Bracelets répulsifs, ultrasons... Ces méthodes pour chasser les moustiques sont-elles fiables ?

Bien-être

BZZZ - Se débarrasser des moustiques n'est pas une mince affaire. Dans les commerces et ouvrages de recettes de grand-mère, les astuces pour éliminer cet importun bourdonnant se dénichent à foison. Alors que les forts chaleurs favorisent leur prolifération, nous avons démêlé le vrai du faux sur ces méthodes avec le professeur Daniel Camus, de l'Institut Pasteur de Lille, et Charles Jeannin, entomologiste médical à l'EID-Méditerranéenne.

Leurs bourdonnements rendent fous. Leurs piqûres encore plus. En ce début d'été, les moustiques ont repointé le bout de leur nez. Au grand dam de leurs proies préférées. Pour s'en protéger, chacun y va de son astuce : bracelets, ultrasons, vitamine B1... Voire même, selon une récente étude, la diffusion à plein volume de "Scary Monsters and Nice Spirits" du DJ américain Skrillex.

Mais ces répulsifs sont-ils vraiment efficaces ? Nous avons posé la question au professeur Daniel Camus de l’Institut Pasteur de Lille, également responsable de la publication du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de la Haute Autorité de Santé (HAS), et à Charles Jeannin, entomologiste médical à l'EID-Méditerranée de Montpellier.

Voir aussi

Les bracelets anti-moustiques, lampes à UV et ultrasons ? Inefficaces

"Un certain nombre d’experts de la Haute Autorité de Santé se penchent sur la question depuis plusieurs années et proclament que certains moyens sont totalement inefficaces et qu’il ne faut pas les utiliser", avertit d'emblée le professeur Daniel Camus. Parmi ces moyens, les bracelets répulsifs. "Si vous mettez votre main dans une cage de test avec des moustiques, ils se posent partout sauf sur le bracelet. Il n’y a en fait que le bracelet qui est protégé." Les répulsifs, trop volatils, ne se diffuseraient pas sur la peau, mais s’évanouiraient plutôt dans l’air de manière inefficace. "Il n'existe de toute façon pas de produit assez puissant pour être incrusté dans un bout de plastique et qui protégerait l'intégralité de votre corps. Ou alors ce serait très toxique", ajoute Charles Jeannin.

L'entomologiste médical évoque d'autre part l'illusoire efficacité des lampes à UV, vendues pour capturer les moustiques en les attirant grâce à des rayons UV puis en les aspirant avec un petit ventilateur. "Il y a encore une nouvelle lampe à UV qui est sortie cette semaine sur le net. Sauf que les moustiques ne sont pas sensibles aux UV, donc ça ne marche pas du tout. Vous allez capturer plus de mouches que de moustiques de cette façon."

Lire aussi

Les appareils ou applications qui émettent des ultrasons seraient eux aussi "à ne surtout pas utiliser", les moustiques n'étant tout simplement pas sensibles à ces fréquences sonores. "Que des chercheurs ou des firmes proposent une méthode, ça n’a rien de choquant, c’est normal et ça fait avancer la science. Mais une fois que l’on fait des études sérieuses, il faut avoir le courage de dire si ça marche... ou pas !", s'exaspère Daniel Camus.

Quant à la dernière étude en date de chercheurs malaisiens et thaïlandais, qui affirme que la diffusion du morceau "Scary Monsters and Nice Spirits" de Skrillex, mélange entre des basses et hautes fréquences, pourrait permettre d'éloigner les moustiques, le professeur s'abstient de tout commentaire. "Je ne veux pas alimenter le buzz", déclare-t-il. Charles Jeannin, lui, qualifie ces travaux d'"assez étonnants". "Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que l'on peut parfois avoir des études scientifiques qui vont observer une modification par rapport à un groupe témoin en laboratoire, dans certaines conditions, mais de là à avoir une méthode extrapolable et utilisable à grande échelle, il y a deux mondes différents." Autrement dit, inutile de mettre le volume à fond, vous ne risquez pas de gagner la guerre contre les moustiques de cette façon.

Huiles essentielles, vitamine B1 et homéopathie, même combat

Les huiles essentielles, comme le lemongrass ou le géranium, ne sont pas un meilleur allié. Si leur efficacité a pu être observée, celle-ci n'est que de vingt minutes maximum, nous indique le professeur Daniel Camus. Et de plaisanter : "Vous avez à peine le temps de vous promener que vous avez déjà une horde de moustiques aux trousses !"

Quant à la consommation de vitamine B1, une recette de grand-mère régulièrement conseillée sur les forums, il ne s'agirait que d'une croyance. "Les répulsifs anti-moustiques tirent leur efficacité du fait qu'ils parviennent à masquer notre odeur, qui attire les moustiques. Ceux-ci ne vous sentent alors plus, vous êtes un peu caché à leurs sens", explique le professeur Camus. La vitamine B1, elle, donne une odeur supplémentaire à notre corps, ce qui ne détourne en rien les moustiques de leur but : vous piquer aux endroits les plus vascularisés pour pomper le maximum de sang.

"L’homéopathie, c’est pareil. Ça ne fait rien du tout. Surtout que vu la dilution de produit qu’ils utilisent, on peut s’interroger !", lance le membre de l'Institut Pasteur de Lille. "Son efficacité n'a pas été prouvée scientifiquement, ce qui s'applique d'ailleurs à tous les effets de l'homéopathie", fait d'autre part remarquer Charles Jeannin.

Lire aussi

Les vrais moyens d'éloigner les moustiques

Finalement, on utilise quoi pour les éloigner, ces bestioles ? "En tout, il n'y a que quatre principes actifs qui fonctionnent : l’IR3535, le DEET, le KBR et le PMDR", répond Daniel Camus. Ces produits, qui se retrouvent notamment dans les sprays, pénètrent dans la peau pour masquer notre odeur. Ils sont ensuite métabolisés par le foie pour être éliminés. Leur durée d'efficacité est d'environ 8 heures, mais ils sont si puissants qu'il n'est pas conseillé d'en appliquer plus de deux à trois fois par jour chez l'adulte, et une fois chez l'enfant.

"Pour un moustique des villes comme le moustique tigre, qui est présent dans 51 départements, vous pouvez avoir une action sur les larves car il pond dans toute source d'eau stagnante. Ça va aller de la coupelle de pot de fleurs à la brouette qui traîne..., décrit l'entomologiste médical. Le but, c'est donc d'éliminer toute eau stagnante." L'autre moustique urbain, le culex, pond plutôt dans les grandes réserves d'eau, comme les stations d'épuration, et pique davantage la nuit. Pour s'en débarrasser, le spécialiste conseille d'installer des moustiquaires aux fenêtres. Les prises peuvent aussi être efficaces, mais attention à ne pas les laisser brancher en continu car elles contiennent un insecticide. "Il faut limiter les expositions à ce genre de produit."

Porter des vêtements longs et larges, pour éviter que les moustiques ne puissent atteindre votre épiderme, permet également de faire un bon pied de nez à ces insectes. Les serpentins à brûler, qui contiennent de l'insecticide (et qui ne tuent donc pas que les moustiques), peuvent aussi s'avérer efficaces si vous tenez à prendre l'apéro du soir sur votre terrasse. "Il ne faut pas les utiliser à l'intérieur et les avoir à proximité, au niveau de vos jambes", indique Charles Jeannin.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter