer à jouer, et ce même si on avait passé toute la journée entière à pratiquer. C'est un passionné. Il est heureux quand il est sur un terrain."

Lire aussi

Cela tombe bien puisqu'il va donc faire ses grands débuts à l'ouverture en Coupe du monde face aux Argentins de Mario Ledesma. "Romain a débuté plusieurs fois avec nous. Nous pensons que la solution est de titulariser Romain en début de partie puis de lancer Camille Lopez en fin de partie. Cela nous paraît être la solution la plus satisfaisante pour nous", a plaidé jeudi 19 septembre Jacques Brunel, justifiant ainsi le pari de la jeunesse. "C'est un poste où il est à l'aise et nous n'avons pas d'interrogation sur ses capacités. Il aura le rôle de buteur. Il a montré pendant la préparation que ce rôle de buteur ne lui faisait pas peur. Il s'entraîne régulièrement au tir au but avec un taux de réussite probant même s'il ne bute pas en club. 

Il est en train d'effacer mes traces (...) Il met la barre très haute- Émile NTAMACK, ancien international tricolore

Dans ce XV de départ inédit et rajeuni, où ses coéquipiers Antoine Dupont et Grégory Alldritt plafonnent à 21 et 22 ans, le champion du monde des U20 ne s'avance pas en habitué du poste. La saison passée, il n'a débuté comme ouvreur qu'à quatre reprises en 19 titularisations. "Son poste de prédilection a toujours été numéro 10", nous assure Émile Ntamack. "Chaque groupement, que ce soit Toulouse ou l'équipe de France, l'utilise là où il en a besoin. La polyvalence, c'est la force de Romain. Il répond à un besoin actuel du XV de France. Il remplit les conditions pour le poste." Un avis partagé par Jacques Brunel, qui a fait fi tout son inexpérience en l'alignant à l'ouverture lors du dernier Tournoi des VI Nations, où il est apparu à trois reprises, à chaque fois associé à Dupont pour former une charnière 100% toulousaine. 

En vidéo

Coupe du monde de rugby 2019 : le XV de France s'entraîne au Tokyo Stadium

Talentueux et rigoureux, le champion de France en titre va cette fois voir le niveau monté d'un cran. A-t-il la caisse pour résister à la pression inhérente à ce premier grand rendez-vous ? "Pour vous c'est un gamin, mais pour nous, ça fait quelques années qu'il est là et moi je l'ai vu grandir", a indiqué Yoann Huget, de 12 ans son aîné, qu'il côtoie à Toulouse. "Il va falloir vous habituer à le voir en équipe de France. Son âge n'a rien à voir avec ses compétences. Sa capacité d'adaptation est importante. Il se pose zéro question." 

Ce sang-froid, héritage de famille, et sa précocité l'ont mis sur les traces de son père Émile, vingt ans après le dernier match en Bleu. "Il est en train d'effacer mes traces", sourit l'icône des années 90. "On comparera ce qu'on a fait tous les deux quand il aura fini sa carrière mais il met la barre très haute. Ce qu'il est en train de vivre, je ne l'ai pas vécu à son âge. À 20 ans, assumer un poste comme celui-là en équipe de France, cela n'a jamais été fait. C'est tant mieux pour lui. Du moment qu'il le vit bien, je suis OK avec ça."

Le XV de départ face à l'Argentine : Médard - Penaud, Fickou, Vakatawa, Huget - (o) Ntamack, (m) Dupont - Ollivon, Alldritt, Lauret - Vahaamahina, Iturria - Slimani, Guirado (cap.), Poirot. 

Remplaçants : Chat, Baille, Bamba, Le Roux, Picamoles, Machenaud, Lopez, Ramos.

Lire et commenter