Faire un burn-out pourrait (aussi) mettre le cœur en danger, selon une étude

Faire un burn-out pourrait (aussi) mettre le cœur en danger, selon une étude
Bien-être

FATIGUE – Existe-t-il un lien entre burn-out et santé cardiovasculaire ? Oui, selon des chercheurs, qui estiment que l'épuisement et le stress pourraient favoriser le développement d'une fibrillation auriculaire. Explications.

Vous êtes irritable, stressé, très fatigué, démoralisé... Vous souffrez peut-être d’un burn-out. Mais saviez-vous que cet épuisement pourrait avoir de graves conséquences sur votre cœur ? C’est ce qu’ont cherché à démontrer des chercheurs dans une nouvelle étude. Pour ce faire, les scientifiques ont suivi plus de 11.000 participants "initialement indemnes de fibrillation auriculaire", un trouble du rythme cardiaque. À cause de cette arythmie, "les oreillettes du cœur battent irrégulièrement et trop vite", explique la Fondation suisse de cardiologie. Elle peut même entraîner un AVC.

Les chercheurs ont donc suivi ces milliers de personnes pendant plus de 23 ans, et ont analysé à plusieurs reprises leur épuisement, leur soutien social, la prise d’antidépresseurs et leur colère. Ils ont comparé ces mesures au nombre de participants ayant contracté une fibrillation auriculaire au cours de l’étude : 2.200 d’entre eux. Si aucun lien n’a été trouvé entre cette arythmie et le soutien social, les antidépresseurs ou la colère, les chercheurs ont constaté que les participants ayant obtenu le score le plus élevé d’"épuisement vital", lié au burn-out, avaient plus de risques de développer une fibrillation auriculaire.

Lire aussi

"L’épuisement peut avoir un impact sur le cœur"

"L’épuisement vital est associé à une inflammation et une activation accrue de la réponse du corps au stress physiologique", explique le Docteur Parveen Garg, l’un des auteurs de l’étude publiée dans European Association of Preventive Cardiology, dans des propos rapportés par CNN. Mais cette étude ne peut pas permettre de tirer des conclusions définitives sur le sujet. "Nous avons besoin de plus de recherches", tempère le docteur John Rumsfeld, qui n’a pas participé à l’étude, au média américain. "Il s’agit simplement d’une étude observationnelle qui ne peut pas conclure une relation causale. Les symptômes comme la fatigue et l’épuisement sont extrêmement courants".

En vidéo

Le burn out reconnu comme maladie de l'OMS

Un avis partagé par l’auteur de l’étude. "En aucun cas nous ne disons que si vous êtes en mesure de réduire votre niveau d’épuisement, vous réduirez votre risque de développer une fibrillation auriculaire", admet Perveen Garg. "Mais le principal message à retenir est que des niveaux élevés de stress et d’épuisement peuvent avoir un impact sur votre cœur", conclut-il.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent