Dopage : comment le commentateur Patrick Montel s'est mis à dos les plus grands athlètes français (et sa direction)

Autres sports
DirectLCI
POLÉMIQUE – Le commentateur vedette de l’athlétisme sur France Télévisions, en justifiant le recours au dopage dans un Facebook Live, s’est attiré les foudres de sportifs renommés. Il a été convoqué par sa direction.

Tout est parti d’une fuite. En l’occurrence celle de la marathonienne française Clémence Calvin, qui s’est soustraite à un contrôle antidopage fin mars. Un "no show", comme on dit dans le jargon, passible de lourdes sanctions. Alors, pour défendre la vice-championne d’Europe, Patrick Montel l’a fait, le show, samedi, dans un Facebook Live appelé à rester dans les annales. 

"L’athlète est pris dans un engrenage, parce que le dopage fait partie inhérente du système, tout le monde a intérêt à ce que l’athlète se dope. Et quand je dis tout le monde, je me mets aussi dedans, parce que c’est vrai que quand il y a record du monde c’est plus fort qu’une performance moyenne", y lâche notamment la voix historique de l’athlétisme sur France Télévisions.

Levée de boucliers chez les athlètes

Une étonnante ode à la triche qui n’est pas passée inaperçue. D'autant que plusieurs athlètes ont considéré cette sortie comme inacceptable, et l'ont fait savoir. En premier lieu desquels Kevin Mayer, vice-champion olympique, champion du monde et recordman du monde de décathlon, qui s’est fendu lundi 8 avril d’une série de tweets courroucés pour dénoncer ces propos.

"Ces propos sortants de la bouche d’un commentateur sportif ‘spécialisé’ dans l’athlétisme... Faire du dopage une généralité chez les athlètes de haut niveau... Autant j’arrivais à supporter Patrick Montel malgré ses nombreux défauts, mais là c’en est trop. Le dopage est un raccourci pour les flemmards qui n’ont aucune conscience. Je vous inviterais bien à passer avec moi les six derniers mois de ma préparation avant Doha (où se dérouleront les prochains championnats du monde, fin septembre 2019, ndlr)... Mais ce serait un rude sacrifice de ma part. (...) Vous discréditez une grande partie des athlètes qui s’acharne tous les jours pour s’exprimer et inspirer des millions de personnes ! J’arrête, je suis hors de moi", a-t-il asséné.

Des tweets qui se sont répandus comme une trainée de poudre, obtenant par exemple l’assentiment de l’illustre Martin Fourcade, quintuple champion olympique et onze fois champion du monde de biathlon, qui a partagé la tirade de Kevin Mayer sur son propre compte, avec un cinglant "Rien à ajouter !" en guise de commentaire.

Dans la foulée, Maryse Éwanjé-Épée, détentrice du record de France de saut en hauteur de 1983 à 2007, qui officie aujourd’hui en tant que chroniqueuse sur RMC, en a profité pour pointer une forme d’omerta entourant Patrick Montel, qui expliquerait ses déclarations. "Les athlètes le tolèrent car ils n’ont pas le choix et par respect pour leur fédération, France TV étant le diffuseur des championnats. Ce que vient de faire Kevin Mayer, aucun autre athlète à part Renaud Lavilennie n'aurait pu le faire sans risque." Ce que le perchiste mentionné a confirmé : "Malheureusement tu as bien raison".

Rétropédalage... et sanction

Devant l’ampleur du tollé, le commentateur a rétropédalé, et fait amende honorable. "Je voudrais m’excuser auprès de Kevin Mayer et tous ceux qui s’entraînent dur et proprement. Ils méritent amplement notre reconnaissance et notre respect. Je me suis sans doute mal exprimé. Je suis persuadé qu’une immense majorité d’athlètes n’a pas recours au dopage", a-t-il tweeté, précisant tout de même sur Facebook qu’il "pense que les justes sanctions prises contre ceux qui se font prendre ne méritent pas en plus que l’on s’acharne sur leur personne"...

La direction des sports de France Télévisions l’a convoqué lundi 8 avril en fin de journée. Avant de publier un communiqué où l’on peut lire : "En tant que rédaction d'information indépendante, France.tv sport ne souhaite pas cautionner de la part d'un journaliste de l'antenne une position équivoque entre ses propos personnels et ceux qu'il tient en tant que journaliste. (...) La direction des sports de l'entreprise l'a fait savoir à l'intéressé et se réserve la possibilité d'adapter en conséquence l'équipe de journalistes qui sera mobilisée à l'occasion du marathon de Paris diffusé en direct ce dimanche sur France 3." Dont acte : Patrick Montel ne commentera pas la course, a indiqué le lendemain la chaîne.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter