Il vient d'être nommé capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis : trois choses à savoir sur Sébastien Grosjean

Il vient d'être nommé capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis : trois choses à savoir sur Sébastien Grosjean

Autres sports
DirectLCI
FOCUS - En remplacement d'Amélie Mauresmo, qui a renoncé au poste après la réforme de la Coupe Davis, la Fédération française de tennis (FFT) a décidé de faire confiance à une de ses anciennes gloires, Sébastien Grosjean, à la tête de l'équipe de France de Coupe Davis. Voici trois choses à savoir sur le natif de Marseille.

Ce lundi, la Fédération française de tennis (FFT) a annoncé dans un communiqué la nomination de Sébastien Grosjean, ancien numéro 4 mondial, au poste de capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis. Ce dernier arrive en lieu et place d'Amélie Mauresmo, qui a quitté son poste avant même avoir dirigé le moindre match, préférant prendre en main le Tricolore Lucas Pouille après la réforme de la Coupe Davis adoptée par la Fédération internationale (ITF). Le natif de Marseille sera également en charge de la délégation masculine destinée à jouer aux prochains Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Voici trois choses à savoir sur le nouveau patron des Bleus en Coupe Davis.

Vainqueur de la Coupe Davis en 2001

C'est un plus non-négligeable pour le nouveau capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis. A l'instar d'Arnaud Clément, capitaine des Bleus de 2013 à 2015 (ndlr : il atteindra la finale de la Coupe Davis face à la Suisse), Sébastien Grosjean a également remporté la compétition en tant que joueur, en 2001, lors d'une finale épique contre l'Australie de Lleyton Hewitt, remportée sur le score de 3-2. Son prédécesseur au poste de capitaine, Yannick Noah, a quant à lui glané trois succès dans ce rôle, en 1991, 1996 et 2017. En tant que joueur, Noah avait atteint la finale en 1982, perdue 1-4 contre les États-Unis sur terre battue.

Une année 2001 fabuleuse

Au cours d'une carrière en dents de scie stoppée seulement à 32 ans, après une blessure contractée à l'épaule, Sébastien Grosjean a offert au tennis français quelques très grands moments, notamment lors de l'année 2001. Lors de cette saison, le Phocéen, alors âgé de 23 ans, va pratiquer son meilleur tennis, s'imposant même comme l'un des meilleurs au monde sur l'année. 


Le petit droitier va enchaîner les résultats de très haut niveau, avec notamment deux demi-finales à l'Open d'Australie, perdue face à son compatriote Arnaud Clément après avoir mené 2 sets à rien (5-7, 2-6, 7-6, 7-5, 6-2), et à Roland-Garros, s'inclinant logiquement contre Alex Corretja (7-6, 6-4, 6-4), après avoir balayé en quart de finale la légende américaine Andre Agassi (1-6, 6-1, 6-1, 6-3).


Avant une finale perdue au Masters de Sydney en novembre face à Lleyton Hewitt (6-3, 6-3, 6-4), le Français va s'offrir un succès de prestige en octobre au Masters 1000 de Paris-Bercy, en terrassant le Russe Ievgueni Kafelnikov en finale (7-6, 6-1, 6-7, 6-4). Une victoire qui lui permet de finir l'année 2001 au 6e rang mondial, son meilleur classement en carrière.

Ex-entraîneur de Richard Gasquet

En prenant la tête de l'équipe de France de Coupe Davis, Sébastien Grosjean va retrouver une vieille connaissance en la personne de Richard Gasquet. En 2011, ces deux-là vont en effet se côtoyer de très près, Grosjean devenant le coentraîneur du Biterrois, dans un premier temps en association avec Ricardo Piatti, puis pendant deux ans en collaboration avec Sergi Bruguera, de 2014 à 2016.


Après la fin de leur partenariat, Grosjean était revenu sur la relation qui le liait à Gasquet : "Il n’y a aucun problème entre lui et moi. Notre relation va au-delà d’une relation joueur-coach. On a appris à se connaître. Aujourd’hui, Richard est un ami. On a vécu des trucs fantastiques tous les deux." Sous ses ordres, "Richie" va notamment se hisser au neuvième rang mondial en 2015, avec notamment une demi-finale à Wimbledon la même année.


En outre, Grosjean avait également entraîné de manière partielle le sulfureux Australien Nick Kyrgios en 2017, réputé pour avoir un caractère imprévisible. Ce dernier avait d'ailleurs rendu un bel hommage au Français : "Je ne suis pas assez bon pour lui, c'est quelqu'un qui s'investit énormément, c'est un entraîneur incroyable. Il mérite probablement un joueur qui est plus investi dans le tennis que moi, il mérite mieux que moi."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter