VIDÉO - L'instantané de @28jours : "Les règles, ce n'est pas sale !"

Bien-être
DirectLCI
RENCONTRE - À l'occasion de la journée de l'hygiène menstruelle, ce mardi, LCI a rencontré Justine Courtot, célèbre instagrameuse, créatrice du profil @28jours dont le slogan est "Le compte qui décomplexe les règles" !

Justine Courtot a tout juste 23 ans, et pourtant elle fait partie de ces jeunes femmes engagées qui ont déjà un panel de projets à son actif. En octobre 2018, celle qui a finit ses études de journalisme et de communication, il y a peu, a sorti un documentaire nommé "28 jours" avec Angèle Marrey, réalisatrice et Myriam Attia, journaliste. 


Un documentaire qui parle des menstruations, des stéréotypes et préjugés qui leur sont associés. Avec l'aide d'interviews de professionnels, témoignages et animations, il aborde des thèmes comme la sexualité, la composition des tampons et serviettes hygiéniques, le coût de ces produits, ainsi que les douleurs que peuvent ressentir les femmes et notamment l'endométriose. 

Depuis, cette jeune maman d'un petit garçon gère le compte @28jours, suivi sur Instagram par plus de 50.000 personnes. Elle y parle des règles sans tabou, répond aux questions et partage les témoignages de ses abonnées.  Enfin, elle est l'auteure du blog tabous.org, où vous pouvez notamment trouver une liste de gynécologues et de sages-femmes "testés et approuvés" par des patientes. 


LCI l'a interviewée pour son nouveau format vidéo "L'instantané", consacré aux instagrameurs qui se servent de ce réseau social pour faire évoluer la société et notamment la place des femmes. Une rencontre qui fait écho à la journée internationale de l’hygiène menstruelle qui se tient ce mardi  mai. Une journée qui vise à aider les femmes à accepter leur féminité et à parler librement de leurs règles, qui les occupera en moyenne 9% de leur vie. 

"Il n'y a pas que les tampons et les serviettes"

Quand on demande à Justine quel message elle veut faire passer à travers son compte instagram, elle répond sans détour qu'il faut désacraliser les règles : "Il y en a marre d'avoir honte de se trimballer avec son tampon caché dans les mains", affirme-t-elle à LCI.  Le plus grand stéréotype qui perdure selon elle, c'est que "les règles sont considérées comme quelque chose de sale et qu'il ne faut pas en parler". Sa volonté, donc : faire tomber les tabous concernant les règles, rappeler que c'est même le sang le plus pur de notre corps, mais aussi parler des protections parce qu'il n'y a pas que les tampons et les serviettes".   


La jeune femme s'offusque aussi des violences gynécologiques : "Il y a un gros problème avec les gynécologues parce qu'ils sont d'une vieille école, ils ne prennent pas en compte l'aspect psychologique de leurs examens".  Une souffrance qu'elle retrouve dans les témoignages qu'on lui transmet, des femmes qui ont une trentaine d'années et qui ne sont jamais allées chez le gynécologue. Des femmes qui de fait, passent à côté des frottis, de la contraception et de certaines infections qui peuvent parfois se transformer en cancer. 

La contraception, on la choisit, on ne la subit pas !Justine alias @28jours sur Instagram

Autre cause que Justine Coustot défend sans complexe : la contraception. "Je reçois des centaines de messages par jour sur une contraception qui ne va pas à telle personne. Et je ne trouve pas ça normal que l'on ne nous expose pas qu'il va y avoir des effets secondaires, que la pilule par ailleurs, ne va pas à tout le monde", raconte-t-elle. En effet, elle explique que la pilule peut avoir des effets sur la libido, sur le tempérament, peut causer des migraines, des nausées et peut entraîner des règles hémorragiques... Avant de terminer son propos par "La contraception, on l'a choisie on la subit pas !".  


Justine Coustot est donc une jeune femme engagée qui veut changer les choses. Si vous voulez en savoir plus, n'hésitez à aller faire un tour sur son compte Instagram ou sur son blog et à visionner sur YouTube son documentaire

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter