Journée mondiale du sourire : les meilleures (et les pires) méthodes pour blanchir ses dents

Journée mondiale du sourire : les meilleures (et les pires) méthodes pour blanchir ses dents

Bien-être
DirectLCI
SMILE - Ce vendredi 5 octobre se tient la Journée mondiale du sourire. Pour l'occasion, un spécialiste vous donne ses bons conseils pour arborer un sourire "ultra-bright".

Sourire permettrait de vivre jusqu’à sept ans de plus, selon une étude réalisée par des chercheurs américains. Aucune raison, dans ce cas, de s’en priver. Pourtant, de nombreuses personnes rechignent à dévoiler leurs dents, complexées par leur disposition ou leur couleur. Selon un sondage mené en septembre par OpinionWay pour Regenerate, plus d'un Français sur quatre dit ne pas sourire en raison de ses dents. Et pour 62% des sondés, un beau "smile" passe par des dents blanches.


Si rectifier l’alignement peut s'avérer long et coûteux, la teinte des dents peut facilement être améliorée. Le tout sans faire craquer son portefeuille. A l’occasion de la Journée mondiale du sourire, ce vendredi 5 octobre, Christophe Lequart, chirurgien-dentiste et porte-parole de l'Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD), nous en dit plus sur les différentes techniques de blanchiment.

Les recettes de grand-mère, déconseillées "à 100%"

Sur internet, les remèdes de grand-mère ont la cote. Citron, bicarbonate de soude, huile de coco... Les bienfaits de ces ingrédients sont tour à tour vantés dans des tutoriels vidéo. Mais toutes ces recettes sont-elles réellement sans risque ? Pour Christophe Lequart ce genre de traitement est "à éviter à 100%". Le spécialiste avertit surtout sur le danger du citron. "Certes, il procure un blanchissement instantané des dents mais il fragilise l'émail, qui est attaqué par son acidité", explique-t-il. Utilisé en même temps que du bicarbonate, qui va en plus gratter la surface protectrice de la dent, c'est le combo parfait pour abîmer sa dentition. "Vous pouvez par contre utiliser du bicarbonate de soude seul, mais pas de façon régulière", précise le dentiste. Une fois par semaine suffit.


Concernant l'huile de coco et le curcuma, qu'utilise Farah Dhukai, célèbre YouTubeuse beauté originaire d'Asie du Sud, le porte-parole de l'UFSBD reste dubitatif. "Il n'y a jamais eu d'étude sur le pouvoir blanchissant de l'huile de coco. Et étant donné que le curcuma est un aliment tachant, je suis assez surpris d'entendre qu'il pourrait blanchir les dents."

Les produits du commerce à utiliser avec précaution

De nombreuses marques spécialisées dans l’hygiène bucco-dentaire commercialisent leurs propres produits. A commencer par les dentifrices blanchissants, qui contiennent entre autres dans leur composition de la silice et du bicarbonate, deux agents destinés à gratter la surface des dents. "White booster", "Blancheur 2 en 1", "Diamond Glow"… Aujourd'hui, chaque grande marque vend au moins une référence destinée à blanchir la dentition. Christophe Lequart, lui, ne conseille pas de dentifrice en particulier. "Ils sont en général de bonne qualité. Il faut seulement faire attention car certains ne sont à utiliser que deux fois par semaine maximum, au risque d'abimer son émail. Mais lorsque c'est le cas, cette consigne est inscrite sur l'étiquette", précise-t-il.

Sorti début 2017 et commercialisé au prix de 14€90 en grande surface, le stylo White Now Touch permet dans les faits de blanchir ses dents d’un coup de pinceau. Comme un maquillage, ce feutre dépose sur la surface de l'émail une fine couche bleutée qui illumine les dents le temps d'une journée, grâce à la lumière qui se reflète dessus. Si les internautes semblent peu convaincus du produit, Christophe Lequart assure que l'utilisation de ce stylo ne présente aucun danger pour les dents. "Il s'agit d'une méthode non abrasive. L'effet est immédiat, cela n'abîme pas les dents et le produit disparaît à la fin de la journée."

Plébiscité par la YouTubeuse Asma Fares, le kit blancheur "White Care", qui garantit un "blanchiment dentaire professionnel à domicile", ne plaît en revanche pas beaucoup au chirurgien-dentiste. La boîte, qui coûte 99 euros, contient un gel blanchissant à appliquer dans des gouttières qui sont à apposer sur les dents. Une lampe LED, à placer dans la bouche, est aussi fournie. Elle est censée activer les composants du gel et accélérer le blanchiment des dents. 


"Déjà, l'efficacité de la LED n'a jamais été prouvée, prévient-il. De plus, l'agent blanchissant contenu dans le gel, appelé peroxyde d'hydrogène, peut avoir de graves conséquences en cas de problèmes dentaires. Au contact du produit, une dent cariée peut se mortifier". Pour ne pas prendre de risque si vous tenez absolument à utiliser ce type de produit, mieux vaut donc aller consulter un dentiste en amont.

Le cabinet dentaire, plus cher mais plus efficace

Si vous voulez confier l'éclat de vos dents à une tierce personne, deux choix s’offrent à vous : le cabinet dentaire ou le bar à sourire. Pour le Christophe Lequart, cette dernière option ne vous fournira que peu d'efficacité. Ces établissements, qui offrent des prestations de 50 à 100 euros environ, n'ont le droit d'utiliser le peroxyde d'hydrogène qu'à une concentration de 0,1% maximum, quand les dentistes peuvent monter jusqu'à 6% en cabinet. "D'ailleurs, le nombre de bars à sourire a nettement diminué depuis quelques années. La preuve que ça ne marche pas", souligne-t-il. Selon lui, le personnel, qui n'a "même pas le droit de toucher à la bouche des clients", ne possède aucune connaissance. Et là encore le peroxyde d'hydrogène pourrait provoquer de graves dégâts. 


Chez le dentiste, le traitement le plus utilisé est la technique ambulatoire. Facturé entre 300 et 500 euros, ce blanchiment s'obtient par l'application d'un protège-dents contenant un gel concentré au peroxyde d'hydrogène. Celui-ci est à porter toute la nuit ou quatre heures par jour pendant environ deux semaines. "Un patient qui a des dents très jaunes peut obtenir des dents très blanches, avec un effet bien plus durable que s'il avait été dans un bar à sourire", explique le dentiste.


La pose de facettes, elle, est bien plus coûteuse. Il vous faudra débourser de 600 à 1000 euros par dent pour y voir apposer une fine pellicule blanche. "C'est un peu comme un faux ongle, mais pour les dents". Non remboursées par la sécurité sociale, elles le sont en revanche par certaines mutuelles. Attention cependant, cette technique est irréversible. La pause de facettes nécessite en effet le retrait d'une partie de l'émail sous anesthésie locale. 

Quelques astuces pour préserver la blancheur de ses dents

Que vous vous soyez déjà fait blanchir les dents, ou pas, l'éclat de vos dents est une affaire de soins quotidiens. "Pour ne pas que le tanin du thé se dépose sur vos dents par exemple, il faut penser à boire un verre d'eau après coup. C'est un peu comme votre mug, explique Christophe Lequart. Si vous ne le rincez pas après avoir fini votre thé, il restera taché." Une brosse à dent électrique serait d'autre part bien plus efficace pour éliminer le dépôt sur vos dents. "Pour les femmes, l'application d'un rouge à lèvres très rouge donne l'illusion de dents plus blanches", ajoute le dentiste.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter