Buvez-vous trop de café ? Voici le nombre de tasses à ne pas dépasser chaque jour

Bien-être

SURDOSE ? - Selon une étude publiée récemment dans The European Journal of Epidemiology, boire du café serait loin d'être une mauvaise habitude : il s'agirait même d'une façon d'allonger son espérance de vie. Mais à condition de ne pas en abuser.

Vous êtes accro au café ? Rassurez-vous, ce n'est pas une si mauvaise chose. D’après une étude publiée début mai dans The European Journal of Epidemiology, boire du café régulièrement pourrait allonger votre espérance de vie jusqu’à deux ans. À condition de ne pas en abuser, à l'image de toute bonne chose.

En 2017 déjà, une étude parue dans le British Medical Journal (BMJ) assurait que boire trois à quatre tasses de café par jour était associé à des risques moindres de maladies cardiovasculaires et de décès. Les risques de cancers, de diabète, de maladie du foie et de démence étaient aussi présentés comme moins élevés.

Lire aussi

Dans les nouveaux travaux publié dans The European Journal of Epidemiology, qui se basent sur 40 précédentes études étudiant le lien entre mortalité et consommation de café sur un total de près de 4 millions de participants, les conclusions sont à peu près similaires. La consommation de deux à quatre tasses de café par jour est associée à un risque réduit de mortalité comparé à une consommation de café nulle.

Pas plus de 5 tasses par jour pour éviter les maladies cadiovasculaires

Une autre étude, cette fois publiée le 10 mai par l'University of South Australia, rappelle en revanche l'importance de ne pas dépasser cinq tasses par jour. Une recommandation déjà émise par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Selon les travaux des chercheurs australiens, qui ont étudié les données de 347.077 personnes âgées de 37 à 73 ans, boire six tasses, ou plus, de café par jour augmente le risque de maladie cardiaque de 22%. "Nous savons aussi que ce risque de maladies cardiovasculaires augmente avec une pression du sang élevée, une conséquence connue de la consommation excessive de café", indique dans un communiqué le professeur Elina Hyppönen, co-auteure de l'étude.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter