Paris 2024 : Tahiti parmi les cinq sites candidats pour accueillir les épreuves de surf

Autres sports

Toute L'info sur

Les Jeux olympiques 2024 à Paris

JO 2024 - Le comité d'organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 a révélé mardi les cinq sites candidats pour accueillir les épreuves de surf. Ainsi, aux côtés de Bordeaux-Lacanau, Hossegor-Capbreton-Seignosse, Biarritz et La Torche, figure Tahiti, l'île de Polynésie française située à plus de 15 000 kilomètres de la métropole. Un site rêvé pour les surfeurs, qui serait d'ailleurs "favori" pour accueillir ces épreuves.

Mardi 16 juillet, les cinq sites candidats pour accueillir les épreuves de surf durant les Jeux olympiques de Paris en 2024 ont été révélés. Ainsi, La Torche, dans le Finistère, Biarritz, dans les Pyrénées-Atlantiques, Lacanau et Bordeaux, en Gironde, Hossegor, Capbreton et Seignosse, dans les Landes, et Tahiti, la plus grande île de la Polynésie française, vont avoir une chance de présenter leurs projets d'accueil au comité d'organisation des JO. Si elle fait rêver bon nombre de passionnés de surf, la candidature de Tahiti pose question pour deux raisons.

Tout d'abord la distance, l'île étant située à près de 15 700 kilomètres de la capitale. Délocaliser des épreuves olympiques à l'autre bout du monde peut effectivement poser des problèmes en terme de logistique mais également en raison du décalage horaire, qui est de douze heures par rapport à la métropole.

Lire aussi

Favori malgré les obstacles

Autre difficulté, la vague géante de Teahupoo. Connue de tous les surfeurs aguerris, cette vague, pouvant atteindre 15 mètres de haut, n'est pas surfée par les femmes en compétition. Or, le cahier des charges du comité d'organisation des Jeux olympiques est clair : les compétitions hommes et femmes doivent impérativement se dérouler au même endroit. Par sécurité, Tahiti a présenté un deuxième "spot" pour les épreuves de surf, celui de Papara. 

Moins mythique que Teahupoo, Papara présente néanmoins l'avantage d'être une vague de plage pour les hommes et les femmes, pouvant notamment accueillir le public. Reste à savoir si le comité d'organisation sera séduit par cette alternative. Selon le journal L'Equipe, malgré ces différents obstacles, "Tahiti est favori" pour accueillir ces épreuves de surf en 2024. Le choix final du site devrait s'effectuer au début de l'année 2020.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter