Cigarette électronique : les arômes suspectés de nuire à la santé cardiovasculaire

Bien-être
SOUPÇONS - Nouvelle étude inquiétante pour les cigarettes électroniques. Selon des chercheurs américains, les liquides aromatisés pourraient endommager les cellules cardiovasculaires des vapoteurs. Certaines saveurs seraient même plus à risque que d'autres.

La cigarette électronique fait de plus en plus d'adeptes, selon une enquête publiée ce mardi par Santé Publique France. Le nombre d’adultes l’utilisant a ainsi augmenté de 1,1% en 2018, pour atteindre 3,8% des adultes âgés de 18 à 75 ans, alors que le nombre de fumeurs a chuté d’1,5%, à 25,4% des adultes.


Parmi les 3 millions de vapoteurs, nombreux sont ceux qui se tournent vers des liquides fruités et colorés, qui peuvent aisément être perçus comme inoffensifs. Mais selon une étude publiée lundi dans le Journal of American College of Cardiology, ceux-ci présenteraient des dangers pour la santé cardiovasculaire.

La cannelle et le menthol, saveurs les plus néfastes

Pour ces travaux, les chercheurs ont analysé les effets de six liquides de cigarettes électroniques (fruits, tabac, tabac saveur vanille et caramel, caramel au beurre salé, cannelle et menthol), contenant diverses teneurs en nicotine, sur des cellules endothéliales. Celles-ci tapissent les vaisseaux sanguins et assurent leur intégrité. Ils ont observé que ces substances chimiques avaient des effets négatifs sur la capacité de survie des cellules endothéliales élevées en laboratoire. Des marqueurs pro-inflammatoires ont aussi été observés. Pour les scientifiques, qui s'expriment dans un communiqué, ces changements dans les cellules endothéliales sont "étroitement liés à ceux qui sont observés durant le développement d’une maladie cardiovasculaire".


La sévérité des dommages, dont certains se produisent même en l’absence de nicotine, varie selon les saveurs. La cannelle et le menthol comptent parmi les plus néfastes selon l'étude.

Les cigarettes électroniques ne sont pas une alternative sûre à la cigarette.Joseph Wu, auteur de l'étude

Ces travaux montrent "clairement que les cigarettes électroniques ne sont pas une alternative sûre à la cigarette", affirme Joseph Wu, l’auteur de cette étude et directeur de l’Institut cardiovasculaire de Stanford. Un peu plus tôt cette année, une étude présentée au 68e congrès annuel de l'American College of Cardiology avait prouvé que les adultes qui vapotent ont de plus grands risques d'être victimes d'une attaque cardiaque, d'une maladie cardio-vasculaire et d'une dépression, comparé à ceux qui n'utilisent pas de cigarette électronique ou autre produit issu du tabac.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter