Le psoriasis, une maladie de peau encore taboue

Bien-être

DANS L'OMBRE - Maladie inflammatoire de la peau, le psoriasis est un mal tabou. Alors que plus de 2 millions de Français en souffrent, peu sont les plus jeunes à l'assumer ouvertement, rapporte une enquête de l'association France Psoriasis publiée ce mardi 8 octobre.

Son nom abrupt cache une maladie qui l'est tout autant. Le psoriasis, maladie inflammatoire de la peau qui se manifeste par des plaques rouges recouvertes de squames, touche environ 2,3 millions Français, Soit l'équivalent d'une ville comme Paris. Pourtant, selon une enquête réalisée par l'association France Psoriasis auprès de 1.000 jeunes de 15 à 30 ans, près d'un quart déclare ne pas connaître du tout la maladie, et la moitié assure ne jamais avoir rencontré de personne atteinte.

Une méconnaissance qui proviendrait surtout du tabou qui entoure cette maladie, rapporte l'enquête, dévoilée ce 8 octobre. Peu de patients osent, comme a pu le faire Kim Kardashian en 2016, dévoiler leur psoriasis au grand jour, trop "honteux" de cette peau abîmée par ces poussées inflammatoires.

Une maladie qui abîme l'extérieur et "détruit" de l'intérieur

Alors que la grande majorité des jeunes Français (83%) reconnaît que les symptômes psoriasiques sont difficiles à assumer, rapporte l'association, 84% des 15-30 ans reconnaissent qu’une personne atteinte de psoriasis pourrait subir une discrimination dans des lieux publics tels que la plage ou la piscine (84%), à l’école (31%), au travail (65%) ou même de la part de sa famille (26%).

Et ils n'ont pas tort. Selon 411 psoriasiques âgées de 15 à 30 ans également interrogés dans le cadre de l'enquête, plus de la moitié (67%) admet souffrir du regard des autres. Une douleur qui s'exprime parfois sur les forums et pages de réseaux sociaux dédiés. "J'en ai souffert durant ma puberté... Pas facile de subir le regard, les moqueries et les insultes des autres au moment où l'on a déjà du mal à s'accepter, à accepter les changements qui interviennent... Pas non plus évident de se construire, d'acquérir l'estime de soi nécessaire à sa vie d'adulte lorsque les filles vous repoussent par peur, par dégoût...", témoigne ainsi un internaute. "Le mien ne se voit pas, mais me détériore de l'intérieur. Et ça ne se voit pas. Je ne montre jamais ma douleur", rapporte un autre.

Si les moqueries proviennent rarement du milieu familial, elles sont d'autant plus courantes à la plage ou à la piscine. 70% des sondés disent y avoir été confrontés, le psoriasis restant encore aujourd’hui, à tort, associé à un manque d’hygiène, note France Psoriasis. Or, si l'origine de cette maladie reste encore, à l'heure actuelle, inconnue, son déclenchement est dû à l’association entre une prédisposition génétique et certains facteurs favorisants, comme un stress physique ou psychique, ou encore la prise de certains médicaments comme les bétabloquants. Des discriminations sont également subies à l’école pour 58,5% des jeunes psoriasiques et au travail pour 48%.

Lire aussi

Un quotidien largement affecté

Pire, un tiers des jeunes patients affirment que le psoriasis est un frein pour suivre leurs études, et cela non seulement à cause de l'apparition de plaques considérées comme disgracieuses, mais aussi en raison de douleurs articulaires (rhumatisme psoriasique), qui touchent environ 30% des patients. Parmi ces jeunes, 10% disent ne pas se rendre régulièrement au lycée, à l’université ou à un rendez-vous à cause de la maladie et près de 20% admettent avoir également dû diminuer leur activité sportive. 3% disent même avoir totalement arrêté le sport. Pour camoufler au mieux leur maladie de peau, près de 65% déclarent adapter ses tenues vestimentaires.

Lire aussi

Reconnue en 2014 comme "maladie non transmissible chronique, douloureuse, inesthétique, invalidante et incurable" par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le psoriasis ne bénéficie pour l'heure d'aucun traitement qui permette d'en guérir. Seuls l'hydratation de la peau et des traitements locaux peuvent permettre d'apaiser les inflammations. Pour les formes sévères, l'utilisation de traitements systémiques ou de biomédicaments peut aussi être préconisée. Les cures thermales, l'auto-hypnose ou encore la photothérapie sont aussi cités par France Psoriasis.

Lire et commenter