VIDÉO - Les astuces de Thomas Vergouwen, l'homme qui connaît déjà le parcours du Tour de France 2019

Autres sports
DirectLCI
MÉTHODE - Ce jeudi, depuis le Palais des Congrès de Paris, l'organisateur du Tour de France va dévoiler le parcours 2019. Une carte (déjà) révélée par Thomas Vergouwen, un Néerlandais installé en France. Depuis dix ans, ce passionné utilise une méthode pour dresser avant l'heure le tracé de l'édition à venir. Et il a fait ses preuves.

"Comme Obélix", le Tour de France, il est "tombé dedans quand [il] était petit". Installé en France depuis maintenant 16 ans, Thomas Vergouwen mène l'enquête pour découvrir les routes qu'empruntera le peloton au mois de juillet de l'année prochaine. Ce Néerlandais de 39 ans, fondateur et animateur du site de référence velowire.com, propose en avant-première le tracé de l'édition à venir, avant même l'organisateur officiel ASO (Amaury Sport Organisation, ndlr). Et depuis dix ans, qu'il se prête à ce travail de fourmi, ce passionné de vélo a fait ses preuves en trouvant près de 100% des villes-étapes de la Grande Boucle ces dernières années.


Il a accepté de raconter à LCI sa méthode (quasiment) infaillible. Le tout, alors que le parcours de la 106e édition (du 6 au 28 juillet 2019) doit être dévoilé ce jeudi 25 octobre au Palais des Congrès, à Paris. Car si les organisateurs se sont déjà laissé aller à quelques confidences - le départ sera donné à Bruxelles, en Belgique, en hommage au cinquantenaire de la première victoire sur le Tour d'Eddy Merckx - la suite n'est faite que de rumeurs.

LCI : Depuis quelques années, vous êtes connu pour dévoiler le parcours du Tour à venir en avant-première. Comment faites-vous pour obtenir ces informations ?

Thomas VERGOUWEN : Elles viennent de différentes sources. La première, c'est la PQR, la presse quotidienne régionale. Et d'ailleurs, j'ai un petit message à leur passer. Ne le faites pas à l'envers. Ne venez pas voir chez moi ce que je dis pour ensuite écrire la même chose. Je constate en effet que ces dernières années, c'est l'inverse qui se passe. Ça m'embête un peu parce que ça m'empêche de faire le travail correctement. Derrière, je regarde aussi les réservations d'hôtels qui sont effectuées par Amaury Sport Organisation (l'organisateur de la Grande Boucle, ndlr) et qui sont plus ou moins accessibles. On peut savoir à peu près où ils ont été réservés. En même temps, réserver les hôtels pour le mois de juillet de l'année prochaine au mois de septembre ou octobre, ce n'est pas tout le monde qui le fait. S'il y en a qui sont beaucoup réservés dans un lieu précis, il est fort probable que ce soit pour le Tour de France. Ensuite, il y a les sources personnelles. Ce sont des gens qui m'appellent et me donnent des infos, régulièrement sous couvert d'anonymat. Ils ne veulent pas me dire qui ils sont ou alors ils me le disent mais ne veulent pas que je parle d'eux sur mon site internet.

LCI : Comment triez-vous les bonnes et les mauvaises informations qui vous arrivent ?

Thomas VERGOUWEN : Je les relaie lorsque je pense qu'elles sont crédibles. Des "J'ai entendu dire que", j'en ai beaucoup mais ce n'est pas forcément crédible. 

Quand on regarde une étape du Tour, elle fait un certain nombre de kilomètres. Elle passe d'un point A à un point B. Il faut que ça soit logique par rapport aux étapes qui précédentes et celles qui suivent. En gros, en mettant tout ça ensemble, en recoupant les informations et en vérifiant la faisabilité, on arrive à trouver, si on le fait bien (rires), le parcours de l'année suivante.

En vidéo

Tour de France 2019 : qu'en pensent Christian Prudhomme et les coureurs ?

LCI : Vous connaissez bien le patron du Tour, Christian Prudhomme, mais vous lui coupez souvent l'herbe sous le pied en annonçant le parcours avant lui. Comment le prend-il ?

Thomas VERGOUWEN : Il faut savoir que j'annonce les villes mais pas ce qu'il se passe entre les deux. Pendant sa présentation, ASO dévoile plein d'autres choses intéressantes pour mieux connaître le parcours du Tour. Sur le sujet, il faut avoir en tête que Christian Prudhomme est un journaliste. C'est surtout cette approche-là qu'il a par rapport à moi. Typiquement, quand j'ai une information que j'ai trouvée mais qui s'avère finalement fausse, je la barre et je mets une nouvelle info. Il apprécie ça, le fait que j'assume quand je fais une erreur et que j’essaie d'aller plus loin et de rebondir. Après, effectivement, sur le contenu, peut-être qu'il voudrait garder les choses plus secrètes. D'ailleurs, l'année dernière, ASO avait communiqué dans ce sens en disant : "Nous, on essaie de protéger les informations"... pour que, justement, quelqu'un comme moi ne puisse pas les relayer avant la présentation.

LCI : Vous êtes régulièrement bien informé. Savez-vous si des coureurs vous lisent ?

Thomas VERGOUWEN : En fait, à cette période de l'année (en octobre, ndlr), les coureurs et les équipes ne s'intéressent pas forcément au parcours du Tour de France de l'été suivant. Ils attendent plutôt l’annonce officielle. Après, je sais que des coureurs lisent mes articles. On en discute régulièrement. De temps en temps, ils me disent : "Tu avais encore raison, c'est quand même fort ce que tu fais". Je sais qu'ils me lisent mais c'est plutôt pour l'amusement à l’intersaison que pour préparer le Tour qui a lieu dans huit mois.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter