Ils peuvent propager le coronavirus à de nombreuses personnes : qui sont les "super-spreaders" ?

L'épidémie de coronavirus a démarré il y a un mois et demi. Et près de quinze jours que six patients français ont été hospitalisés. Quel est leur état de santé ? Peut-on en guérir ? De quel traitement ont-ils bénéficié ?
Bien-être

TROIS QUESTIONS À... – Alors que l’épidémie de coronavirus ne faiblit pas, certains patients semblent avoir une force de contamination plus élevée que la moyenne. Appelés "super-spreaders", ils peuvent propager le virus à des dizaines de personnes autour d’eux, sans le savoir. Une chercheuse du CNRS nous éclaire sur ce mystérieux phénomène.

Ils sont appelés les "super-spreaders", ou "super-propagateurs" en bon français. Ces individus n’ont pas de super-pouvoirs, mais un don pas vraiment enviable : celui de contaminer facilement les personnes autour d’eux. Un "super-spreader" a ainsi récemment été contaminé par le coronavirus. S’il est désormais guéri, Steve Walsh, un homme d’affaires britannique, a cependant eu le temps de propager le Covid-19 à une quinzaine de personnes, dont des Français, aux Contamines-Montjoie (Haute-Savoie). 

Zoom sur cet étrange phénomène avec Sandrine Belouzard, chercheuse du CNRS.

Lire aussi

Les "super-spreaders", est-ce nouveau ?

"Ce phénomène de patients qui contaminent davantage de personnes que la moyenne est connu" et avait déjà été repéré "pour d’autres virus, comme Ebola dernièrement", indique à LCI Sandrine Belouzard, qui travaille au centre d’infection et d’immunité de Lille.

"Pendant l’épidémie de Sras (2003) ou celle du Mers, notamment en Corée du Sud, en 2015, il y avait déjà eu des ‘super-spreaders’", rappelle-t-elle. "Le Mers avait fait 185 cas en Corée, mais 75% d’entre eux pouvaient être reliés à seulement trois personnes. Le premier patient revenu en Corée depuis le Moyen-Orient (d’où était partie l’épidémie) était un 'super-spreader'. Il avait contaminé deux autres ‘super-spreaders’, et ces trois personnes avaient donc été responsables de trois quarts des infections !"

En vidéo

Info / Infox : les rumeurs sur Internet autour du coronavirus

Comment expliquer ce phénomène ?

Cette contagion spectaculaire "peut s'observer mais ne s’explique pas", regrette Sandrine Belouzard. Elle émet toutefois une hypothèse : "est-ce lié à la charge virale, c’est-à-dire la quantité de virus que chacun produit et qui serait plus haute chez les 'super-spreaders' ? Peut-être, mais ce n’est pas démontré".

Pourtant, la différence entre les "super-spreaders" et le reste de la population est flagrante : si un patient atteint du coronavirus peut contaminer "2 à 3 personnes" en moyenne, un "super-spreader" est, lui, capable de le propager à plusieurs dizaines d’individus autour de lui. À ce jour, le record connu est de 29 personnes contaminées par un seul "super-spreader".

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Peut-on reconnaître un "super-spreader" ?

Si cette faculté à transmettre facilement le virus reste  donc "un mystère", est-ce cependant possible de reconnaître les ‘super-spreaders’ ? "Oui, mais seulement a posteriori", répond la chercheuse du CNRS. Lorsque un patient est contaminé, "nous regardons au sein des personnes avec qui il a été en contact celles qui sont également infectées. Nous supposons alors par qui il a été contaminé", détaille la chercheuse. Reconnaître un "super-spreader" est donc "rétrospectif : il faut remonter la chaîne de transmission". 

Impossible donc de savoir si vous bénéficiez de cette "force" de contamination avant d’être infecté...

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 186.000 demandes d'aides d'entreprises pour le mois d'octobre

Vers la fin de l’attestation de déplacement pour Noël ?

"L’eau ça mouille… " : quand Monoprix ridiculise les restrictions dans les rayons

Interview choc de Diana en 1995 : la BBC ouvre une enquête, William espère que cela aidera "à établir la vérité"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent