Grâce à cette nouvelle technique, 13 patients tétraplégiques retrouvent l'usage de leurs bras

Bien-être

PROUESSE - Après un premier essai fructueux en 2014, des chercheurs australiens ont annoncé jeudi avoir réussi à rétablir la mobilité des bras de 13 personnes tétraplégiques grâce à des transferts de nerfs. Une nouvelle qui devrait redonner espoir à de nombreux patients.

Depuis quelques années, la recherche pour rendre la mobilité aux tétraplégiques ne cesse de progresser. Quand, l'année dernière, un paraplégique américain parvenait à remarcher grâce à la stimulation électrique dans la zone abdominale et d'autres arrivaient à contrôler une tablette grâce à la pensée, treize patients australiens ont cette fois pu à nouveau se servir de leurs bras grâce à des transferts de nerfs.

Cette technique, déjà utilisée pour les tendons, consiste à prélever des nerfs liés à des muscles toujours fonctionnels situés au-dessus de la blessure, et les lier aux nerfs de muscles paralysés au-dessous de la blessure, afin de "ranimer" ces derniers. Elle avait déjà utilisé mais sans succès pour les blessures à la moelle épinière... jusqu'à un premier essai en 2014.

Des nerfs prélevés dans les épaules des patients

Cette année-là, Natasha van Zyl, la chirurgienne australienne à l'origine de ce programme, dont elle a publié un compte rendu le 4 juillet dans The Lancet, avait réalisé un premier transfert de nerf chez un patient. Elle s'était demandé si cette technique qu'elle avait déjà utilisée dans le cas de lésions du plexus brachial, où les nerfs du cou et de l'épaule avaient été arrachés de la moelle épinière, pouvait fonctionner pour rétablir les fonctions de patients paralysés. Les résultats se sont révélés "fabuleux". "La nouvelle a circulé et nous avons en quelque sorte été inondés par les messages de personnes souhaitant elles aussi bénéficier de transferts nerveux", explique-t-elle au Guardian.

Les chercheurs de l'Austin Health à Melbourne, en Australie, ont recruté seize participants âgés en moyenne de 27 ans. Tous avaient subi moins de 18 mois auparavant une lésion de la moelle épinière, à la suite d'un accident de voiture, de sport ou encore de plongée, qui les avaient laissés paralysés. Les nerfs ont été prélevés dans les épaules et transplantés dans les muscles paralysés de manière à contourner la blessure avant de rejoindre la moelle épinière. Le but : restaurer chez ces patients l'extension du coude, ainsi que la capacité à faire un mouvement de pince avec la main et à saisir des objets. Dix des patients ont également subi des transferts de tendons. 

En vidéo

Grâce à un capteur implanté dans le cerveau, des personnes tétraplégiques sont parvenues à contrôler une tablette par la pensée

Treize patients à nouveau mobiles après deux ans de rééducation

Deux ans plus tard, et après une rééducation intense, treize patients ont réussi à tendre leurs bras, ouvrir et fermer leurs mains et manipuler des objets. Une prouesse qui réjouit Natasha van Zyl : "Cela vous permet d’atteindre au-dessus de votre tête, ce que vous devez être capable de faire parce que le monde est conçu pour les gens debout. Ainsi, vous pouvez éteindre une lumière, vous pouvez récupérer quelque chose sur une étagère. [...] Il vous suffirait de coller vos mains pendant cinq minutes pour ressentir à quel point la vie serait frustrante sans vos mains, sans vos doigts." Quatre transferts de nerfs réalisés sur trois patients n'ont pas  été couronnés de succès. Enfin, deux autres patients n'ont pu être suivis après avoir été opérés et un dernier est décédé, sans lien avec l'opération.

Lire aussi

Si d'autres recherches sont nécessaires pour déterminer sur quel type de patients cette technique est la plus susceptible de réussir, la chirurgienne tient à annoncer "à tous les patients au monde qui souffrent d'une lésion de la moelle épinière et à tous les soignants qui les traitent" qu'il est désormais possible "de restaurer les fonctions de la main et du coude".

Lire et commenter