Huîtres, bouchons de champagne... Ces accidents qui peuvent vous faire réveillonner aux urgences

Bien-être

ACCIDENTS - Que ce soit lors du réveillon de Noël ou au cours de la nuit de Saint-Sylvestre, les services des urgences des hôpitaux français ne chôment pas. Entre les indigestions, les coupures ou encore l'ingestion de petits objets par les enfants, Gérald Kierzek, médecin urgentiste et chroniqueur sur LCI, nous détaille les accidents les plus courants et la façon dont il faut y réagir.

La période des fêtes se veut insouciante, conviviale et chaleureuse. Mais entre les repas à préparer, les bonnes occasions à arroser et les enfants surexcités, il n'est pas toujours aisé d'avoir la situation totalement en main. Un verre de trop, une inattention ou des aliments qui ont traîné un peu trop longtemps sur le plan de travail peuvent rapidement laisser place à de petits, voire gros accidents.

Des entailles dues à l'ouverture des huîtres aux blessures par propulsion de bouchons de champagne, en passant par l'ingestion de cacahuètes par les enfants, Gérald Kierzek, médecin urgentiste et chroniqueur sur LCI, nous énumère les accidents les plus courants en cette période et explique comment les éviter.

Les plaies à la main

"Pendant les fêtes, les blessures les plus courantes observées aux urgences ou dans les services de SOS Main sont celles de la main", décrit le médecin, également auteur du livre "101 conseils pour ne pas atterrir aux urgences" (éditions Points). La plupart du temps, les blessés s'entaillent la main en ouvrant des huîtres. "On n'ouvre pas les huîtres à la va-vite, insiste Gérald Kierzek. Le mieux est de les faire ouvrir par son écailler". Selon l'Institut de la main, l'ouverture d'huître est responsable de 2.000 blessures par an, concentrés sur les mois de décembre et de janvier. Près de la moitié atteignent les nerfs ou les tendons, avec pour risque majeur une perte de fonctionnalité de certains doigts. 

Si cela vous arrive cette année, sachez qu'il ne faut jamais négliger une plaie dans la main, au vu de la complexité du membre. Car même si l'entaille est peu profonde, elle peut avoir touché, même partiellement, des nerfs, tendons ou vaisseaux. Sauf s'il s'agit seulement d'une petite griffure, il faudra forcément consulter pour s'assurer que rien n'est abîmé. "S’il n’y a pas d’hémorragie, il n’y a pas d’urgence à le faire le soir même, précise le médecin urgentiste. Vous pouvez continuer votre réveillon en lavant votre plaie et en y appliquant un bandage." Le lendemain matin, en revanche, direction le service d’urgence, si possible SOS Mains, en prenant la précaution d’être à jeun à partir de minuit (ni boissons, ni alimentation, ni cigarette). Cela permettra aux médecins de pratiquer une anesthésie tout de suite pour intervenir si nécessaire.

En vidéo

Repas de fêtes : comment ouvrir ses huîtres sans se blesser

Les blessures par bouchons de champagne

Les deuxièmes blessures les plus répandues dans les services d'urgences en période de fêtes sont celles causées par les bouchons de champagne. Propulsés de 40 km/h à 100 km/h, ils peuvent en effet donner lieu "à des blessures oculaires terribles comme des contusions, des hémorragies ou des décollements", avertit Gérald Kierzek. Si vous ne voulez pas que votre réveillon se termine aux urgences, ne visez jamais vos invités en ouvrant le champagne. Car, même s'il n'y a pas de dégâts apparents, un choc de cette violence peut être plus grave qu'on ne le pense. Le bon réflexe est donc, même si cela n'est pas fait dès le soir même, d'aller consulter un ophtalmologiste ou un service d'urgences.

Voir aussi

Les crises de foie et intoxications alimentaires

Troisièmes sur le podium, les crises de foie et intoxications alimentaires. "Les crises ne foie ne sont causées ni par une bactérie, ni par des virus. C'est une indigestion", décrit le médecin urgentiste. Excepté pour les plus fragiles, dont l'état peut nécessiter une visite aux urgences, le seul remède est une bonne hydratation, une diète ainsi que du paracétamol.

Les intoxications alimentaires, elles, peuvent être causées par un aliment pour lequel la chaîne du froid a été brisée. "Même si votre réfrigérateur est plein, mieux vaut laisser les produits frais à la fenêtre que sur la table de la cuisine", conseille ainsi le docteur Kierzek. Comme pour l'indigestion, le seul remède est la bonne hydratation du corps, le repos digestif et un peu de paracétamol si besoin. "Si vous remarquez que votre enfant a perdu du poids ou que sa peau fait un pli après que vous l'ayez pincé, il faut en revanche consulter."

Voir aussi

Les intoxications au monoxyde de carbone

Tous les ans, plusieurs milliers de personnes sont victimes d’une intoxication au monoxyde de carbone. Au cours de l'année 2017, 2.193 ont ainsi été prises en charge aux urgences après avoir été exposées à ce gaz invisible et inodore et vingt-deux personnes en sont décédées. "Si toute une famille, autour de la table, se met à vomir et a mal à la tête, c’est soit une intoxication alimentaire, soit la chaudière qui est mal révisée", alerte ainsi le médecin urgentiste. Ce gaz toxique est en effet produit par les appareils de cuisson et de chauffage au gaz, bois, charbon, essence, fuel et éthanol lorsqu'ils ne fonctionnent pas correctement.

Si vous ressentez les symptômes associés au monoxyde de carbone, ouvrez rapidement toutes les fenêtres et les portes de votre logement. Arrêtez ensuite tous les appareils de chauffage et de cuisson et sortez de chez vous pour appeler les secours. Dans tous les cas, il est nécessaire d’attendre leur accord pour pouvoir regagner votre domicile.

Voir aussi

L'étouffement de l'enfant

Lors des repas de fête, il y a souvent les adultes d'un côté, et les enfants de l'autre. Pris dans les préparatifs, les grandes discutions et distraits par les premiers effets de l'alcool, les plus grands peuvent vite détourner leur attention des plus petits, laissant le champ libre aux possibles accidents parmi lesquels les ingestions de cacahuètes ou de petits objets. "S'il y a obstruction totale, que l'enfant ne peut plus respirer, tousser, parler, voire devient bleu, il s'agit d'une urgence vitale", insiste le médecin urgentiste.

Dans ce cas, et pendant qu'une personne appelle les secours (15 ou 18), une autre doit engager une manœuvre de désobstruction. Pour ce faire, asseyez-vous sur une chaise et placez l'enfant à plat ventre sur votre cuisse, en laissant dépasser sa tête de votre genou. Donnez-lui cinq tapes dans le dos. Si le corps étranger n'est toujours pas expulsé, retournez l'enfant sur le dos et appuyez cinq fois de suite sur son sternum. Et ainsi de suite jusqu'à ce que l'enfant puisse à nouveau respirer.

Voir aussi

En vidéo

Étouffement de l'enfant : comment réagir ?

Voir aussi

S'il n'y a pas obstruction totale, que l'enfant tousse et que l'air passe, il est inutile, voire déconseillé d'entamer cette série de gestes qui peuvent être traumatisants pour le corps de l'enfant. "Dans le cas où un objet serait vraiment entré dans le poumon, il faudra consulter un médecin pour éviter que l'enfant ne fasse une pneumonie dans un deuxième temps. Mais ça peut attendre le lendemain", tempère le médecin.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter