REVIVEZ - Tour de France : Nibali vainqueur à Val Thorens, Alaphilippe éjecté du podium, Bernal en jaune

Autres sports
CONFIRMATION - Après un vendredi de folie, marqué par l'arrêt de la 19e étape et la prise de pouvoir d'Egan Bernal, la 20e et avant-dernière étape a été raccourcie et ramenée à 59 bornes ce samedi entre Albertville et Val Thorens en raison de l'état des routes. Une étape remportée par Vincenzo Nibali. Tandis que le Colombien conserve le Maillot jaune, Julian Alaphilippe est, lui, éjecté du podium. Romain Bardet termine en pois.

L'ultime explication avant les Champs-Élysées aura été fatale à Julian Alaphilippe. Au lendemain de la neutralisation de la 19e étape au sommet de l'Iseran, suite à des chutes de grêle ayant provoqué des éboulements, la 20e et avant-dernière étape, la dernière alpestre, a été amputée de deux cols et raccourcie à 59 bornes. Un bouleversement pour le profil de cette "course de côte" qui a vu Vincenzo Nibali (Bahrain-Merida) finir seul en tête, sa sixième victoire sur la Grande Boucle, et le leader de l'équipe Deceuninck-Quick Step sortir du podium après avoir été distancé dans l'ascension finale vers Val Thorens. 


Dépossédé de son Maillot jaune par Egan Bernal (Ineos) après l'étape légendaire de vendredi, Alaphilippe n'avait plus grand-chose dans le réservoir pour affronter l'unique ascension du jour. Il a fini par craquer à 13 kilomètres de l'arrivée à Val Thorens. Le Français, porteur de la tunique jaune pendant 14 jours, a terminé à 3'17" du vainqueur du jour et à plus de deux minutes de ses poursuivants au classement général. Par ricochet, il dégringole à la cinquième place et voit Geraint Thomas (Ineos), Steven Kruijswijk (Jumbo-Visma) et Emmanuel Buchmann (Bora-Hansgrohe) le devancer in extremis avant l'arrivée dans la capitale.

Bernal en jaune, Bardet à pois

Quatrième de cette avant-dernière étape, Egan Bernal va devenir ce dimanche à Paris le premier Colombien à remporter le Tour de France et, à 22 ans, l'un des plus jeunes vainqueurs de l'épreuve. Jamais depuis la reprise du Tour en 1947 après la Seconde Guerre mondiale, un coureur aussi jeune n'avait gagné la Grande Boucle. Dans l'histoire de l'épreuve, Bernal n'est précédé que par le Français Henri Cornet, victorieux à 19 ans et 352 jours en 1904 après le déclassement des quatre premiers après divers incidents, et le Luxembourgeois François Faber en 1909, 22 ans et 187 jours, dix jours de moins que le lauréat 2019.

Cette "course de côte", pour l'essentiel, qui était proposée aux "survivants" de cette édition complètement folle, n'a pas eu raison de tous les Français. Sur ce parcours amputé de 72 kilomètres, Romain Bardet (AG2R La Mondiale) a sauvé son maillot à pois de meilleur grimpeur. Pas au mieux ce samedi, avec une 27e place à l'arrivée dans la commune de Savoie, l'Auvergnat a pu compter sur sa bonne étoile (et la mauvaise organisation de ses poursuivants) pour conserver sa place sur le podium protocolaire. Dimanche soir, à défaut d'un Français en jaune, il y aura quand même un Français à l'honneur sur les Champs-Élysées.

Live

CLASSEMENT GÉNÉRAL


1. Egan Bernal (Ineos)

2. Geraint Thomas (Ineos), à 1'11"

3. Steven Kruijswijk (Jumbo-Visma), à 1'31"

4. Emanuel Buchmann (Bora-Hansgrohe), à 1'56"

5. Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step), à 3'45"

6. Mikel Landa (Movistar), à 4'23"

7. Rigoberto Uran (EF Education First), à 5'15"

8. Nairo Quintana (Movistar), à 5'30"

9. Alejandro Valverde (Movistar), à 6'12"

10. Warren Barguil (Arkéa-Samsic), à 7'32"

SUCCESSION


Le message classe de Geraint Thomas, lauréat 2018, à son successeur. 

BERNAL À LA FÊTE


Moment heureux entre Egan Bernal (Ineos) et sa femme après l'étape.

BARDET À POIS


Romain Bardet (AG2R La Mondiale) sauve son maillot à pois. Déçu d'avoir été incapable de briller au général, le 3e du Tour 2018 termine meilleur grimpeur de la Grande Boucle 2019.

BERNAL EN JAUNE


Egan Bernal (Ineos) va succéder à son coéquipier Geraint Thomas au palmarès du Tour de France. C'est le premier Colombien de l'histoire à remporter la Grande Boucle.

UN TOP 5 POUR ALAPHILIPPE


Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick-Step) en termine avec 3'17" de retard sur Nibali. Le Français peut se consoler puisqu'il conserve de justesse sa place dans le Top 5.

CLASSEMENT DE L'ÉTAPE


1. Vincenzo Nibali (Bahrain-Merida)

2. Alejandro Valverde (Movistar), à 10"

3. Mikel Landa (Movistar), à 14"

4. Egan Bernal (Ineos), à 17"

5. Geraint Thomas (Ineos), m.t.

Urgent

KM 0


VICTOIRE D'ÉTAPE POUR VINCENZO NIBALI !!! Le "Requin de Messine" signe sa sixième victoire sur le Tour de France. Parti dans le groupe de tête, le coureur de Bahrain-Merida a tenu bon malgré une fin d'étape sur les rotules. Un succès plein de panache pour l'Italien.

KM 0,2


Ça sent bon pour Nibali ! Landa n'apparaît pas dans l'écran. 

KM 0,5


Landa sort du groupe de poursuivants. Il attaque mais ça risque d'être court.

KM 0,8


Nibali s'attaque à l'ultime portion du tracé à plus de 11%.

KM 1


C'est la flamme rouge ! Plus qu'un kilomètre à parcourir pour Nibali.

KM 1,8


Soler cale à son tour. L'étape va revenir à Nibali. 

KM 2,2


Poels prend la tête du groupe Maillot jaune, qui pourchasse de Nibali. 

KM 2,9


Alaphilippe (Deceuninck-Quick-Step) recule à plus de 2'30" du groupe Maillot jaune. Cette fin d'étape alpestre est en train de tourner au cauchemar pour le Français.

KM 3,2


Nibali (Bahrain-Merida) déploie une puissance extraordinaire dans les derniers kilomètres. Le "Requin de Messine" est en train de marquer cette étape de son empreinte.

KM 3,6


Le groupe Maillot jaune avale les trois coureurs intercalés qu'étaient Yates, Barguil et Quintana. Nibali (Bahrain-Merida) conserve 42" d'avance en tête.

KM 4


Nibali fait mieux que résister à Soler : 0'37" à l'entrée de Val Thorens.

KM 4,5


Alaphilippe (Deceuninck-Quick-Step) cède plus de 2' au groupe Maillot jaune.

KM 4,9


Soler distance Yates, Quintana et Barguil. Il demeure la seule menace crédible pour Nibali (Bahrain-Merida). Il n'est plus qu'à 28" de l'Italien à 5 kilomètres de l'arrivée. 

KM 5,7


Quintana (Movistar) sort à son tour ! Le Colombien, qui a pris la roue de Barguil, vise lui aussi le maillot de meilleur grimpeur. Les favoris commencent à se montrer.

KM 6,4


Yates attaque. Le Britannique, candidat au maillot à pois, sort du peloton. Il part à l'assaut de Nibali et Zakarin. La tunique rouge et blanche de Bardet est en suspend.

KM 6,8


Nibali conserve 58" d'avance sur De Plus, qui vient de reprendre Fraile.

KM 7,2


Alaphilippe (Deceuninck-Quick-Step) perd désormais plus d'une minute sur Bernal, Thomas, Kruijswijk et Buchmann. Il dégringole au classement général virtuel. 

KM 7,9


Bardet (AG2R La Mondiale) a tenté de ramener Alaphilippe (Deceuninck-Quick-Step) mais l'ancien Maillot jaune est cuit. La fin est proche pour le Français.

KM 8,3


Alaphilippe (Deceuninck-Quick-Step) ne suit pas la cadence dans le groupe de coureurs distancés. Le Français n'a pas les jambes aujourd'hui pour réaliser un coup.  

KM 8,9


Les images d'Alaphilippe (Deceuninck-Quick-Step) lâché.

KM 9,4


Personne ne semble en mesure d'attaquer Nibali (Bahrain-Merida). Le "Requin de Messine" accroît son avance à 1'. Herada (Cofidis) bouge en tête de ce qu'il reste du peloton. 

KM 10


Nibali (Bahrain-Merida) a 22" de marge sur Zakarin (Katusha-Alpecin) et 1'04" sur le groupe Maillot jaune. Le groupe Alaphilippe perd du temps à chaque kilomètre (1'54"). 

KM 11


Alaphilippe (Deceuninck-Quick-Step) est actuellement pointé à 39" du groupe Maillot jaune. Il sort virtuellement du podium du Tour de France. Grosse désillusion pour le Français.

KM 12


Nibali (Bahrain-Merida) remet une attaque alors que Woods revenait dans sa roue. L'Italien est en train de réaliser un numéro en solitaire dans cette dernière étape alpestre.

KM 12


Bardet (AG2R La Mondiale) lâche aussi du terrain sur le groupe Maillot jaune. 

KM 13


Nibali (Bahrain-Merida) place une attaque en tête de la course ! 

KM 13


Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) est distancé.

KM 14


Soler (Movistar) prend le relai de De Plus et met un nouveau coup de pédale. 

KM 14


Ils sont six en tête de la course : Nibali (Bahrain-Merida), Woods (EF Education First), Zakarin (Katusha-Alpecin), Périchon (Cofidis) et Gallopin (AG2R La Mondiale) rejoint par Fraile (Astana). Ils essaient de maintenir le peloton au-dessus de la minute.

KM 15


De Plus (Jumbo-Visma) fait mal en tête du peloton. Derrière, Uran, Bardet et Yates s'accrochent en queue de groupe. Il ne va pas rester grand-chose à cette allure.

KM 16


L'échappée est pratiquement condamnée. La jonction va se faire prochainement.

KM 17


De Gendt, Martin, Porte, Uran, Sicard sont tous lâchés par le peloton, emmené par De Plus (Jumbo-Visma) qui dynamite tout. Il n'y a plus qu'1'14" de marge pour l'échappée.

KM 18


Le groupe Maillot jaune s'est réduit à une quarantaine de coureurs. Alaphilippe (Deceuninck-Quick-Step) tient bon et reste bien calé dans la roue de Bernal (Ineos). 

KM 18


Le peloton accélère mais reste toujours à 1'41" de l'échappée de six.

KM 19


Sicard tente de faire faux bond au peloton. La Jumbo-Visma le prend en chasse.

KM 19


Sicard tente de faire faux bond au peloton. La Jumbo-Visma le prend en chasse.

KM 20


Nibali (Bahrain-Merida), Woods (EF Education First), Zakarin (Katusha-Alpecin), Périchon (Cofidis) et Gallopin (AG2R La Mondiale) restent sous la menace du groupe Rui Costa.

KM 21


Ineos se positionne à l'avant. La formation du Maillot jaune Egan Bernal durcit la course.

KM 23


Pour la première fois depuis le départ d'Albertville, l'écart entre l'échappée et le groupe Maillot jaune retombe en-deçà des 2' (1'57"). Le peloton accélère pour faire son retard.

KM 24


Gros travail de sape de la Jumbo-Visma en tête du peloton. Les coureurs sautent les uns après les autres dans cette ascension finale vers la commune de Savoie.

KM 24


Viviani ne parvient plus à suivre le peloton. Il est distancé.

KM 25


Malgré l'accélération du peloton, Nibali, Woods, Gallopin, Zakarin et Périchon résistent et conservent 2'01" d'avance. Ils se relaient bien pour maintenir la cadence de course.

KM 26


C'est au tour de De Gendt (Lotto-Soudal) d'être avalé par le peloton. 

Infos précédentes

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter