Les fumeurs sont-ils plus facilement atteints par le coronavirus ?

Les fumeurs sont-ils plus facilement atteints par le coronavirus ?
Bien-être

Toute L'info sur

Coronavirus : la pandémie qui inquiète la planète

ZOOM – Alors que le nombre de personnes touchées par le coronavirus dans le monde frôle désormais les 100.000, la cigarette augmente-t-elle le risque de développer le Covid-19 ? Aggrave-t-elle les formes de la maladie ? L’Alliance contre le tabac publie des chiffres alarmants, que sa directrice détaille auprès de LCI.

Si fumer est mauvais pour la santé, les conséquences de la cigarette pourraient être encore moins réjouissantes pour le coronavirus. Selon des chiffres dévoilés cette semaine par l’Alliance contre le tabac, la cigarette serait en effet responsable d’une aggravation de la maladie. Explications.

Pour parvenir à cette conclusion, l’Alliance contre le tabac s’est basée sur une étude parue le week-end dernier dans The New England Journal of Medicine, basée sur près de 1.100 patients atteints du Covid-19 en Chine. Selon l’association, les données "montrent un lien entre le statut tabagique et le risque de présenter une forme sévère" du coronavirus.

Lire aussi

Tout d'abord, il faut noter qu'une grande majorité des patients atteints du coronavirus développent une "forme légère" de la maladie, et en guérissent sans soucis. Mais une partie des personnes contaminées connaît des complications. Dans les données relayées par l'Alliance contre le tabac, 14% des non-fumeurs atteints du coronavirus développent une "forme sévère" de la maladie. Ce chiffre monte à 21% pour les fumeurs.

La différence est encore plus frappante pour les "formes très sévères" du coronavirus, qui obligent les patients à passer en réanimation, et dont certains décèdent. Si seuls 5% des non-fumeurs développent cette forme extrême, c'est le cas pour 12% des fumeurs. Une augmentation considérable, "de 133%", chiffre auprès de LCI Marion Catellin, la directrice de l’Alliance contre le tabac.

Un constat que faisait déjà le mois dernier Sandrine Belouzard, chercheuse au CNRS,  alors que nous l'interrogions déjà sur le lien éventuel entre cigarette et développement d'une forme sévère de la maladie. "Les personnes qui ont fumé ont davantage de risques de développer une forme sévère" du coronavirus, affirmait-elle. En effet, "le fait d'être fumeur peut être la source de bronchites chroniques ou de maladies respiratoires, qui sont ensuite des facteurs de comorbidité (association de deux maladies, ndlr) pour ce virus".

En vidéo

Degré de contagion, taux de mortalité… le vrai du faux sur le coronavirus

La cigarette, facteur aggravant pour développer le virus ?

Si ces données prouvent que la consommation de tabac entraîne un risque accru de développer une forme grave du coronavirus, la cigarette augmente-t-elle également le risque de contracter le virus ? "Aucune étude n’a encore été effectuée pour le démontrer", répond Marion Catellin, "mais nous pouvons avoir des suspicions."

Elle prend appui sur de précédentes études ayant établi une causalité entre le tabac et le développement de maladies pulmonaires. "Nous savons depuis longtemps que fumer augmente de 21 à 59% le risque d’être touché par la grippe saisonnière, double le risque de contracter une tuberculose et d’en mourir et triple le risque de contracter une pneumonie à pneumocoque ou une légionellose", explique d'ailleurs l’Alliance contre le tabac.

Mais il est encore trop tôt pour tirer les mêmes conclusions pour le coronavirus. "A priori, si c'est le cas pour une infection pulmonaire comme la tuberculose, il est probable que ce soit la même chose pour le coronavirus", alerte la directrice. "Mais il ne faut pas aller trop loin, car à ce jour, nous ne disposons pas d’une étude qui le prouve", tempère-t-elle.

Sandrine Belouzard se montrait encore plus sceptique sur le lien entre contraction du virus et tabac lors de notre interview le mois dernier, alors que nous lui avions soumis la même étude que celle utilisée par l'Alliance contre le tabac (celle-ci n'avait pas encore été publiée, ce qui signifie que ses données n'avaient pas encore été vérifiées). "Plus de 85% des personnes qui ont contracté le coronavirus n'avaient jamais fumé, et entre 12 et 13% avait déjà fumé", soulignait alors la chercheuse. "A priori, il n'y a donc pas de lien entre le fait de fumer et d'être infecté."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent