Les Jeux olympiques de Tokyo reportés en 2021 : qu'en pensent les sportifs ?

Les Jeux olympiques de Tokyo reportés en 2021 : qu'en pensent les sportifs ?
Autres sports

Toute L'info sur

Coronavirus : la pandémie qui inquiète la planète

PANDÉMIE - Sitôt l'annonce du report des Jeux olympiques de Tokyo 2020 en 2021, les sportifs ont exprimé leur soulagement... mais aussi leurs inquiétudes, certains s'attendant à ce changement fasse des gagnants et des perdants.

La nouvelle est tombée ce mardi 24 mars : les Jeux olympiques de Tokyo, qui devaient débuter le 24 juillet prochain, auront lieu en 2021. De quoi réjouir certains sportifs, qui estiment plus important de mettre fin à la pandémie de coronavirus et de ne faire prendre aucun risque aux athlètes et aux spectateurs. Mais aussi en plonger d'autres dans l'inconnu, en remettant en question toute leur préparation. 

Il y a une semaine, le champion du monde de décathlon Kevin Mayer avait déclaré à l'Equipe : "J'aimerais vraiment qu'ils reportent les Jeux, qu'ils ne les annulent pas." Ce mardi, il a simplement tweeté, en anglais : "Pas de problème, nous pouvons attendre. Restez en sécurité". 

Message bref également pour le joueur de tennis suisse Stan Wawrinka. Il a posté sur Instagram une photo de sa médaille d'or obtenue aux Jeux de Pékin en 2008 avec Roger Federer, accompagnée du message suivant : "On se voit en 2021".  

"Un poids en moins"

A LCI, le perchiste Renaud Lavillenie a fait part de son soulagement. "C’est une décision très dure à prendre. On ose imaginer tout le complexe d’une organisation aussi conséquente que les Jeux olympiques. Mais quand on voit la situation sanitaire dans le monde, plus les jours avançaient moins on pouvait se projeter sur cette compétition-là. Nous sportifs, nous sommes aussi confinés à la maison, on essaye de s’entraîner un petit peu mais c’était très très loin des standards que l’on pouvait avoir pour préparer une telle échéance. Aujourd'hui, on est soulagés d’avoir un poids en moins, parce que la priorité est de pouvoir faire face à cette crise, de pouvoir respecter au maximum toutes les consignes que l’on a, et là on n’a plus besoin de se dire qu’il faut quand même s’entraîner et essayer de rechercher une performance." 

Médaillé de bronze sur 200 m aux JO de Rio, Christophe Lemaitre a déclaré à L'Equipe : "C'était très compliqué de tenir les délais prévus, presque tous les sportifs ne peuvent plus s'entraîner de manière optimale depuis plusieurs jours, et on ne sait pas combien de temps la pandémie va durer. (...) En automne, cela aurait peut-être été possible, mais dans le doute, il est tout à fait préférable de reporter les JO d'un an. C'est une décision sage."

Lire aussi

"On n'est plus dans le doute"

Yohann Diniz, champion du monde 2017 de marche, a réagi auprès de L’Equipe : "C’est plutôt une bonne chose (…) il était impossible d’aller à Tokyo cet été. La priorité est d’éradiquer la pandémie, bien avant de penser aux JO, tout le monde était d’accord." "Maintenant on sait, on n’est plus dans le doute, on peut penser à reconstruire une saison, et repartir sur une vraie préparation en vue de 2021", a expliqué l'athlète. 

D'autres appréhendent un peu plus, même s'ils saluent cette sage décision. "J'étais focalisée sur Tokyo 2020 et jusqu'au bout, j'ai cru que les dates allaient être maintenues", a déclaré à L'Equipe Mathilde Gros, sprinteuse sur piste. "Un report en 2021 me fait me poser plein de questions. Seize mois, c'est long... Qu'est-ce qu'on va décider pour les qualifications (elles étaient jouées sur la piste). Va-t-on les considérer comme acquises ou les rouvrir sur une année ? Une décision dans un sens ou dans l'autre changera complètement l'intérêt des compétitions."

"Certains vont être avantagés, d'autres moins"

Siraba Dembélé, capitaine de l'équipe de France féminine, a expliqué au quotidien sportif : "Personne n'aurait pris de risque au niveau de la santé des athlètes et du monde entier, c'est ça qui était en jeu. Après, c'est vrai que tout le monde s'est préparé pour cet été... Il va falloir repousser d'un an, réorganiser toute la préparation, certains vont être avantagés, d'autres moins mais ça fait partie du jeu, c'est comme ça. On est tous dans la même galère, ça va être une question de réorganisation."

Laurent Tillie, sélectionneur de l'équipe de France de handball, aurait dû disputer les JO 2020, mais n'est pas assuré d'être à la tête des Bleus en 2021. "Je suis sonné. Je me doutais que ce serait reporté, évidemment. Mais j'espérais plutôt que cela se fasse avant la fin de l'année. On ne connaît pas encore les dates précises mais, là tout de suite, je ne vois pas comment je pourrais mener l'équipe de France au tournoi olympique... Mon contrat avec les Panasonic Panthers (club d'Osaka) débute en septembre pour quatre années. (...) J'ai peut-être dirigé mon dernier match à la tête des Bleus sans le savoir. C'est étrange et dur de terminer ainsi", a-t-il confié au quotidien sportif

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent