Un spray nasal contre la dépression pourrait révolutionner le traitement de la maladie

Bien-être
DirectLCI
MÉDICAL - Un nouvel antidépresseur vient d'être approuvé aux Etats-Unis et pourrait également bientôt débarquer en France. Sous forme de spray nasal, il est présenté comme une "évolution majeure dans le traitement de la dépression".

La dernière révolution dans le traitement de la dépression remontait à une trentaine d'années avec la mise sur le marché de la fluoxétine (Prozac). Une autre est peut-être en marche. L'agence américaine du médicament (FDA) a approuvé en début de smemaine la mise sur le marché de l'eskétamine, une molécule qui doit soulager des patients adultes d'une dépression résistante aux médicaments actuellement disponibles, comme le Prozac. Ils représenteraient un tiers des personnes dépressives.


Le médicament, produit par le laboratoire Janssen, qui regroupe les activités pharmaceutiques de Johnson & Johnson, sera commercialisé sous forme de spray nasal sous le nom de Spravato. En raison de possibles effets secondaires, il ne pourra en revanche être pris que sous une surveillance médicale.

Une efficacité notée en seulement quelques jours

"C'est une évolution majeure dans le traitement de la dépression", souligne auprès de l'AFP le docteur Pierre de Maricourt, chef de service de l'hôpital Sainte-Anne à Paris, qui a participé à deux des essais cliniques de phase 3 financés par le laboratoire Janssen. "Notre programme de recherche très complet sur l'eskétamine sous forme de spray nasal démontre un profil risques-bénéfices positif pour des adultes souffrant d'une dépression résistant aux traitements" actuels, indique de son côté Husseini K. Manji, responsable des thérapies dans le domaine des neurosciences chez Janssen. Selon le laboratoire, la molécule permet également de combattre les pensées suicidaires. Autre gros avantage de ce nouveau médicament : sa rapidité d'action. Contrairement à la plupart des antidépresseurs commercialisés actuellement, qui peuvent mettre plusieurs semaines avant d'avoir un effet, il ne faut à l'eskétamine que quelques jours pour agir.

Des effets secondaires à surveiller

Les effets secondaires de l'eskétamine suscitent en revanche quelques craintes. Surnommée "Special K", "Kit Kat" ou "vitamine K", elle est en effet utilisée comme une drogue euphorisante intensifiant les perceptions sensorielles. Dans certains cas, elle peut aussi mener à un sentiment de dissociation, de sortie de son propre corps. Selon le laboratoire, cet effet a été observé pendant les tests cliniques moins d'une heure après la prise du médicament, quand les patients étaient encore sous surveillance des équipes médicales. Mais il se dissiperait le jour-même. Ce bémol devrait conduire à la délivrance de ce traitement, qui pourra être inhalé une à deux fois par semaine, en milieu hospitalier uniquement. D'après le laboratoire, il n'existe pas de risque d'addiction.

Prochainement disponible aux États-Unis, le médicament pourrait aussi bientôt apparaître en Hexagone. Le laboratoire Janssen a en effet déposé une demande de mise sur le marché auprès de l'Agence européenne des médicaments en octobre 2018.


En France, un adulte sur dix a déjà été confronté à la dépression. Elle touche de plus en plus les étudiants et les personnes à faibles revenus.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter