Comment soulager les oreilles de vos enfants en avion

Spécial New York

Toute L'info sur

Les maladies de l’enfance

OUÏE - En avion, les changements brutaux d'altitude peuvent occasionner de vives douleurs aux oreilles, notamment chez les enfants. Brigitte Virey, présidente du syndicat national des pédiatres, nous dit comment les soulager.

Pour les oreilles, les voyages en avion peuvent s'avérer particulièrement douloureux. Afin d'atteindre la hauteur moyenne de 9.000 mètres d'altitude, les appareils montent d'environ 600 mètres par minute et inversement à la descente. Bien que "pressurisée", la cabine subit alors de rapides changements de pression, celle-ci étant bien moindre en altitude qu'au niveau de la mer.

Au décollage, l'air présent dans l'oreille interne a une pression équivalente à celle de l'air extérieur, donc supérieure à celle de la cabine. Cette différence fait gonfler le tympan. À l'atterrissage à l'inverse, la pression augmente rapidement en cabine. L'oreille s'étant habituée à la pression ambiante du vol, le tympan est cette fois poussé vers l'intérieur. Un inconfort chez l'adulte qui peut vite virer à la séance de torture chez les enfants, dont le canal d'Eustache, qui permet la circulation de l'air dans l'oreille, est plus étroit. Nous avons demandé à Brigitte Virey, présidente du syndicat national des pédiatres, ce qu'il fallait faire pour les soulager.

Déglutir pour soulager les oreilles

"Pour soulager les oreilles des enfants, la solution la plus simple est de les faire déglutir, comme les adultes", explique Brigitte Virey. "Lorsqu'un adulte ressent une gêne, il déglutit machinalement pour rééquilibrer la pression dans ses oreilles. Mais un bébé ne sait pas." Elle conseille donc, pour faire déglutir un enfant, de lui donner à boire ou de lui mettre une tétine dans la bouche.

Chez les plus grands, la succion d'un bonbon ou d'une sucette peut également fonctionner car leur présence dans la bouche provoque une plus grande salivation, et donc une fréquence de déglutition plus importante. Il est également possible de leur apprendre la manœuvre de Valsalva, qui consiste à se boucher le nez tout en soufflant par celui-ci. Cela permet de forcer l'ouverture de la trompe d’Eustache pour faire circuler l'air dans l'oreille. Quant à la technique des gobelets -s'appliquer deux verres en plastique garnis d'un coton imbibé d'eau très chaude sur les oreilles-, la pédiatre reste sceptique : "Autant faire déglutir l'enfant, c'est plus simple !"

Lire aussi

A noter que si l'enfant souffre d'une congestion nasale, il est possible qu'il ait plus de mal à équilibrer la pression dans ses oreilles. Il peut donc être utile de nettoyer régulièrement son nez avec une solution saline. Attention, il est en revanche fortement déconseillé d'utiliser un décongestionnant chez un enfant de moins de six ans sans avis médical.

Gare aux otites

En revanche, un enfant atteint d'une otite moyenne aiguë au moment de prendre l'avion souffrira d'autant plus. Bouchée par le pus, son oreille sera alors incapable d'opérer un rééquilibrage de pression. "Étant donné que les otites évoluent parfois à bas bruit, il vaut mieux vérifier avant de partir que son enfant n'en est pas atteint. Et si c'est le cas, il faut le traiter avant le voyage." 

En vidéo

Les maladies des tout-petits : l'otite

Pour éviter de violentes douleurs, il est en général préférable d’attendre une quinzaine de jours après la fin du traitement pour prendre l’avion.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter