VIDÉO - En larmes, Andy Murray annonce la fin de sa carrière : "Il est possible que l'Open d'Australie soit mon dernier tournoi"

Autres sports

CRÈVE-CŒUR - Opéré de la hanche l'année dernière, Andy Murray a annoncé, en pleurs, sa décision de stopper sa carrière, ce vendredi 11 janvier. L'Écossais de 31 ans, qui se bat contre d'incessantes douleurs à la hanche droite, espère pouvoir aller jusqu'à Wimbledon mais que l'Open d'Australie pourrait être son dernier tournoi.

La voix tremblante, Andy Murray n'a pu retenir ses larmes vendredi à Melbourne. À quelques jours de l'Open d'Australie (14 au 27 janvier), première levée du Grand Chelem de la saison, l'ex-numéro un mondial a annoncé qu'il allait devoir se retirer définitivement des courts. À 31 ans, rongé par les douleurs d'une hanche droite qui le handicape depuis 20 mois, l'Écossais a révélé que l'Australian Open pourrait être le dernier tournoi de sa carrière, conscient que c'était pour lui la fin de l'aventure.  "Je ne suis pas au mieux", a-t-il lâché dans un étranglement, avant de quitter la salle de presse quelques minutes, submergé par l'émotion.

Revenu avec courage pour faire face, le Britannique, présent sur le circuit depuis 2005, a raconté son supplice depuis son opération de cette fameuse hanche. Et comment ses espoirs de revenir au top se sont évanouis. "J'ai fait à peu près tout ce que je pouvais pour essayer que ma hanche aille mieux et cela ne m'a pas beaucoup aidé. Je suis à une meilleure place qu'il y a six mois mais j'ai toujours beaucoup de douleurs. C'est dur... La douleur est un facteur déterminant, je peux jouer avec un handicap mais ce n'est pas une solution. (...) En décembre, j'ai parlé à mon staff et je leur ai dit que je ne pouvais pas continuer ainsi. Que j'avais besoin d'un point final parce que je jouais sans idée du moment où la douleur allait s'arrêter."

Lire aussi

Handicapé par sa blessure à la hanche, Andy Murray n'a disputé que 12 matches en 2018, plongeant au 240e rang mondial. Après son élimination au deuxième tour à Brisbane la semaine dernière, où il a été rattrapé par la douleur, boitant bas, l'ex-numéro un mondial a dû renoncer jeudi après moins d'une heure lors d'un match d'entraînement avec Novak Djokovic, alors que le Serbe menait 6-1, 4-1. "Je peux jouer avec des limitations. Mais avoir les limitations et la douleur ne me permet pas de prendre du plaisir en compétition ou à l'entraînement", a-t-il ainsi expliqué, abattu, face aux médias présent à Melbourne. 

Wimbledon comme baroud d'honneur ?

Conscient qu'il ne pourra jamais retrouver "un niveau auquel (il est) heureux de jouer", l'Écossais a donc décidé de ranger sa raquette. Un crève-cœur pour Murray, 45 titres à son palmarès (dont trois du Grand Chelem, 14 Masters 1000 et un Masters) et premier joueur, homme et femme confondus, à avoir remporté deux fois l'or olympique, à Londres et Rio.

L'ex-numéro un mondial, attendu au premier tour de l'Open d'Australie face à Roberto Bautista Agut au Melbourne Park en début de semaine prochaine, espère toutefois pousser jusqu'à Wimbledon. C'est là que "Sir Andy" est devenu en 2013 le premier Britannique vainqueur du tournoi anglais depuis 77 ans. "Wimbledon est l'endroit où j'aimerais arrêter de jouer, mais je ne suis pas certain que je pourrai le faire. Je ne suis pas sûr de pouvoir jouer avec la douleur quatre ou cinq mois de plus", a-t-il affirmé, conscient de ses limites, avant d'ajouter, fataliste : "Il est possible que l'Open d'Australie soit mon dernier tournoi".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter