Des chercheurs établissent une corrélation entre pollution de l'air et chute des cheveux

Des chercheurs établissent une corrélation entre pollution de l'air et chute des cheveux

CALVITIE - Selon des chercheurs sud-coréens, la pollution de l'air serait étroitement liée à la chute des cheveux. En laboratoire, ils ont observé la baisse du niveau de certaines protéines responsables de leur pousse après exposition à des particules fines. D'autres études seront cependant nécessaires pour confirmer ces résultats.

Shampoings spéciaux, compléments alimentaires, produits pharmacologiques... Vous perdez vos cheveux sans pouvoir rien y faire ? Si l'alopécie est fortement liée à l’hérédité, elle pourrait aussi être causée par la pollution de l'air.

Selon des chercheurs sud-coréens, vous avez plus de chances de devenir chauve si vous habitez dans une grande ville. Ceux-ci ont présenté, lors du 28e Congrès de l'Académie européenne de dermatologie et de vénéréologie à Madrid, une étude dans laquelle ils affirment avoir trouvé un lien entre les particules fines et la chute des cheveux.

Des protéines responsables de la croissance des cheveux affectées par les polluants

Les travaux ont été conduits en laboratoire sur des cellules se trouvant à la base du follicule pileux du cuir chevelu. Celles-ci ont été exposées à diverses concentrations de particules de diesel et de composés volatils de type PM10, soit de taille inférieure à 10 micromètres. Vingt-quatre heures après leur exposition, les chercheurs ont utilisé un procédé capable de mesurer les niveaux de protéines spécifiques dans les cellules.

Résultat : la présence de PM10 et de particules diesel a provoqué une diminution des niveaux de β-caténine, la protéine responsable de la croissance des cheveux et de la morphogenèse, soit le processus biologique qui donne sa forme à un organisme. Les niveaux de trois autres protéines (cycline D1, cycline E et CDK2), responsables de la croissance des cheveux et de leur maintien, diminuaient aussi proportionnellement à la dose de particules à laquelle elles étaient exposées.

Lire aussi

 "Alors que les liens entre la pollution de l'air et des maladies graves comme le cancer, les maladies pulmonaires obstructives chroniques (MPOC) et les maladies cardiovasculaires, sont bien établis, il n'existe que peu, ou pas de recherches sur l'effet de l'exposition de la peau ou des cheveux à certaines substances. Nos travaux expliquent le mode d'action des polluants présents dans l'air sur le follicule pileux humain, en montrant comment les polluants les plus courants mènent à la perte des cheveux", indique dans un communiqué Hyuk Chul Kwon, co-auteur de l'étude.

Quelques éléments qui posent question

Deux bémols sont cependant à noter concernant cette étude, qui n'a pas encore été publiée dans un journal scientifique. Les résultats n'ont d'une part été observés qu'en laboratoire. D'autres études en conditions réelles seraient donc de mise pour les  confirmer. L'étude a d'autre part été financée par la marque de cosmétiques sud-coréenne Coreana Cosmetic. L'objectivité des chercheurs peut donc être remise en cause, même si ces travaux ont le mérite de soulever une question qui n'a effectivement que peu été étudiée.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

EN DIRECT - Vaccin anti-Covid-19 : l'UE annonce un contrat avec Moderna

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

EN DIRECT - États-Unis : le camp Biden salue la mise en place d'un "transfert du pouvoir pacifique"

Élection américaine : ce que change le feu vert de Trump à la General Services Administration

Lire et commenter