"Il a fini avec le bras dans le plâtre" : les accidents de trampoline de plus en plus fréquents

Bien-être

BOBO - Avec la multiplication de trampolines dans les jardins des particuliers, les mauvaises chutes sont désormais légions chez les jeunes utilisateurs. Selon une étude américaine, les accidents auraient augmenté de 4% en 10 ans. En France, ils sont 18 fois plus courants qu'en 2004. Zoom sur les principaux risques de ce loisir.

Ils fleurissent dans nos jardins. Si les trampolines sont sans conteste un moyen idéal de se défouler pour les enfants, ils n'en sont pas moins une source importante d'accidents. Une mauvaise réception et c'est un aller direct aux urgences.

Selon une récente étude américaine, les blessures liées à cette activité ont augmenté de 4% ces dix dernières années. Sur 10.000 fractures chez des enfants de moins de 17 ans en 2017, 616 étaient ainsi imputables au trampoline, affirment les auteurs de l'étude.

Des accidents multipliés par 5 en France

Et les États-Unis ne font pas figure d'exception. En France, le nombre d'accidents a été multiplié par 5 entre 2004 et 2014, selon l'Enquête permanente sur les accidents de la vie courante menée par Santé Publique France et présentée en 2016 au Congrès de la Société française de pédiatrie. En tout, 4.154 accidents de trampoline ont été comptabilisés sur cette période. Logiquement, ils ont plutôt lieu aux beaux jours (64% entre avril et août), les dimanches et pour être encore plus précis, les après-midi entre 15h et  19h. Les principales victimes ? Des enfants de 5 à 9 ans qui, dans trois-quarts des cas sautaient à plusieurs en même temps sur la toile, indique une étude publiée cet été par des médecins du CHU de Rennes.

En voulant éviter de se faire toucher par un ballon, il est tombé par terre et s'est mal réceptionné. Il a fini avec le bras droit dans le plâtre.- Hélène, maman de jumeaux

"C'est exactement ce qu'il s'est passé pour l'un de mes jumeaux lorsqu'il avait 8 ans", se souvient Hélène, interviewée par LCI. "Il jouait avec ses cousins sur un trampoline sans filet installé dans le jardin de ses grands-parents. En voulant éviter de se faire toucher par un ballon, il est tombé par terre et s'est mal réceptionné. Il a fini avec le bras dans le plâtre." Lors de ces mauvaises chutes, les membres supérieurs sont touchés dans 26% des cas et les membres inférieurs dans 53% des accidents. Il s'agit une fois sur quatre de fracture.

Les tibias font partie des os les plus fréquemment cassés dans la pratique du trampoline, si bien que cette fracture est désormais appelée la "trampoline fracture". "Ces fractures surviennent généralement lorsque les enfants sautent sur un trampoline avec une autre personne, surtout si celle-ci est plus lourde" décrivent dans une étude des chercheurs hollandais. Le rebond du tapis après un saut de cette deuxième personne, tandis que l'enfant amorce sa descente, peut en effet suffire à briser son ou ses tibias, encore fragiles.

Des traumatismes crâniens à la paralysie complète, des accidents loin d'être anodins

Selon le Pr Raphaël Vialle, chef du service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l’enfant à l’hôpital Trousseau (AP-HP) interviewé par Le Figaro, les petits, plus souples, sont d'autre part "plus sujets aux traumatismes de la colonne vertébrale, notamment au niveau des vertèbres cervicales." Des accidents qui peuvent avoir de lourdes conséquences et entraîner, dans le pire des cas, une paralysie complète et définitive des quatre membres à la suite d'un traumatisme du rachis cervical, contenant la moelle épinière. En 1998, 6.500 traumatismes du rachis cervical liés au trampoline ont été répertoriés aux États-Unis, certains ayant causé des handicaps sévères, voire des décès, rapporte le quotidien. Des chiffres probablement plus importants aujourd'hui, puisque comme le souligne Raphaël Vialle, "en 2000, il y avait moins de trampolines qu’aujourd’hui".

Ils se sont télescopés, ça s'est fini en larmes.- Pierre, papa de trois garçons

Les coups et chocs, qui représentent 10% des accidents, peuvent quant à eux causer des traumatismes crâniens, "d’autant plus dangereux pour un enfant, dont le cerveau est encore en développement", alerte le médecin dans les colonnes du Figaro. Pour les enfants de Pierre, qui sautaient il y a quelques jours sur leur nouveau trampoline en Bretagne, plus de peur que de mal, par chance. "Ils se sont télescopés, ça s'est fini en larmes", raconte le papa.

Lire aussi

Les précautions à prendre pour éviter les accidents

Pour limiter le nombre d'accidents, la Commission de sécurité du consommateur (CSC) recommande de n'autoriser l'usage que d'un seul enfant à la fois sur le trampoline, de ne pas sauter pour monter ou descendre du trampoline, de ne pas faire de salto ou de saut périlleux et de limiter le temps de jeu sur le trampoline. Elle estime d'autre part que la supervision d’un adulte est obligatoire.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter