"Si j'en voulais un qui me détrône, c'est bien lui" : la réaction tout en fair-play de Panis à la victoire de Gasly

Pierre Gasly, ému après sa victoire à Monza, le 6 juin.
Autres sports

CHAPEAU - Olivier Panis a longtemps profité de son statut. Mais en remportant son premier Grand Prix, dimanche à Monza, Pierre Gasly l'a effacé des tablettes, devenant le premier Français à s'imposer dans un GP depuis... 1996.

Dimanche, Pierre Gasly a chamboulé l'histoire française de la Formule 1. A l'issue d'une course folle sur le circuit de Monza, qui s'est terminé sans une Mercedes, sans une Red Bull et ou encore sans une Ferrari sur le podium, le pilote français d'AlphaTauri a frappé un grand coup

En s'imposant à 24 ans sur le tracé mythique italien, Pierre Gasly tourne une page, qui était restée ouverte depuis son année de naissance : celle du dernier vainqueur français dans un Grand Prix. Un honneur détenu depuis 1996 par Olivier Panis quand, sur la piste détrempée de Monaco, au volant de sa Ligier, celui-ci devançait David Coulthard et Johnny Herbert, scellant ce jour-là l'unique victoire de sa carrière, et certainement donc le moment le plus mémorable de sa vie de pilote.  

Lire aussi

Beau joueur, Olivier Panis a salué la performance, au micro de Canal+ : "Si je voulais un pilote français qui me détrône, c'est bien lui, un grand bravo à Pierre, c'est un mec fabuleux, un grand professionnel, j'espère qu'il pourra aller dans une grande équipe et continuer sur cette lancée (...) Ce succès, il ne la doit à personne, il l'a construit avec son équipe. C'est une beau pied de nez à Helmut Marko (patron de la filière pilotes Red Bull, NDLR), il aurait dû le garder. Pierre, c'est un très très bon, c'est un truc magique qu'il est en train de vivre, il faut qu'il en profite pleinement, dans le course auto, on a plus de mauvais moments que de bons moments." 

Malgré son jeune âge, Pierre Gasly a déjà fait l'expérience de l'univers impitoyable de la F1 : promu début 2019 aux côtés de Max Verstappen chez Red Bull, il n'avait pas tenu la comparaison face au prodige néerlandais et avait finalement été rétrogradé en fin de saison chez Toro Rosso, la "petite soeur" de Red Bull... 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent