Le Tour de France dit adieu aux "miss", remplacées par un podium mixte

CULTURE - La direction du Tour de France, qui commence le 29 août prochain, a pris une décision qui a fait polémique. Désormais, il n'y aura plus deux hôtesses sur le podium de la compétition.
Autres sports

MIXITÉ - À quelques jours du départ à Nice, le 29 août prochain, le Tour de France a mis fin aux traditionnelles "miss", pratique polémique jugée sexiste. Son directeur Christian Prudhomme a annoncé que la mixité serait désormais respectée, avec une femme et un homme, pour accueillir les coureurs sur les différents podiums.

Le Tour de France fait sa révolution sur les podiums. Dès le 29 août prochain, jour du Grand Départ de l'édition 2020 de la Grande Boucle, il n'y aura plus de duos d'hôtesses pour accueillir les cyclistes à la fin de chaque étape. Figures incontournables, les "miss" participaient jusqu'alors à cette tradition, de plus en plus jugée sexiste. Les jeunes femmes, habillées aux couleurs de leur sponsor, accueillaient les gagnants du jour pour leur remettre les différentes tuniques (maillot jaune, vert, à pois...), un bouquet de fleurs, parfois même une peluche, avant de faire une bise au coureur.  

À leur place, il y aura une femme et un homme. C'est Christian Prudhomme, le patron du Tour, qui l'a annoncé mercredi 19 août lors de la présentation des consignes sanitaires. "Vous aviez l'habitude de voir le champion entouré de deux hôtesses, avec cinq élus d'un côté et cinq représentants des partenaires de l'autre. Là, ce sera différent avec un seul élu et un seul représentant du partenaire du maillot jaune, ainsi qu'une hôtesse et un hôte pour la première fois", a-t-il déclaré à la presse.

Une pétition féministe pour la "fin" des hôtesses

Ce protocole, inédit sur la Grande Boucle, avait déjà été adopté par d'autres courses. "C'est nouveau mais on le faisait déjà sur d'autres courses depuis 20 ans, comme sur Liège-Bastogne-Liège", a ajouté son directeur. En 2018, une autre course de premier plan, la Flèche Wallonne, organisée par ASO, en charge du Tour, avait elle opté pour un podium mixte, un homme pour récompenser la lauréate et une femme pour les lauréats du jour. Christian Prudhomme n'a pas précisé s'ils mettaient fin aussi à la tradition du "bisou". Mais le contexte sanitaire semble de toute façon avoir raison de cette autre pratique décriée. 

Depuis plusieurs années, des voix s'élevaient régulièrement pour demander la fin des hôtesses de podium. Une pétition en 2019 a même recueilli près de 38.000 signatures, estimant que les femmes ne sont ni des objets ni des récompenses. 

En 2018, au plus fort de la polémique, la ville de Paris ayant interpellé la ministre des Sports Laura Flessel de l'époque en affirmant ne plus vouloir de "potiches" sur les podiums, LCI avait interrogé l'une des "miss" présentes sur les trois semaines de la célèbre course cycliste. Océane Pagenot, hôtesse protocolaire Antargaz pour le Prix de la Combativité, avait défendu sa profession. "On a en toute un peu le ras-le bol", nous indiquait la jeune femme. "On ne se sent pas potiches dans notre vie."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent