XV de France : le Mondial au Japon s'éloigne pour le deuxième ligne Paul Gabrillagues, suspendu six semaines

Autres sports

Toute L'info sur

Coupe du monde de rugby 2019 au Japon

COUP DUR - Après son déblayage illicite sur l'Ecossais John Barclay, samedi 18 août lors du premier match de préparation du Mondial (32-3), le deuxième ligne du XV de France Paul Gabrillagues a écopé d'une suspension de six semaines par l'instance mondiale, World Rugby. Cette sanction prive le joueur des cinq prochains matchs des Bleus, dont trois de la Coupe du monde au Japon.

La Coupe du monde de rugby au Japon, qui se déroulera du 20 septembre au 2 novembre prochain, s'éloigne pour Paul Gabrillagues. Ce mardi, le deuxième ligne français a été suspendu six semaines après son déblayage dangereux sur l'Ecossais John Barclay samedi, lors de la victoire du XV de France sur le XV du chardon (32-3), pour le premier match de préparation du Mondial. En l'état actuel des choses, sa participation à la compétition internationale est fortement compromise, la levée de sa suspension - qui tient compte de ses matchs à venir - ne s'effectuant pas le 1er mais le 6 octobre, jour du 3e match de poules de la France, contre les Tonga, mais avant la rencontre contre l'Angleterre.

"La commission de discipline a visionné une séquence avec divers angles de l'incident au cours duquel Gabrillagues, à la 16e minute du match, serait entré en contact avec la tête d'un adversaire, un acte contraire à la loi 9.20 - 'un joueur ne doit pas charger dans un ruck ou un maul'" a indiqué World Rugby dans un communiqué avant d'ajouter : "Le comité de discipline a également examiné les preuves écrites et entendu les observations du joueur et en son nom, dans lesquelles Gabrillagues a admis que l'acte reproché équivalait à un acte criminel digne d'un carton rouge."

Lire aussi

Vers un appel de la FFR ?

"Après avoir examiné les preuves et les arguments présentés, le comité de discipline a estimé que l'infraction était intentionnelle. Le comité a déterminé que l'acte méritait un point d'entrée de gamme qui, selon le tableau des sanctions de World Rugby, est assortie d'une suspension minimale de 10 semaines. (...) Ayant pris acte de la reconnaissance de culpabilité de Gabrillagues, de ses excuses et de ses remords envers son adversaire, ainsi que de sa bonne conduite à l'audience, le Comité de discipline a réduit le délai de 10 semaines de 40%, sanctionnant une peine de six semaines", conclut le communiqué.

Par la voix de son vice-président Serge Simon à l'AFP, la la Fédération française de rugby (FFR) a indiqué attendre les attendus officiels de la décision pour éventuellement interjeter appel. Pour rappel, le joueur a le droit de faire appel de la décision "dans les 48 heures qui suivent la réception de la décision écrite". Si Gabrillagues devait jeter l'éponge, le Toulousain Romain Taofifenua, réserviste, prendrait probablement sa place au Japon.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter