Roland-Garros : "Il fait trop froid pour jouer", déplore Rafael Nadal

Dans le froid, Rafael Nadal a signé la victoire la plus tardive dans l'histoire de Roland-Garros.
Autres sports

MÉTÉO - Tombeur en trois sets de Jannik Sinner au cœur de la nuit parisienne, Rafael Nadal s'est plaint des conditions dans lesquelles il a été contraint de disputer son quart de finale. L'Espagnol a dû lutter contre le froid et le vent jusqu'à 1h26 dans la nuit de mardi à mercredi.

Jusqu'au bout de la nuit. En quête d'une 13e couronne à Roland-Garros, un 20e titre en Grand Chelem qui lui permettrait d'égaler le record de Roger Federer, Rafael Nadal a composté, dans le froid et le vent de la nuit automnale, son billet pour les demi-finales. Appelé à jouer le dernier match d'une journée marathon, débutée à 11h, avec cinq rencontres annoncées sur le Central, le numéro 2 mondial n'a fait son apparition sur le court que tard dans la soirée. L'Espagnol a bouclé son match à 1h26 du matin face à l'espoir italien Jannik Sinner (7-6 (7/4), 6-4, 6-1). Sous dix petits degrés et devant des spectateurs emmitouflés sous des couches de vêtement, il a gagné la partie la plus tardive de l'histoire du tournoi parisien. 

"Il est très tard, merci d'être restés malgré les conditions difficiles", a-t-il lancé au public frigorifié après sa victoire, la 98e en 100 matchs sur la terre battue parisienne. Peu après, lors de sa conférence de presse virtuelle, le Majorquin de 34 ans est revenu sur cette "night session", commencée à 22h37. "Le problème, c'est la météo, bien sûr ce n'est pas idéal de finir à 1h30 du matin, mais il fait surtout trop froid pour jouer. Il fait très, très froid", a-t-il regretté. "Je sais que les footballeurs jouent dans ces conditions, mais ils sont en mouvement tout le temps. Nous, on bouge, on s'arrête, on se pose aux changements de côté, on revient. Je pense que c'est un peu dangereux pour le corps de jouer dans ces conditions."

Au début de la quinzaine, alors que la météo faisait dégoupiller Victoria Azarenka, il avait déjà pointé les conditions de jeu particulières du côté de la porte d'Auteuil. "Elles sont très, très difficiles. Il fait tellement froid", avait indiqué le maître des lieux. "C'est une situation extrême pour jouer un tournoi en extérieur, avec de la pluie presque chaque jour, le froid, le vent... Cela rend les choses difficiles pour tout le monde. (...) Les conditions sont probablement les plus difficiles que j'ai connues ici pour différentes raisons."

Lire aussi

Je pensais avoir deux jours off. Ce sera un jour et demi- Rafael Nadal, après son quart de finale tardif à Roland-Garros

Mardi, aux quatre rencontres programmées sur le Central, a été ajouté dans la matinée le dernier huitième de finale du tableau féminin reporté à cause de la pluie, ce qui a, comme on pouvait le présager, créé un embouteillage. "Je ne sais pas pourquoi ils ont programmé cinq matchs sur le Chatrier, il y avait des risques qu'il y ait de longs matchs, pas de chance, c'est ce qui s'est passé (la rencontre 5h08 entre Diego Schwartzman et Dominic Thiem, ndlr)", a-t-il déclaré, sans vouloir polémiquer. Pas fâché, l'ex-numéro 1 a "accepté la situation". "J'ai essayé d'être patient, compréhensif et de rester positif. (...) Il ne manquerait plus que je commence à être énervé d'être en quart de finale de Roland-Garros", a-t-il affirmé, dans un sourire.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Mais ce match le plus tardif jamais terminé à Roland-Garros pourrait laisser quelques traces. Vendredi, Rafael Nadal retrouvera sur son chemin l'Argentin Diego Schwartzman, qui l'avait stoppé en quart de finale à Rome juste avant le tournoi parisien. "Je pensais avoir deux jours off. Ce sera un jour et demi. Diego part avec un léger avantage, c'est une réalité. Les conditions lui sont plutôt favorables", a-t-il lâché en sortant du court. Pour autant, fidèle à lui-même, hors de question de se chercher des excuses : "Il me reste deux jours pour m'entraîner, travailler sur ce qui doit l'être et me reposer afin d'être prêt."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Nous avons perdu la maîtrise" de l'épidémie, alerte l'infectiologue Karine Lacombe

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

EN DIRECT - Covid-19 : le PIB baissera au quatrième trimestre, confirme Bruno Le Maire

Caricatures, loi sur le voile, mise à l'honneur d'Israël... quand la France est visée par un boycott

Des médecins réclament un couvre-feu à 19h et un confinement le week-end

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent