Ces cinq mythes sur le sommeil mettent notre santé en danger

Dossier Sommeil

Toute L'info sur

Sommeil : plongez dans les bras de morphée

ZZZ... - Après avoir identifié les principaux mythes entourant le sommeil, des chercheurs américains ont entrepris de les démonter. Nous vous présentons ici cinq d'entre eux.

Il y a des choses que l'on aime croire. Parce qu'elles nous rassurent ou nous arrangent. Le sommeil est un domaine qui regorge de ouïe-dire et de vieilles astuces pour s'endormir plus rapidement ou avoir un repos plus salvateur. Au risque de dégrader la qualité de nos douces nuits.

Pour remettre les choses au clair, Rebecca Robbins, chercheuse au département de santé publique de l'université Langone Health à New York, a décidé avec d'autres scientifiques de reprendre tous les mythes qui entourent le sommeil, un à un, pour les vérifier. Ils ont pour ce faire étudié 8.000 sites internet pour identifier les 20 principales idées reçues, qu'ils ont présentées dans une étude publiée dans Sleep Health. Nous avons sélectionné 5 d'entre elles.

Être capable de s'endormir n'importe où est une bonne chose

Vous êtes du genre à piquer du nez trois minutes après avoir trouvé une place dans les transports en commun ? Peut-être feriez-vous mieux de ne pas trop vous en vanter. Car si avoir la faculté de s'endormir à tout moment et n'importe où peut paraître être une chance, cela est surtout synonyme de mauvaise santé.

"S'endormir instantanément n'importe où et n'importe quand est le signe que vous le dormez pas assez, ce qui vous contraint à faire de 'micro-siestes'", assure Rebecca Robbins dans une vidéo résumant l'étude. "Cela signifie que votre corps est si épuisé que dès qu'il le peut, il va tenter de rattraper le retard de sommeil accumulé."

Voir aussi

Boire de l'alcool avant d'aller se coucher peut vous aider à vous endormir

Rien de tel qu'une bonne cuite pour bien dormir. Voilà un mythe coriace dont on ferait bien de se défaire. Car selon la chercheuse, si l'alcool peut aider à trouver le sommeil, il "affecte de façon dramatique la qualité de votre repos", et notamment la phase de sommeil profond, salvatrice pour votre mémoire et votre capacité d'apprentissage. Une perturbation qui vous donne l'impression (et ce n'est pas qu'une impression) de vous réveiller en n'étant pas tout à fait reposé. L'alcool étant d'autre part diurétique, vous risquez de devoir vous lever plusieurs fois pendant la nuit pour aller vous soulager.

Lire aussi

Ronfler est anodin pour la santé

Vos ronflements préoccupent certainement en premier lieu votre voisin(e) de lit, qui ne parvient pas à trouver le sommeil et s'escrime à siffler ou vous donner des coups de coude pour faire cesser le vacarme. Mais ces troubles respiratoires devraient aussi vous soucier. Car s'il peuvent être anodins, ils peuvent aussi s'avérer dangereux pour vous dès l'instant où vous cessez de respirer entre deux ronflements. Ces pauses de 10 à 30 secondes, et qui se reproduisent au moins cinq fois par heure de sommeil, sont ce que l'on appelle l'apnée du sommeil. Ce manque d'oxygène cause, d'une part, des micro-réveils, dont vous n'avez pas conscience mais qui affectent la qualité de votre sommeil, et d'autre part des troubles de la mémoire, de la concentration et de l'humeur, voire des accidents cardiovasculaires.

"C'est un trouble largement sous-diagnostiqué, indique Rebecca Robins. Nous pensons que cela affecte environ 30% de la population, mais que seuls 10% sont diagnostiqués." Selon les autorités de santé, le nombre de personnes victimes d'apnée du sommeil en France ne serait que de 4%, dont 30% des personnes de plus de 65 ans.

Lire aussi

Regarder la télé avant d'aller vous coucher vous aide à vous détendre

"Malheureusement, la télé n’est pas le moyen optimal de se relaxer avant d’aller dormir", assure Rebecca Robbins. Les programmes peuvent en effet souvent s'avérer stressant ou si prenants qu'ils peuvent par la suite causer des difficultés à s'endormir, voire des insomnies. Regarder l'ultime saison de Game of Thrones juste avant d'aller se coucher n'est donc pas le choix le plus judicieux pour une douce et paisible nuit.

L'écran de télé, comme celui de votre smartphone, diffuse d'autre part de la lumière bleue. La même qui indique à votre cerveau qu'il est l'heure de se réveiller le matin (si ce n'est pas le réveille-matin qui s'en charge). Cette lumière empêche la production de mélatonine, qui n'est autre que l'hormone du sommeil, et retarde ainsi l'heure de l'endormissement.

Lire aussi

Rester au lit alors que vous n'arrivez pas à dormir est mieux que de se lever

Vous avez compté environ 12.000 moutons et n'arrivez toujours pas à fermer les yeux ? Ne vous obstinez pas, conseille la chercheuse américaine. Selon elle, rester au lit lorsque vous ne parvenez pas à dormir risque de vous pousser à associer votre lit à l'insomnie. "Une personne en bonne santé tombe dans les bras de Morphée au bout de 15 minutes en moyenne. Si cela vous prend plus de temps, quittez votre lit, changez d’environnement et faites quelque chose d’ennuyeux tout en gardant une faible intensité lumineuse dans la pièce", conseille-t-elle. "Par exemple, assemblez des chaussettes..." 

Sur le même sujet

Et aussi