Photo polémique de l'arbitre de Galles-France : "On ne peut pas se permettre ce genre d'écart", l'avis d'un ancien arbitre de rugby

Autres sports

Toute L'info sur

Coupe du monde de rugby 2019 au Japon

POLÉMIQUE - World Rugby a ouvert une enquête après la diffusion d'une photo de Jaco Peyper, l'arbitre du quart de finale perdu par le XV de France, où on le voit hilare en train d'imiter le geste de Vahaamahina. Pour Didier Mené, ancien arbitre international qui a "du mal à y croire", cette "maladresse" risque de coûter cher à l'officiel sud-africain.

C'est le genre de cliché qui ne passe pas. Dimanche 20 octobre, quelques heures après l'élimination du XV de France en quarts de finale du Mondial japonais, battu d'un point par le pays de Galles (20-19), l'arbitre Jaco Peyper a posé avec des supporters gallois en parodiant le coup de coude asséné par Sébastien Vahaamahina dans la tête d'Aaron Wainwright. Un geste d'anti-jeu du deuxième ligne logiquement sanctionné d'un carton rouge. Sur le cliché, pris dans un bar, l'officiel sud-africain apparaît, hilare, au milieu des fans du XV du Poireau qui lui auraient payé, selon le récit qu'en a fait l'auteur de la photo au Parisien, des coups à boire. "Une maladresse" pour Didier Mené, ancien arbitre international. 

"Je ne sais pas si c'est un photomontage ou un vrai cliché. C'est tellement gros. J'ai du mal à y croire", avoue à LCI l'ancien patron de l'arbitrage français. "Si c'est réel, c'est une maladresse. C'est dommage parce que la sanction (l'expulsion de Vahaamahina, ndlr) était justifiée et, à mon avis, l'essai décisif de Ross Moriarty (contesté pour une suspicion d'en-avant) était valable. Peyper pouvait et devait sortir de ce match, si on reste objectif, sans reproche. C'est un très bon arbitre. Je ne comprends pas."

Lire aussi

Les arbitres devraient être beaucoup plus discrets- Didier MENÉ, ancien arbitre international

Prendre la pose avec des supporters, "à mon époque, c'est déjà quelque chose qui se faisait déjà", nous raconte l'officiel qui a notamment dirigé trois finales du Top 14, le championnat de France de rugby, en 2000, 2002 et 2006. "Mais, aujourd'hui, les arbitres sont considérés comme des vedettes à l'instar des joueurs. On peut le regretter d'ailleurs", poursuit-il. "On le voit dans ce genre de circonstances. Je préférerais que les arbitres se fassent beaucoup plus discrets. Ceci étant dit, quand on arbitre et qu'on accepte de faire les photos, il faut s'assurer que ce ne sera pas ensuite sujet à discussion. Si, en plus, on mime des gestes comme le coup de coude de Sébastien Vahaamahina, là c'est une terrible maladresse. L'imprudence aurait été de prendre la photo, la maladresse est de prendre la photo en reproduisant le geste." Dès lors, Didier Mené comprend "tout à fait que les Français soient troublés par cette photo."

C'est possible que sa Coupe du monde s'arrête là- Didier MENÉ, ancien arbitre international

D'autant que les arbitres sont soumis à un devoir de réserve avant, pendant et après chaque rencontre auquel ils prennent part. "Même au niveau régional, on ne peut pas se permette ce genre d'écart. Même quand on veut faire de l'humour, il faut garder de la retenue. A fortiori quand les enjeux sont si importants. Et puis, avec les réseaux sociaux, tout se sait en quelques minutes. Par le passé, on a toujours reproché aux arbitres leur trop grande connivence non avérée ou leur complicité supposée. On fantasme beaucoup autour de l'arbitrage. Raison de plus pour ne pas alimenter les fantasmes", déplore l'ancien arbitre.

En réaction, World Rugby, l'instance qui régit le rugby à l'échelle internationale, a annoncé ce lundi 21 octobre qu'une enquête a été ouverte pour "établir les faits" avant de prononcer une éventuelle sanction. Celle-ci est souhaitée, "pour l'exemple", comme l'a fait savoir le président de la Fédération française de rugby (FFR) Bernard Laporte au micro de TF1/LCI. "C'est le minimum", assure l'ancien arbitre international. "Si cette photo est vraie, c'est maladroit et cela risque de le mettre en difficulté. C'est possible que sa Coupe du monde s'arrête là. Pour la sanction, il n'y a pas de barème à la différence d'un geste d'un joueur sur un terrain. Là, on est plus sur une affaire de comportement et de l'éthique qui se règle au cas par cas. Ils décideront si cette maladresse mérite une sanction immédiate ou non."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter