Cryothérapie : peu de bénéfices prouvés et des effets secondaires pas anodins

Bien-être

FRISSONS - Encensée pour de nombreux bienfaits, la cryothérapie n'est pas sans danger pour la santé. Selon un récent rapport de l'Inserm, ses vertus ne seraient pas réellement vérifiées scientifiquement pour le grand public et les effets secondaires, déjà décrits, non anodins.

À l'origine destinée aux sportifs de haut niveau pour prévenir ou traiter les douleurs musculaires après l’exercice, la cryothérapie est aujourd'hui accessible à tous. Cette technique qui expose l’organisme à un froid intense (de -110 à -170°C) pendant deux à trois minutes se fait désormais attribuer un nombre infini de bienfaits. Les centres, qui se multiplient en France, vantent ainsi ses effets pour raffermir la peau, perdre du poids et de la cellulite, diminuer le stress et atténuer les troubles du sommeil.

Mais selon l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), qui a publié mercredi un rapport sur le sujet, l'effet positif de la cryothérapie serait faible et les effets secondaires nombreux, posant "d’authentiques problèmes de sécurité". Elle réclame que plus d'études soient faites sur le sujet.

Des études aux résultats "décevants"

Pour renseigner les vertus du froid sur le corps, les enseignes s'appuient pour la plupart sur des mécanismes biologiques. Des explications "diversement convaincantes" qui ne sont "en tout cas pas suffisantes", affirme l'Inserm dans son rapport. L'Institut réclame qu'elles soient étayées par des études. Si celles-ci existent bel et bien, leurs résultats sont en revanche "décevants", jugent les scientifiques. "D’une part, quand ils sont en faveur d’un effet positif de la cryothérapie, ces résultats sont modestes et mesurés uniquement à très court terme. D’autre part, la qualité méthodologique des études laisse beaucoup à désirer, ce qui doit amener à relativiser d’autant plus les effets positifs rapportés."

Face à cela, les auteurs du rapport estiment difficile de se prononcer sur l'efficacité de la cryothérapie effectuée sur le corps entier. "Il est possible qu’à court terme cette prise en charge ait un certain effet. Il est vraisemblable que cet effet soit au mieux modeste, surtout à distance de l’intervention", estiment-ils. L'effet antalgique du froid, mais aussi l'effet placebo sont avancés pour expliquer les raisons du succès de cette technique. "En tout état de cause, la cryothérapie ne peut en aucune façon revendiquer de traiter efficacement des cancers ou d’autres pathologies somatiques sévères", insiste le rapport.

Des effets secondaires non négligeables

En étudiant les effets de la cryothérapie sur le corps entier, l'Inserm note par ailleurs "d’authentiques problèmes de sécurité". D'une part, aucune réglementation ne restreint, en France, l’exploitation de cabines de cryothérapie corps entier à une profession donnée. Les médecins ne sont donc pas les seuls à pouvoir la proposer. D'autre part, les effets secondaires rapportés dans des études de cas, des témoignages de professionnels et des affaires en justice ne sont pas négligeables. Sont entre autres cités des brûlures locales au premier ou deuxième degré, des maux de têtes, l'accentuation des douleurs présentes, ou encore de l'urticaire chronique au froid. Dans un registre plus extrême, un cas de dissection de l’aorte abdominale a aussi été décrit.

Lire aussi

Les auteurs du rapport appellent à ce que des études plus poussées sur la cryothérapie soient réalisés et à ne pas négliger les effets indésirables observés.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter