Coupe du monde de rugby 2019 : World Rugby s'en prend à l'arbitrage "pas au niveau des standards"

Autres sports

Toute L'info sur

Coupe du monde de rugby 2019 au Japon

AUTOCRITIQUE - Dans un communiqué publié ce mardi, l'organisme World Rugby a fait part de son mécontentement sur le niveau de l'arbitrage lors des premiers matches de la phase de poule de la Coupe du monde. L'instance qui gère le rugby au niveau international a rappelé sans ménagement les officiels à l'ordre.

World Rugby ne fait pas la sourde oreille. Face aux critiques sur l'arbitrage, émises par plusieurs nations dont l'Argentine battue en ouverture pour le XV de France (23-21) le week-end dernier, l'organisme qui gère le rugby au niveau international a reconnu mardi 24 septembre des problèmes lors des premiers matches de la Coupe du monde, mettant en avant des dysfonctionnements dans la communication. "L'équipe des arbitres de la compétition a reconnu que le niveau de l'arbitrage observé durant le week-end d'ouverture (...) ne correspondait pas toujours aux standards établis par World Rugby et par elle-même", déclare l'instance dans un communiqué.

La Fédération internationale pointe "certains problèmes posés par l'utilisation des outils technologiques et une communication défaillante entre les membres du corps arbitral ont influé sur la prise de décisions". "Ces difficultés sont actuellement examinées par l'équipe des 23 arbitres en vue d'assurer davantage de cohérence", indique World Rugby.

Lire aussi

Plusieurs incidents ont prêté à discussion samedi et dimanche, notamment un placage haut asséné par l'ailier australien Reece Hodge sur le Fidjien Peceli Yato, lors du match remporté par les Wallabies (39-21) à Sapporo. Yato a été contraint de quitter le terrain en raison d'une commotion cérébrale et le geste de Hodge avait été sanctionné par une simple pénalité par l'arbitre Ben O'Keefe, qui n'a pas requis l'appui de la vidéo. World Rugby qui, avant le Mondial avait souligné son intention de faire la chasse et de punir sévèrement les placages illicites, a finalement cité l'Australien à comparaître mercredi.

Trois cartons jaunes lors de Russie-Samoa

Lors de la Coupe du monde, les arbitres sont accompagnés d'une assistance vidéo (TMO) leur permettant de revoir depuis le terrain une action sous différents angles. Le dispositif peut également alerter l'arbitre central en cas de soupçons d'acte illicite. Lien avec l'assistant vidéo, protocole conduisant aux sanctions... l'arbitre français Romain Poite a récité la leçon lors de l'unique match de la journée, remporté dans la difficulté par les Samoa face à la Russie (34-9) mardi 24 septembre. L'ancien policier au Mirail à Toulouse a exclu temporairement trois joueurs (deux Samoans, Matu'u et Lee-Lo ; et un Russe, Gotovtsev) pour des placages dangereux, au-dessus de la ligne des épaules ou réalisés sans enserrer l'adversaire avec les bras. 

En vidéo

Russie-Samoa (9-34) : Voir le double KO en vidéo

Dans les deux premiers cas, il a recouru à l'appui de la vidéo, pour visionner la séquence puis prendre une sanction après avoir répondu en anglais à trois questions : 1. Y a-t-il eu contact avec la tête ? 2. Est-ce que cela revêtait un certain degré de danger ? 3. Y a-t-il des facteurs susceptibles d'atténuer  la sanction ? Dans le dernier cas, le pilier russe Kirill Gotovtev a récolté un carton jaune sans recours à la vidéo, tant la dangerosité de son placage a semblé évidente à l'arbitre tricolore.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter