Accros au smartphone, une "corne" osseuse pourrait pousser au-dessus de votre nuque !

Bien-être

GEEK - Voilà une étude qui fait couler beaucoup d'encre, vu ses conclusions pour le moins étonnantes. Et pourtant, elle est le fruit d'un travail très sérieux mené par des chercheurs australiens : ils ont découvert l'apparition d'une petite corne osseuse à la base du crâne de nombreux jeunes, et pensent que l’utilisation assidue d’un smartphone en est la cause.

Depuis quelques jours, les accros au smartphone ont tendance à se passer machinalement la main dans le cou pour vérifier si une "corne" ne leur pousse pas au-dessus de la nuque ! Il faut dire que des chercheurs australiens de l'Université de la Sunshine Coast (USC) ont fait une découverte pour le moins surprenante : une excroissance osseuse se développerait à l’arrière du crâne, chez un nombre anormalement grand de jeunes passés sous leurs scanners. Leur point commun ? Ils utiliseraient tous de façon assidue leur smartphone.

Publiée une première fois en 2018 dans la revue Nature, cette étude australienne, menée par les docteurs David Shahar et Mark Sayers, a été remis sous le feu des projecteurs après la publication d'un article de la BBC sur la façon dont les nouvelles technologies influent sur le squelette humain. Leur constat est le suivant : après avoir étudié plus de mille rayons X de crânes de personnes âgées de 18 à 86 ans, ils ont constaté que 41% d'entre elles, plus particulièrement dans la tranche d'âge 18/30 ans, avaient développé une masse osseuse à l’arrière du crâne. Dans la plupart des cas, les éperons osseux observés à la base du crâne, en haut de la nuque, ne mesuraient que quelques millimètres, mais les chercheurs ont "néanmoins trouvé des projections de 10 à 30 millimètres chez certains jeunes étudiés". 

Lire aussi

Une simple hypothèse

En réalité, ces excroissances ne sont pas vraiment une découverte, et portent même le nom de "protubérance occipitale externe élargie" (EEOP), car elles sont déjà présentes chez certaines personnes âgées, notamment en raison d’une mauvaise posture se caractérisant par une tête constamment penchée vers l’avant. La nouveauté, c'est qu'elles sont désormais repérées chez un public jeune, adepte des nouvelles technologies.

Il n'en fallait pas plus pour que les scientifiques établissent un lien de cause à effet et pensent que la posture utilisée pour regarder tablettes et smartphones est responsable de cette apparition. "Le fait de pencher sa tête en avant entraîne le transfert du poids de la tête, des os de la colonne vertébrale vers les muscles à l’arrière du cou, explique à la BBC le Dr Shahar, qui poursuit : "Cette charge accrue provoque un remodelage à la fois du tendon et des extrémités osseuses au niveau du point d’attachement. Le point de fixation du tendon sur l’os devient plus large pour répartir la charge sur une plus grande surface osseuse".

Il est important toutefois de préciser que cette hypothèse n’est qu’une supposition émise par les chercheurs au vu du nombre de malformations observées, et qu'elle n’est pas étayée par des éléments concrets puisque ces derniers n’ont pas comparé leurs sujets, utilisateurs de smartphones, à un autre groupe n’en utilisant pas, ou presque. 

Lire et commenter