Comment l'effet placebo peut faire disparaître vos verrues

Bien-être
GUÉRISON - Environ un quart de la population a déjà attrapé des verrues. Pour s'en débarrasser, il est possible d'aller consulter ou d'utiliser des produits pharmaceutiques. Mais pour la dermatologue Laurence Netter, les solutions placebo peuvent aussi être très efficaces.

Elles sont laides, contagieuses et parfois douloureuses. En France, environ une personne sur quatre a déjà attrapé des verrues. Ces petites tuméfactions apparaissent après une contamination cutanée par un virus "Human Papillomavirus" (HPV), qui s'infiltre le plus souvent dans la peau via une lésion. Si la plupart disparaissent spontanément en quelques mois, d'autres peuvent persister plusieurs années. S'en débarrasser peut alors s'avérer être une véritable plaie.


Pour les traiter, plusieurs options sont possibles : la dermatologie, les produits vendus en pharmacie ou les recettes de grand-mère. Pour la dermatologue Laurence Netter, aucune n'est vraiment à disqualifier, car (presque) tout se joue en fait... dans la tête.

Les solutions médicales

"Lorsque les verrues sont en relief, le plus simple est de les brûler à l’azote liquide chez le dermatologue", nous indique la professionnelle. Cet élément chimique porté à -192°C est capable de détruire en quelques secondes les tuméfactions disgracieuses. Les dispositifs de traitement par cryothérapie vendus en pharmacie, eux, ne peuvent pas délivrer un produit aussi froid et sont donc moins efficaces. "Cela peut fonctionner si la verrue est minuscule. Mais ce n’est souvent pas suffisant."


"Pour les verrues plantaires, qui sont plates puisque l'on marche dessus, la meilleure solution est l'acide salicylique", affirme Laurence Netter. Ce produit, qui peut être prescrit par un dermatologue, provoque une multiplication cellulaire qui fait ressortir la verrue, enterrée "comme une carotte". "La peau va devenir toute molle. Cela va rendre possible, avec une petite lame de bistouri, la découpe des peaux mortes." Les solutions à l'acide salicylique vendues en pharmacie et non commandées par le dermatologue sont là encore moins efficaces puisque moins dosées en actif.

L'importance du mental

Malgré ces traitements, le taux de récidive est important pour les verrues. Les solutions dites psychostimulantes ont alors toute leur place, explique la dermatologue. "Quand j’étais à l’hôpital Trousseau, une amie avait réalisé une expérience pour sa thèse : elle avait fait entourer en couleur les verrues de 300 enfants. Un autre groupe d'enfants n'avait eu droit à rien. Il s'est avéré que dans le groupe des enfants psychostimulés, les verrues ont disparu beaucoup plus rapidement, se souvient-elle. C’est l’effet placebo."

L’effet placebo dans le traitement des verrues a été démontré.Laurence Netter, dermatologue

Laurence Netter dit également user de cette astuce chez les enfants qui viennent la voir dans son cabinet pour des verrues. Lorsque ces dernières sont récalcitrantes aux traitements à l'azote ou à l'acide salicylique, elle leur conseille par exemple lors de leurs prochaines vacances d'appliquer de la sève de pissenlit, de l'ail ou encore une pierre chaude sur leur verrue. "L’effet placebo dans le traitement des verrues a été démontré. C’est pour cela qu’il y a encore des guérisseurs dans les campagnes qui se sont spécialisés dans les verrues... Parce que curieusement, cela marche", martèle-t-elle. 


Que ce soit grâce à un traitement dermatologique, aux produits vendus en pharmacie ou à des astuces de grand-mère, l'essentiel est donc d'y croire.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Les maladies de l’enfance

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter