Rallye-raid : pourquoi le Dakar va s'exiler en Arabie saoudite dès 2020

Autres sports
DirectLCI
DÉLOCALISATION - Le Dakar va désormais se disputer en Arabie saoudite à partir de la prochaine édition, en janvier 2020, et pour cinq ans. Après trente années en Afrique et onze en Amérique latine, le plus célèbre des rallyes-raid va explorer de nouvelles contrées pour chercher notamment à relancer l'intérêt du public.

Le Dakar va découvrir un nouveau continent. Onze ans après avoir quitté l'Afrique pour l'Amérique latine, le plus célèbre des rallyes-raid migre en Arabie saoudite à partir de 2020 et pour les cinq prochaines éditions. "Le Dakar offre à ses compétiteurs l'occasion de venir se mesurer aux étendues gigantesques et vierges qui constitueront un cadre unique pour tester sa volonté, ses qualités de pilotage et ses dons pour la navigation", annonce ce lundi l'organisateur ASO dans un communiqué.


Sur le modèle du Pérou l'an dernier, la 42e édition ne sera disputée que dans le pays-hôte avant de s'ouvrir, à partir de 2021, aux voisins comme la Jordanie, Oman ou l'Égypte. "Depuis mes premiers souvenirs et mes premières expériences du Dakar, j'ai toujours considéré que ce rallye à part portait en lui le concept de la découverte, du voyage vers l'inconnu", explique David Castera, nouveau patron du Dakar. "En allant en Arabie saoudite, c'est bien entendu cet aspect qui me fascine. Je suis certain que ce même sentiment va animer tous les pilotes et copilotes. Et en tant que directeur de l'événement, c'est un défi grandiose de se retrouver face à cette page blanche, avec des possibilités infinies. Je suis déjà inspiré et heureux de devoir tracer un parcours dans une géographie aussi monumentale et propice aux itinéraires les plus audacieux. Il n'y a que l'embarras du choix. Sport, navigation, dépassement de soi, seront à l'évidence magnifiés dans ces territoires faits pour le rallye-raid."

Une migration pour relancer l'intérêt

Créée en 1978, l'épreuve, alors appelée Paris-Dakar, était courue entre l'Europe et le nord de l'Afrique jusqu'en 2007, avant de déménager en Amérique latine pour se prémunir de la menace terroriste. Onze ans après sa relocalisation, le mythique rallye-raid va donc poser ses roues au Proche-Orient, plus précisément en Arabie saoudite, 30e pays traversé par le Dakar, pour se réinventer. Sur le plan sportif, la large étendue de ce pays trois fois plus grand que la France va offrir un terrain de jeu novateur et spectaculaire, avec le "Quart Vide", la plus grande mer de sable du monde (1000 km de longueur pour 5000 de largeur).


Cela devrait relancer l'intérêt du public. En perte de vitesse depuis plusieurs années, l'installation de l'événement dans le Royaume saoudien va rendre de nouveau possible les retransmissions télévisées avec des arrivées d'étapes en direct. 

En vidéo

ARCHIVE - Apprentis mécaniciens : comment entretenir une voiture de rallye ?

Un désintérêt croissant de l'Amérique latine

Néanmoins, ce mariage détonne. En effet, malgré des ouvertures de façade, l'Arabie saoudite n'est pas un exemple à suivre en matière de Droits de l'homme, de droit des femmes et de liberté de la presse, comme en témoigne l'affaire Jamal Khashoggi. Mais, face à la crise économique qui secoue l'Amérique latine, où tour à tour les pays se sont désengagés du Dakar, rechignant à débourser les 2 à 5 millions de dollars demandés, la direction de course a vu en l'option saoudienne une porte de sortie plus que convenable avec, selon plusieurs sources, un contrat de 15 millions de dollars par édition à la clé. Après avoir sondé puis écarté l'hypothèse sud-africaine, dont le terrain n'était pas adéquat, le Royaume est apparu comme la solution de repli idoine. 


Hôte de la Supercoupe d'Italie de football et d'une course de Formule-E, l'Arabie saoudite cherche à étendre sa politique d'ouverture. L'obtention du Dakar entre pleinement dans ce processus. Pour l'instant, le tracé de cette édition 2020 est encore tenu secret. Les détails de cette nouvelle aventure seront dévoilés le 25 avril à Al-Qiqqiya, près de la capitale saoudienne Riyad.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter