Coupe du monde de rugby 2019 : "Ka mate Ka mate", l'histoire et les secrets du haka des All Blacks

Autres sports

Toute L'info sur

Coupe du monde de rugby 2019 au Japon

CÉRÉMONIAL - Privilège réservé à la Nouvelle-Zélande et aux nations du Pacifique, le haka est le premier temps fort d'un match avec les All Blacks. Cette danse chantée, déclinée sous différentes formes dont les plus célèbres sont le "Ka Mate" et le "Kapa o Pongo", est rythmée par les codes de la culture maorie.

C'est un rituel insulaire devenu indissociable des All Blacks. Lors de chaque match international, après les hymnes nationaux, les Néo-Zélandais s'avancent vers le milieu du terrain pour effectuer le haka, cette danse chantée attendue par beaucoup de (télé)spectateurs. Loin du folklore qu'on lui prête, cette coutume ancestrale, qui sert de support de communication, est d'une grande importance dans la culture des maoris. Implanté dans toutes les couches sociales, le haka est utilisé pour les cérémonies de bienvenue mais aussi, si besoin, avant de partir en guerre - d'où parfois des termes et des gestes très guerriers. 

Le rugby s'en est emparé pour ses propres usages. Selon la Fédération néo-zélandaise, ses joueurs s'expriment à travers cette danse chantée depuis leur première tournée à l'étranger. C'était en Angleterre en 1888 ! Pour l'occasion, le XV néo-zélandais, mené par son capitaine Joe Warbrick, portait un maillot noir. Pendant presque un siècle, les All Blacks ne réservent le haka que pour leurs matches lors de leurs bases. Il faudra attendre 1987 et la première Coupe du monde pour qu'il devienne systématique, y compris en Nouvelle-Zélande, co-organisatrice de la compétition. Au fil du temps, d'autres sélections nationales de sport néo-zélandaises l'ont aussi pratiqué. Les équipes de rugby des nations du Pacifique Sud - Fidji, Tonga et Samoa -, où les maoris sont nombreux, l'interprètent également. D'où un "double haka" lorsqu'elles affrontent les Blacks. On a tous en tête l'affrontement entre la Nouvelle-Zélande et les Tonga à St Jame's Park (voir ci-dessous) lors du Mondial 2015.

Le haka étant une danse, il est de fait chorégraphié et codifié précisément. Il est tout d'abord mené par un "leader". À la manière d'un pape, il est choisi par les joueurs eux-mêmes parmi les 15 titulaires. Ce n'est pas forcément le capitaine de l'équipe. Le plus souvent, mais pas toujours, il s'agit d'un joueur d'origine maori. "Il faut qu'il soit laid et effrayant. Étant donné que 99% des joueurs le sont, ce n'est pas un problème", expliquait sur ESPN, mi-sérieux, mi-rigolard, le troisième ligne néo-zélandais Liam Messam, qui a mené de nombreux hakas. "Il faut qu'il soit aussi confiant en lui-même, qu'il puisse s'exprimer librement sans s'occuper de ce que les autres peuvent penser", soulignait plus sérieusement le rugbyman du RC Toulon.

C'est le leader qui donne le ton, en déambulant et en hurlant des consignes à l'équipe, répartie sur plusieurs rangs. À son signal, ses partenaires s'accroupissent à moitié, les bras à l'horizontal au niveau du visage, en lançant un "Houuuuu" féroce. Le chef de meute entonne alors le premier couplet, en scandant et en détachant les syllabes, pour renforcer le caractère "guerrier" du haka. Les autres joueurs le rejoignent vocalement à partir du second couplet, en frappant leurs mains sur leurs cuisses puis en multipliant les gestes avec leurs bras et les regards méchants. L'ensemble dure 1 minute et 15 secondes. "Cela fait bouillir votre sang", décrivait le deuxième ligne Scott Barrett à CNN. "C'est quelque chose de spécial, c'est sûr."

Voir aussi

Le "Kapa o Pango", l'autre haka néo-zélandais

Jusqu'en 2005, les Blacks ont uniquement utilisé le "Ka mate ! Ka mate !" ("C'est la mort ! C'est la mort !"). Ce haka - parmi les dizaines de déclinaison qui existent de par le monde - a été composé en 1820 par un chef maori, Te Rauparaha, de la tribu Ngati Toa. Retenu captif par un groupe ennemi, il venait alors de s'évader. Pour échapper à ses ravisseurs, il se cacha dans un trou. Quand il comprit qu'il n'avait pas été retrouvé, il se mit alors à célébrer la vie. Le "Ka Mate ! Ka Mate !" était né.  Ce n'est qu'en 1888, que les rugbymen intégreront cette danse à leur cérémonial avec la permission de la tribu Ngati Toa. 

En 2005, sous l'impulsion de plusieurs joueurs, le "Kapa o Pango", un haka composé spécialement pour eux, et à leur demande, est introduit lors d'une rencontre face à l'Afrique du Sud à Dunedin. La légende raconte qu'il a été créé par les Néo-Zélandais suite à l'affront des supporters des Springboks, qui ont osé ne pas respecter le "Ka Mate" lors d'un précédent test-match. Ce haka, conseillé par l'artiste et universitaire néo-zélandais Derek Lardelli, est plus féroce, puisque les joueurs miment à leurs adversaires ce qui ressemble à un égorgement. Face à la polémique dénonçant son trop-plein de violence, le compositeur du "Kapa o Pango" s'est expliqué sur la signification de ce geste, accompagné par le mot "Ha" qui représente dans la culture maorie le "souffle de la vie". Que ce soit avec le classique "Ka Mate" ou le "Kapa o Pango" guerrier, les Blacks ne rigolent pas avec la tradition. 

Les paroles (traduites) des deux hakas

Pour bien suivre un haka pendant la Coupe du monde, voici les paroles classiques du "Ka Mate" et du "Kapa o Pango" en maori et une tentative de traduction française, en sachant que les mots originaux peuvent avoir plusieurs significations. 

KA MATE

"Ringa Pakia

Uma Tiraha

Turi whatia

Hope whai ake

Waeuwae takahia kia kino

(Tapez des pieds aussi fort que vous pouvez

Frappez les mains sur les cuisses 

Que vos poitrines soufflent 

Pliez les genoux

Laissez vos hanches suivre le rythme) 

Ka mate ! Ka mate ! (6 fois)

Ka ora ! Ka ora ! (2 fois) 

(C'est la mort ! C'est la mort !

C'est la vie ! C'est la vie !) 

Tenei te tangata puhuruhuru

 Nana nei i tiki mai, whakawhiti te ra

 A Upane ! Ka Upane !

 A Upane ! Ka Upane !

 Whiti te ra !

 Hi !" 

(Voici l'homme poilu

Qui est allé chercher le soleil

Faites face ! Faites face en rang !

Faites face ! Faites face en rang !

Soyez solides et rapides devant le soleil qui brille ! 

Et qui monte !) 

KAPA O PANGO

Kia whakawhenua au i ahau ! 

Hi aue, hi ! Ko Aotearoa e ngunguru nei ! 

Ko Kapa o Pango e ngunguru nei ! 

Au, au, aue ha ! 

I ahaha ! Ka tu te ihiihi 

Ka tu te wanawana 

Ki runga ki te rangi e tu iho nei, Tu iho nei, hi ! 

(Laissez-moi devenir un avec ma terre 

C'est notre terre qui gronde

Nous sommes les All Blacks 

Il est temps !

C'est mon moment ! 

Notre règne 

Notre suprématie triomphera

Et nous atteindrons le sommet !)

Ponga ra ! 

Kapa o Pango, aue hi ! 

Ponga ra ! 

Kapa o Pango, aue hi, ha ! 

(La fougère argentée !

All Blacks ! 

La fougère argentée ! 

All Blacks !)

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter