"Tout est plus facile dans les dictatures", "ce soi-disant réchauffement climatique" : le président de la Fédération internationale de ski se lâche

"Tout est plus facile dans les dictatures", "ce soi-disant réchauffement climatique" : le président de la Fédération internationale de ski se lâche

Autres sports
DirectLCI
CRAQUAGE – Gian Franco Kasper, à la tête de la Fédération internationale de ski depuis 21 ans, en a gros sur la patate.

Gian Franco Kasper est au ski ce que Sepp Blatter était au football : de nationalité suisse, ancien sportif anonyme, plusieurs décennies passées au sein d’une omnipotente Fédération internationale, longtemps secrétaire générale, avant de prendre la tête de l’instance pour ne plus la lâcher... Mais si Sepp Blatter a dû quitter son poste de président de la Fifa, en raison de problèmes judiciaires, Gian Franco Kasper, lui, occupe toujours celle de la FIS, 21 ans après son accession, et âgé de 75 ans.

Il n’y a aucune preuve du réchauffement climatique. Nous avons de la neige.Gian Franco Kasper

Le dirigeant s’exprime ce mardi dans les colonnes du Tages Anzeiger, un quotidien suisse alémanique. Et c’est peu dire que ses propos, lâchés tout à son aise, vont faire parler dans les prochaines heures. En effet, interrogé sur l’impact de la neige artificielle sur le réchauffement climatique, en marge des Mondiaux de ski qui se tiennent actuellement à Åre (Suède), le septuagénaire ne s’embarrasse pas du politiquement correct.

D’un point de vue commercial, je ne me rendrai plus que dans des dictatures.Gian Franco Kasper

"Toutes ces discussions sur la neige artificielle ou le gaspillage d’eau ne s’arrêtent jamais, bien qu’aucune goutte d’eau ne soit gaspillée", s’étrangle-t-il ainsi. "L’énergie que cela demande, c’est autre chose. Mais en termes de perte d’eau, c’est pareil lorsque vous arrosez le jardin. Et puis, il y a ce soi-disant réchauffement climatique… Il n’y a aucune preuve. Nous avons de la neige, même parfois beaucoup." Des déclarations que n’auraient pas reniées Donald Trump.

"Les dictateurs peuvent organiser de telles manifestations sans demander la permission au peuple. Pour nous, tout est plus facile dans les dictatures. D’un point de vue commercial, je ne me rendrai plus que dans des dictatures. Je n’aurai pas à me bagarrer avec des défenseurs de l’environnement", répond-il, en outre, quand on l’interroge sur le choix de Pékin pour organiser les Jeux olympiques de 2022.

Mais attention, toutes les dictatures ne se valent pas non plus aux yeux de Gian Franco Kasper, qui n’hésite pas à critiquer le choix du Qatar pour organiser le prochain Mondial de football. "Je ne veux pas me rendre dans un pays qui investit dans le ski tout en laissant son peuple mourir de faim. Si le Qatar demande les Jeux olympiques, je n’y serais pas favorable", assène-t-il enfin… Un tacle appuyé au mollet de la Fifa, dirigée, au moment de cette décision, par un certain Sepp Blatter.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter