Des scientifiques parviennent à imprimer des parties fonctionnelles du cœur en 3D

Bien-être
BIOTECHNOLOGIE - Depuis son invention, l'impression 3D révolutionne le monde médical. Des chercheurs américains annoncent avoir réussi à imprimer des parties fonctionnelles du cœur avec du collagène.

En avril dernier, des chercheurs israéliens présentaient une prouesse étonnante : un cœur imprimé en 3D avec des cellules humaines. De la taille de celui d'un lapin, celui-ci était cependant loin d'être fonctionnel en raison du nombre insuffisant de cellules cardiaques et du manque de synchronisation leur permettant de se contracter à l'unisson pour faire battre l'organe. 


Jeudi, un nouveau cap a été franchi, toujours grâce à la technique d'impression 3D. Des scientifiques américains ont annoncé avoir réussi à fabriquer des parties fonctionnelles du cœur en collagène. Imprimé couche par couche avec une précision de 20 micromètres, le matériau a ensuite été chauffé à température corporelle, ce qui a permis de laisser la structure intacte tout en lui donnant sa texture définitive.

Une première version réussie

"Ce que nous avons pu montrer, c'est qu'il est possible d'imprimer en 3D une valve cardiaque à partir de collagène et qu'elle fonctionne", déclare à l'AFP Adam Feinberg, l'un des scientifique ayant participé à l'expérience, détaillée dans la revue Science. Étant présent dans tous les tissus du corps humain, ce matériau est idéal pour la fabrication de parties du cœur.


Alors que les premiers résultats donnaient des résultats gélatineux, les chercheurs sont parvenus à arranger la situation en utilisant des changements rapides de PH. "C'est la toute première version d'une valve, donc tout ce que nous concevrons en tant que produit sera de mieux en mieux", s'enthousiasme Adam Feinberg. 

Une prouesse encore à tester

Cette technique pourrait, à l'avenir, permettre d'aider des patients en attente d'une transplantation cardiaque. Elle devrait cependant être testée en premier lieu sur des animaux, et par la suite sur des humains. "Je pense qu'à court terme, il s'agit probablement de réparer un organe existant, comme un cœur qui a souffert d'une perte de fonction après une crise cardiaque ou une dégradation du foie", ajoute Adam Feinberg. Selon l'équipe de scientifiques, des organes entiers pourraient même être créés.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter