Pourquoi ne voit-on pas toujours ce qu’il y a sous nos yeux ? Voici enfin la réponse

Bien-être

VISION – Des chercheurs viennent de découvrir pourquoi l’être humain ne peut retenir toutes les images qu’il observe. Le cerveau n’aurait en effet pas le temps de tout analyser lorsque au moins deux informations apparaissent presque simultanément.

Pourquoi oublions-nous des choses que nous avons pourtant vues de nos propres yeux ? Des chercheurs de l’Université de Georgetown, aux États-Unis, viennent peut-être de trouver la réponse. Dans une étude, ils mettent en avant le fait que notre cerveau pourrait ne pas retenir certaines images dès lors que les informations sont trop rapprochées entre elles. 

Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques ont montré à des individus une série d’images qui contenaient, ou non, des animaux. Ces photos étaient présentées à un rythme de 12 images par seconde. À l’issue de cette expérience, les participants devaient dévoiler le nombre de clichés contenant des animaux qu’ils avaient vus ou se souvenir des animaux présentés. Résultat, ils avaient plus de mal à détecter la présence des bêtes lorsque les photos de ces derniers apparaissaient de manière très rapprochée.

Lire aussi

Un blocage du traitement visuel

Alors comment l’expliquer ? Pour qu’une information soit traitée, elle doit d’abord passer de l’arrière du cerveau jusqu’à l’avant, avant de revenir dans la zone initiale : c’est ce que l’on appelle la rétroaction. "Le blocage du traitement visuel se produit lorsque l’arrière du cerveau est à nouveau stimulé avec une seconde image avant que la rétroaction de la première image ne soit terminée", explique Maximilian Riesenhuber, l’un des chercheurs de l’étude.

"Même si le cerveau humain peut traiter jusqu’à 70 images par seconde, des études antérieures avaient déjà montré que les hommes sont plutôt incapables de détecter des objets qui paraissent rapprochés dans le temps. Notre étude montre une limitation spécifique du système visuel et explique pourquoi notre conscience ne peut pas suivre. Quand quelqu’un vous dit qu’il n’a pas vu quelque chose qui s’est passé dans une situation chaotique, peut-être qu’il l’a vu mais sans le savoir", affirme le neuro-scientifique dans un communiqué.

Une avancée majeure

Cette étude donne en tout cas de nouveaux éléments pour comprendre le fonctionnement du cerveau. "De telles découvertes sont passionnantes car elles pourraient conduire à de nouvelles méthodes pour accélérer le traitement cognitif et l’apprentissage chez l’homme", conclut le scientifique Jacob G. Martin.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter