78 % des Français estiment dormir moins bien qu’avant

Dossier Sommeil
Avec
Avec
ÉTUDE - Le "mal dormir", un phénomène qui touche plus de la moitié des Français. Ainsi, selon les résultats du 1er Observatoire du Sommeil, 85% des sondés déclarent se réveiller chaque nuit et mettre un certain temps avant de retomber dans les bras de Morphée. On vous explique.

Vous avez du mal à dormir ? Vous n'êtes malheureusement pas seul(e). Selon les spécialistes, les Français n’ont jamais aussi mal dormi que de nos jours. Pour la première fois d'ailleurs, des médecins de l'agence sanitaire Santé publique France viennent d'alerter sur le fait que le temps moyen de sommeil quotidien des Français est passé sous la barre des sept heures, une durée insuffisante. 


Consciente de l’ampleur du sujet, la Fondation Adova - qui lutte contre le "mal-dormir" -, en partenariat avec l’institut Ipsos, a publié fin mars un état des lieux des habitudes et de la perception du sommeil de la population française. Premier constat  : deux tiers des Français déclarent manquer de sommeil (62 %), et ils sont 78 % à estimer qu’ils dorment moins bien qu’avant. 


Ainsi, 85 % des sondés déclarent se réveiller au moins une fois par nuit, et ils sont loin de rendormir aussitôt : ils mettent alors 39 minutes en moyenne avant de refermer les paupières. Un Français sur quatre (26 %) le vivrait même 3 fois par nuit ou plus.

Les Français, qui sont 34 % à avouer dormir moins bien lorsqu’ils partagent leur couette avec quelqu’un, attribuent par ailleurs beaucoup d’importance au sommeil pour être en bonne santé. Ainsi, 63 % d’entre eux considèrent que bien dormir est indispensable pour être en bonne santé, au même titre qu’avoir une alimentation équilibrée. Pour un Français sur quatre, c’est même LA priorité n°1 loin devant le fait de ne pas fumer ou de ne pas boire d’alcool. 

Les écrans toujours pointés du doigt

Parmi les raisons invoquées pour expliquer leurs difficultés à dormir, les Français identifient le fait de se coucher tard (48 %) ainsi que le manque d’activités calmes avant de se coucher (33 %) comme les deux causes majeures de leur "mal-dormir".

L’Observatoire du Sommeil montre également à quel point les Français sont multitâches avant de s’endormir et notamment dans leur utilisation des écrans : alors que ces derniers sont régulièrement pointés du doigt pour leur pouvoir de nuisance sur le sommeil, 40 % des répondants consultent leur smartphone et 69 % regardent la télévision avant de se coucher, et cela au moins deux fois par semaine. 


Et ce n’est pas moins d’un Français sur cinq qui s’endort devant son écran de télévision, puis se réveille au milieu de la nuit. Les préoccupations du quotidien jouent elles aussi un rôle à ne pas négliger : plus d’un tiers des répondants refait le fil de sa journée ou anticipe l’organisation de son lendemain. Enfin, bien qu’il soit généralement recommandé d’espacer au mieux les heures du dîner et du coucher, plus d’une personne sur quatre mange juste avant de se coucher.

Ce "mal dormir" n'est pas sans conséquences : l’Observatoire révèle que 43 % des Français auraient déjà consulté un professionnel de santé pour des problèmes de sommeil. Cependant, ces consultations ne déboucheraient qu’une fois sur deux sur la résolution du problème. Pour Jacques Schaffnit, le président de la Fondation Adova, "il est pourtant évident qu'il faut suivre quelques recommandations évidentes pour s'assurer un sommeil réparateur : parmi elles, dîner tôt en faisant des repas pas trop copieux, éviter les écrans, et se détendre avant de se coucher".  

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Sommeil : plongez dans les bras de morphée

Sur le même sujet

Plus d'articles