XV de France : qui est Pierre-Louis Barassi, le remplaçant "surprise" de Wesley Fofana ?

Autres sports

Toute L'info sur

Coupe du monde de rugby 2019 au Japon

TALENT EN DEVENIR - Pour remplacer Wesley Fofana, dont la blessure à la cuisse gauche n'a pas guérie à temps, le staff du XV de France a fait appel à Pierre-Louis Barassi. Jamais appelé avec les A, le jeune trois-quart centre de Lyon, 21 ans et donc zéro sélection au compteur, regorge d'un potentiel indéniable qu'il reste toutefois à façonner.

Il est l'invité de dernière minute du XV de France. Appelé comme renfort pour pallier le forfait de Wesley Fofana, touché à la cuisse gauche lors du match de préparation contre l'Italie (47-19) le 30 août, Pierre-Louis Barassi a été préféré à l'ouvreur toulonnais Anthony Belleau - et aussi à Chavancy et Lamerat - qui avait pourtant fait toute la préparation avec les Bleus. Débarqué à Tokyo à la mi-journée mardi 24 septembre, le trois-quart centre du LOU a rejoint dans la soirée ses (nouveaux) coéquipiers à Kumamoto, où l'équipe de France loge en attendant de prendre ses quartiers à Fukuoka à la veille de son deuxième match contre les États-Unis le mercredi 2 octobre (à 9h45 sur TF1 et en live commenté sur LCI).

Une convocation plus qu'inattendue pour le jeune rugbyman de 21 ans. "L'annonce a été très bizarre, j'ai eu l'impression de tomber de dix étages", a-t-il avoué. "Je suis super heureux de rejoindre l'équipe au Japon, et forcément motivé. Il faut que je sois prêt (...) Il faut que je 'switche' rapidement, que j'apporte le plus possible à l'équipe. Je vais essayer de prendre beaucoup d'expérience mais aussi d'être le plus performant possible. J'y vais pour apporter mon soutien et être opérationnel." Mais, sauf surprise, le sélectionneur Jacques Brunel ne devrait pas lui donner plus que quelques minutes de jeu. Il tranchera la question en fonction de la suite du parcours des Bleus dans ce Mondial, entamé par un succès sur l'Argentine (23-21).

Lancé dans le grand bain par Pierre Mignoni, le manager du LOU qui ne tarit pas d'éloges à son égard, un soir d'octobre 2016 face à Grenoble en Challenge Européen, l'actuel second centre s'est définitivement révélé la saison dernière. Le garçon, régulier dans ses performances, a débuté l'exercice 2019-2020 sur les chapeaux de roues avec deux titularisations et un essai supersonique contre Toulon qui l'a vu traverser tout le terrain. Pétri de qualités, à commencer par ses aptitudes d'anticipation et de vitesse, l'Alsacien est aussi capable de dynamiter les lignes adverses grâce à sa faculté d'appuis et d'angles de courses.

La génération 98 prend le pouvoir

Le voir faire partie du groupe France, aux dépens de joueurs plus expérimentés, n'est donc pas illogique. À 21 ans, le joueur formé à Sélestat, où son père Martial était handballeur professionnel, était programmé pour intégrer le XV de France afin de préparer l'avenir du rugby tricolore. Mais peut-être pas si tôt. La blessure de Fofana a précipité les choses en lui offrant sa première convocation avec les A après avoir joué pour les équipes de France U18 et U20 et porté le maillot du Seven.  "C'est bien, c'est l'avenir", s'est félicité le président de la Fédération française (FFR), Bernard Laporte. "Un jeune champion du monde des moins de 20 ans qui va intégrer ce groupe, ses méthodes de travail. Je trouve que le staff a fait un choix judicieux." 

Et pour se faire sa place au sein du collectif tricolore, l'environnement est plus que favorable puisqu'il n'arrive pas en terre totalement inconnue. Vainqueur du Tournoi des VI Nations des moins de 20 ans et appelé avec les Barbarians en novembre 2018 pour un match contre les Tonga, "Jean-Louis" - le surnom dont les Bleus l'ont affublé à son arrivée au Japon après une bourde d'un joueur français sur son prénom - retrouve deux coéquipiers, le demi d'ouverture Romain Ntamack et le pilier Demba Bamba, avec qui il a été sacré champion du monde des U20 l'été dernier. Ensemble, ils font partie de la promotion 98,  la génération dorée sur laquelle le rugby français fonde ses espoirs à l'horizon du Mondial 2023 organisé en France. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter