Nathan Paulin avait le vertige, aujourd'hui il est funambule en milieu extrême

Nathan Paulin avait le vertige, aujourd'hui il est funambule en milieu extrême
Autres sports

Toute L'info sur

Sept à huit

SPORT EXTRÊME – Comment passe-t-on de la peur du vide au funambulisme de l'extrême ? Nathan Paulin nous raconte son cheminement vers la discipline spectaculaire de l'highline. Un témoignage saisissant avec des séquences à couper le souffle.

C'est parce qu'il avait peur du vide qu'il avait décidé de l'affronter. Nathan Paulin cumule les records de l'highline. À des centaines de mètres de hauteur, ce funambule moderne passe sa vie à chercher l'équilibre et construit son succès un pas après l'autre. Sa vie ne tient qu'à un fil, celui relié à son baudrier, son assurance-vie en cas de chute.

Parmi ses réalisations les plus folles, rejoindre la Tour Eiffel au Trocadéro, traverser le cirque de Navacelle ou une forêt d'immeubles à La Défense sous les yeux ébahis des badauds. Et quand il est en difficulté, il a un truc bien à lui pour garder le cap : "Je m'emplies de choses positives. Je pense à ma fiancée, à mes parents, à ma grand-mère. J'ai parfois presque des hallucinations, je peux voir leurs visages dans un nuage", confie-t-il. 

Un projet fou

Aujourd'hui, le jeune homme cherche moins les records qu'auparavant même si ceux-là lui permettent de vivre de sa passion. Mais il est un exploit qui lui met des étoiles dans les yeux : relier la tour Montparnasse à la Tour Eiffel. Cela n'a jamais été fait. Temps estimé de traversée ? 2h15. Un projet complètement fou qui lui fait un peu peur mais "comme à chaque fois, si je me lance, je pense que j'arriverai au bout".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent