Vous êtes accro aux somnifères ? Les solutions pour s'en passer et retrouver le sommeil

Vous êtes accro aux somnifères ? Les solutions pour s'en passer et retrouver le sommeil

Bien-être
ASTUCES - Trouver le sommeil peut parfois être compliqué, tout comme résister à l'appel des somnifères. Avec l'aide de 60 millions de consommateurs, qui consacre son dernier hors-série à ce sujet, LCI vous propose plusieurs solutions pour replonger dans les bras de Morphée sans user de ces substances.

Tenter de réguler sa respiration, de vider sa tête, compter les moutons, écouter des musiques douces, utiliser des applis spécialement conçues... Lorsque l'insomnie fait rage et que toutes les astuces pour retrouver le sommeil ont été essayées, les somnifères font souvent retentir leur chant des sirènes. Pourtant, ceux-ci ne sont pas sans danger. Le dernier hors-série de 60 millions de consommateurs, en kiosque vendredi 9 novembre, pointe du doigt les nombreux dangers dont ils peuvent être responsables. Parce qu'il n'est pas nécessaire de mettre sa santé en danger pour trouver le sommeil, voici des alternatives auxquelles vous n'auriez peut-être pas pensé.

Surveiller son alimentation

Après 15 heures, il est préférable d'éviter les excitants comme le thé, le café ou la vitamine C (présente dans le jus d'orange notamment) ainsi que les boissons trop sucrées. L'alcool et le tabac peuvent aussi perturber l'endormissement et provoquer des réveils nocturnes. Pourquoi ne pas plutôt se tourner vers les tisanes ? La camomille, le tilleul, le houblon et la passiflore par exemple, sont réputés pour leurs vertus apaisantes. Malgré leur utilisation qui perdure à travers les siècles, leur pouvoir n'a jamais été démontré par la science. La valériane, elle, est la seule plante dont l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a reconnu l'efficacité pour trouver le sommeil. Pour ceux qui craignent d'être réveillés par un besoin pressant, ces plantes peuvent aussi se prendre sous forme de gélule, précise 60 millions de consommateurs.


Côté alimentation, privilégiez des dîners à horaires réguliers et évitez de manger au moins deux heures avant d'aller vous coucher, en évitant les aliments gras. Un repas à base de glucides lents, comme un plat à base de pommes de terre, de riz, ou de pâtes vous assurera un apport progressif en glucides tout au long de la nuit. Attention en revanche, sauter le dîner n'est pas non plus une bonne solution. Une faim tenaillante risque en effet de vous réveiller en pleine nuit.

Soigner sa literie

La qualité de la literie est primordiale pour préserver son sommeil. Ne gardez donc surtout pas le matelas dans lequel vous avez imprimé votre marque pendant 30 ans, au risque de vous infliger des douleurs au dos et aux cervicales et de devoir changer de position plusieurs fois par nuit. Pour un sommeil de qualité, il est conseillé de changer son matelas tous les dix ans. Si vous avez tendance à transpirer, portez plutôt votre choix sur un matelas en latex, composé de nombreuses alvéoles. Si vous êtes plutôt couchage ferme, optez pour un matelas à ressorts, également bien ventilé et possédant un très bon soutien. Les matelas à mémoire de forme, eux, sont idéaux pour les personnes ayant des problèmes de dos. La mousse à mémoire de forme va en effet absorber les différents points de compression du corps pour maximiser le maintien de la colonne vertébrale. Enfin, si vous voulez miser sur le durable, n'hésitez pas à vous tourner vers les matelas en laine. Leur durée de vie est deux fois supérieure aux autres, note 60 millions de consommateurs.


Attention également au choix de votre oreiller, censé aligner votre nuque sur votre colonne vertébrale. S'il est trop ou trop peu épais, vous risquez de ressentir des douleurs liés à la contraction des muscles dorsaux ou du cou. "A l'exception de quelques dormeurs immobiles, nous nous tournons, en moyenne, cinq fois par heure", explique le magazine.  Mieux vaut donc choisir un oreiller d'épaisseur intermédiaire pour convenir à toutes ces positions. Il est conseillé d'en changer tous les deux à trois ans.

Penser aux thérapies

Lorsque les troubles de sommeil se font persistants, n'hésitez pas à consulter un spécialiste, qui saura vous conseiller. N'hésitez pas non plus à vous tourner vers des thérapies comportementales et cognitives de l’insomnie (TCC), qui portent sur les interactions entre les pensées, les émotions et les comportements. Les séances d'environ une heure peuvent être effectuées avec l'accompagnement d'un spécialiste, mais aussi en ligne. Et d'après une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association, cette e-thérapie montrerait des effets très intéressants, et ce dès la quatrième semaine.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Sommeil : plongez dans les bras de morphée

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter