La médecine préventive, le remède pour espérer vivre plus longtemps... en bonne santé ?

La médecine préventive, le remède pour espérer vivre plus longtemps... en bonne santé ?

PRÉVENTION - Adopter les bons gestes au quotidien peut nous faire vivre plus longtemps et les Français l'ont bien compris. Selon un sondage, plus de 7 sur 10 ont mangé de manière plus saine ces six derniers mois par rapport à leurs habitudes passées.

De plus en plus de Français font attention à ce qu'ils consomment, pratiquent une activité physique régulière ou font davantage attention à leur temps de sommeil. Ces résultats, parus dans un sondage sur les Français et la prévention santé cette semaine, sont "une bonne nouvelle", affirme Jean-Michel Lecerf, médecin nutritionniste et créateur du service de nutrition et activité physique à l'Institut Pasteur de Lille. Selon lui, ils démontrent une prise de conscience de la part de la population vis à vis de l'hygiène de vie, notamment grâce aux nombreuses campagnes de communication mises en place depuis plusieurs années.

Manger sainement ou faire attention à sa santé fait partie de ce qui est appelé la médecine préventive ou la médecine des modes de vie. "C'est un état d'esprit qui conduit à modifier des comportements simples du quotidien susceptibles de diminuer les risques de problèmes de santé ultérieurs", définit Jean-Michel Lecerf. "Cela fait appel à des approches non médicamenteuses".

Manger sainement, bouger, bien dormir et ne pas stresser

Pour prévenir les maladies, le médecin dissocie quatre types de prévention. Tout d'abord, l'alimentation. "Elle doit être variée, il faut manger au moins 14 aliments différents chaque jour et 30 par semaine", indique-t-il. "Il ne faut pas non plus manger trop par rapport à ce que l'on dépense, il faut donc avoir un poids stable. Enfin, les aliments doivent être de bonne qualité, pas trop transformés et si possible que vous cuisinez vous-même", déclare-t-il à LCI.

Autre comportement indispensable pour respecter ce processus de médecine préventive : bouger. "Il ne faut pas rester trop d'heures dans un fauteuil, ne pas être trop sédentaire", insiste le nutritionniste. "Toutes les 90 minutes, il faut se lever et marcher à chaque fois que c'est possible. Par exemple, utiliser ses jambes au lieu des moyens de transport passifs, tels que les ascenseurs. Cela passe aussi par une lutte contre les écrans. Un individu ne doit pas passer plus de 8 heures par jour devant un écran, métier compris. Au-delà, c'est dramatique".

Les écrans sont d'ailleurs devenus un véritable fléau, car ils retardent également l'endormissement s'ils sont utilisés le soir. Le sommeil est pourtant lui aussi un élément indispensable de la médecine préventive. "Il ne faut pas dormir moins de 6 heures par nuit", détaille le docteur Lecerf. "Le dernier point, c'est la lutte contre le stress, mais cela dépend plus des conditions de travail que de vous-même".

Des comportements qui améliorent l'espérance de vie

La médecine préventive permet de limiter les risques de développer une maladie chronique, telles que l'obésité, le diabète, le cancer ou Alzheimer. Par conséquent, les individus ayant une bonne hygiène de vie peuvent espérer vivre plus longtemps. "Ces comportements augmentent l'espérance de vie, c'est certain, et probablement aussi l'espérance de vie en bonne santé". Cette dernière est un critère dont les résultats restent difficiles à estimer, "puisque c'est le résultat d'auto-questionnaires", précise le médecin. "Mais ce que nous savons, c'est que l'espérance de vie augmente de 6 mois tous les 2 ans, ce qui est énorme, grâce aux progrès de la médecine mais aussi probablement à la prévention".

Si ces efforts pour la santé s'avèrent être nécessaires, près de 6 Français sur 10 trouvent toujours que la prévention n'occupe pas une place suffisante dans notre système de santé, selon le sondage Elabe pour la fondation PiLeJe. "Peut-être attendent-ils de la médecine qu'elle prenne les choses en amont", explique l'auteur du livre Le surpoids, c'est dans la tête ou dans l'assiette ?. "À l'Institut Pasteur de Lille, nous avons développé des bilans de santé et un parcours longévité, qui permet aux personnes de plus de 45 ans de faire un point sur leur état de santé et de savoir ce qu'elles peuvent améliorer par rapport à leur hygiène de vie. Nous aimerions le développer" partout en France, conclut le docteur, puisque ce genre d'initiatives permettent à la population d'être directement informée des bienfaits de la prévention.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : nouvelle hausse à l'hôpital, plus de 10.500 personnes hospitalisées

"Un provocateur à la Donald Trump" : la candidature d'Eric Zemmour vue par la presse anglo-saxonne

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Pots entre collègues, cantine d'entreprise... Ce que préconise le gouvernement pour les repas au travail

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.